sam. Mai 25th, 2024
5 millions d’euros : le gouvernement annonce un financement pour la cybersécurité
Rate this post

Le gouvernement les veut recherche en sécurité coup de pouce en Autriche. Elle se contracte pour la première fois 19 millions d’euros financement massif pour les programmes de recherche existants KIRAS et FORTE. dont devrait 5 millions d’euros se consacrer exclusivement à des projets de recherche liés à la cybersécurité, tels que Florian Tursky (ÖVP)secrétaire d’État à la Numérisation, a expliqué lundi lors d’une discussion de fond.

Selon Tursky, la raison de l’augmentation des investissements et de l’établissement des priorités est l’augmentation cybercriminalité. Le secrétaire d’État est convaincu que les cyberattaques contre les entreprises et les autorités « vont augmenter de façon spectaculaire dans les prochaines années ». Surtout, les deepfakes ou les images manipulées constitueraient une menace pour la société et la démocratie. Des solutions issues de la recherche sont ici nécessaires.

L’appel d’offres est ouvert depuis décembre dernier. Le gouvernement recevra probablement les premiers fonds après 17. Mars déverser D’ici là, il est possible de soumettre des propositions de projets pour divers projets de recherche.

Tursky : « La surface d’attaque s’agrandit »

Les 5 millions d’euros affluent 4 zones: L’investigation numérique, l’intelligence artificielle (IA) et la protection des infrastructures critiques et des applications IoT. « Ce sera en 2025 75 milliards d’appareils dans le monde qui sont connectés à Internet », note Tursky. « La surface d’attaque globale est de plus en plus grande.

Le secrétaire d’État est convaincu que les nouveaux développements liés à l’IA et à l’informatique quantique en particulier constitueront un risque à l’avenir. Il existe déjà des deepfakes, c’est-à-dire des vidéos réalisées à l’aide de intelligence artificielle ont été produits sont de plus en plus difficiles à dénoncer comme des contrefaçons. L’année dernière, la « zone de cybercriminalité » en Autriche a augmenté d’environ 30 pour cent. Ainsi, outre la sensibilisation de la population, des entreprises et de l’administration, l’accent est désormais mis sur l’augmentation du financement de la recherche en matière de sécurité. Le montant de 19 millions d’euros sera « certainement maintenu » dans les années à venir, explique Tursky.

Voir aussi  The Line et plus : Voici les 4 villes futuristes de NEOM

Le mauvais Klitschko était-il un deepfake - ou pas si "profond" du tout ?


Vie numérique

Qu’est-ce qu’une vraie vidéo deepfake ?

Détecter la désinformation à l’aide d’un outil d’IA

Le projet « defalsif-AI », entre autres, a bénéficié des tours de table passés. Sous la direction de Institut autrichien de technologie (AIT) les chercheurs ont développé une « boîte à outils » basée sur l’IA. Les utilisateurs peuvent l’utiliser pour crédibilité de texte, image, vidéo ou matériel audio. Pour ce faire, ils introduisent simplement le fichier suspect correspondant dans l’outil, qui peut être ouvert dans le navigateur.

defalsif-AI vise notamment la désinformation politiquement motivée. « La désinformation est un dur à cuire », déclare le chef de projet Martin Boyer. Cependant, le travail sur defalsif-AI a porté ses fruits. Parce que les chercheurs ont pu utiliser le financement KIRAS pour trouver plus Fonds de l’UE intervenir. Boyer espère rendre sa boîte à outils accessible au public à l’avenir. Dans un premier temps, il doit être utilisé à des fins éducatives – par exemple pour aider les enfants et les jeunes à développer leurs compétences éducation aux médias soutenir.

traiter de la vie privée

Quelques projets de recherche dans le cadre du programme de sécurité KIRAS ont été maintes fois critiqués par le passé. Les militants du Net ont régulièrement fait part de leurs inquiétudes quant au fait que certains projets assimilaient la sécurité à la surveillance des citoyens et ont mis en garde contre le mépris de la vie privée pour les projets de recherche.

Le secrétaire d’Etat Tursky a souligné lundi que les experts concernés seraient consultés pour tous les projets. On veut accompagner tous les projets « sciences humaines, sociales et culturelles » aussi bien sur le plan juridique. Il s’agit de s’assurer que tout est conforme à la loi sur l’éthique et la protection des données inoffensif être.

Voir aussi  Personne en Chine ne veut acheter de voitures électriques allemandes