mar. Juil 16th, 2024
L’assurance dentaire en vaut-elle la peine?
Rate this post

Une autre partie des frais encourus peut souvent être couverte par cette assurance. Cependant, une assurance dentaire complémentaire ne doit pas être souscrite dans la précipitation. Vous trouverez ci-dessous une explication des critères à prendre en compte lors de l’inscription.

Assurance dentaire complémentaire – quand cela a-t-il un sens ?

En principe, une assurance dentaire complémentaire est conseillée, en tenant compte des facteurs individuels. Il est également important de savoir quels services doivent être fournis. Si des soins réguliers payés par l’assurance maladie sont suffisants – également associés à des cotisations personnelles – alors un investissement privé peut être moins cher.

Cependant, si l’intérêt réside dans des soins de meilleure qualité, y compris l’esthétique dentaire, vous pouvez envisager de souscrire une assurance dentaire complémentaire. Attention : Dans certains contrats, les prestations sont limitées – certains tarifs excluent même totalement la prise en charge des frais de fournitures onéreuses comme les implants ou les inlays.

Faut-il maintenant se prononcer pour ou contre une assurance dentaire complémentaire ? La réponse devrait toujours être l’état de vos propres dents et le risque respectif de maladie. Si des soins dentaires importants et des prothèses dentaires sont prévus, une assurance dentaire complémentaire peut amortir d’éventuelles avalanches de coûts.

Important à savoir : L’assurance dentaire complémentaire reste toujours un contrat à risque, ce n’est PAS un contrat d’épargne. Si le contrat est résilié, toute la protection d’assurance est perdue – les cotisations versées disparaissent également.

Souscrire une assurance complémentaire – à partir de quel âge est-ce judicieux ?

Les experts conseillent de souscrire une assurance dentaire complémentaire quand on est plus jeune – entre 30 et 40 ans. En règle générale, cependant, les compagnies d’assurance ne remboursent pas les dommages dentaires existants ou les traitements annoncés.

Voir aussi  (SOL) Part ReneSola : Maintenant, le prix devrait exploser ! | Actualité boursière ReneSola Ltd aujourd'hui

Il arrive souvent que les dents des patients plus jeunes soient encore largement en ordre. Ainsi, vous pouvez bénéficier d’une assurance dentaire complémentaire lorsque vous êtes encore en bonne santé, car elle comprend une gamme de prestations plus large à mesure que vous vieillissez. Cependant, il n’est jamais possible de prévoir combien coûteront réellement les prothèses.

Examen des critères à la conclusion

Prothèses dentaires : Surtout, la prise en charge des frais dans ce domaine ne concerne souvent qu’une partie de la facture. En principe, une assurance dentaire complémentaire n’est souvent valable que si certaines conditions minimales sont remplies.

Par exemple, les frais d’une prothèse dentaire ou les frais d’implant chez le dentiste doivent être couverts entièrement ou du moins dans la mesure du possible. Si la valeur est placée sur des matériaux de haute qualité pour les incrustations, il convient également de choisir dans ce cas un tarif qui couvre au moins la moitié des coûts.

Il est également important de noter les délais d’attente qui se présentent, qui peuvent parfois être compris entre trois et cinq ans. Il s’agit de la période de temps entre le début du contrat et le début du sinistre : ce n’est qu’après un certain « délai d’attente » que le droit à la prestation d’assurance complète existe. Attention : Certaines compagnies d’assurance n’accordent aucune prestation dans les six à huit premiers mois suivant la conclusion du contrat.

l’essentiel en bref

  1. L’assurance dentaire complémentaire ne couvre généralement pas tous les co-paiements privés complètement et à 100 %.
  2. En règle générale, il y a des années d’attente après la conclusion du contrat jusqu’au début complet de la réclamation.
  3. Un diplôme a du sens, surtout dans les années les plus jeunes et les plus «saines», car les dents sont encore largement en ordre ici. Après tout, les compagnies d’assurance ne remboursent pas les dommages déjà connus lors de la conclusion du contrat.
Voir aussi  Comment préparer votre retraite avec l'épargne BNP ?