mer. Oct 5th, 2022

L’auteur et podcasteur canadien Paris Marx critique les entreprises technologiques de la Silicon Valley dans son livre « Road to Nowhere ». Il a beaucoup à se plaindre, notamment avec Elon Musk.

La Silicon Valley est pleine de promesses pour l’avenir de la mobilité : Voitures autonomes et le système de transport à grande vitesse hyperboucle ne sont que deux exemples. L’auteur canadien du livre (« Road to Nowhere ») et podcasteur Paris-Marx critique le fait que l’industrie technologique centrée sur la voiture autour du patron de Tesla, Elon Musk, ne résoudra pas les problèmes de mobilité du futur. Nous avons parlé avec lui.

futurezone : Vous reprochez à l’industrie technologique d’avoir trop d’influence sur le développement de la mobilité. Qu’est-ce qui te dérange exactement ?
ParisMarx : Les investissements nécessaires dans d’autres moyens de transport ont été retardés pendant des années. Nous avons besoin d’améliorations dans les transports publics. Cependant, ceux-ci ont été présentés comme un gaspillage d’argent et on a prétendu que des voitures autonomes nous attendaient juste au coin de la rue.

Paris-Marx est l’hôte du podcast hebdomadaire « La technologie ne nous sauvera pas“. Il a avec « Road to Nowhere : ce que la Silicon Valley se trompe sur l’avenir des transportsvient également de publier un livre.

Ils auraient dû être dans la rue dès 2020. Tesla promet toujours de travailler sur une voiture entièrement autonome.

Les plans ont toujours été irréalistes, en particulier dans les délais promis par les entreprises technologiques. Ils sont maintenant utilisés dans certains pays. De plus en plus de systèmes d’aide à la conduite sont ajoutés aux voitures. Mais je ne m’attends pas à ce que de vraies voitures autonomes fassent des progrès significatifs.

Il y a près de dix ans, Elon Musk a relancé le concept de l’Hyperloop, dans lequel des capsules sont censées traverser des tubes à 1 200 km/h. Est-ce que ce sera autre chose ?

L’Hyperloop n’est rien de plus qu’une distraction. Depuis lors, aucune entreprise n’a fait de progrès significatifs dans l’établissement de la technologie comme une meilleure alternative aux trains ou aux avions. L’Europe ferait mieux de continuer à améliorer son réseau ferroviaire à grande vitesse que de se laisser distraire par l’Hyperloop.

Surtout, ils critiquent Tesla. À quel point Elon Musk est-il diabolique ?

Je n’irais pas jusqu’à le qualifier de méchant. Elon Musk construit des voitures en tant que patron de Tesla. Il a beaucoup d’influence. C’est aussi un homme très riche qui place la voiture au-dessus de tous les autres modes de transport, à l’exception peut-être de son jet privé. Lorsque des propositions ont fait surface en Californie pour étendre les trains à grande vitesse, il a contré les plans avec l’Hyperloop, affirmant que les trains seraient obsolètes dans un proche avenir. Ce faisant, il a veillé à ce que les gens n’aient pas d’alternative à la voiture. Il pense également que tout le monde devrait être soumis à ses caprices et à ses désirs. Je pense qu’il s’agit d’un problème sérieux auquel peu de gens prêtent attention.

Quelle influence l’industrie technologique de la Silicon Valley a-t-elle sur la mobilité en Europe ?

Les récentes révélations sur le service de covoiturage Uber ont montré comment les gouvernements et les responsables européens ont été influencés par les affirmations trompeuses de l’entreprise. Cela a eu des effets néfastes sur les citoyens.

Le livre de Paris Marx a été publié en anglais par Verso Books.

Si nous voulons sauver le climat, vous ne pensez pas non plus que les voitures électriques sont la solution. Pourquoi pas?

Je voudrais faire précéder cette question par le fait que je ne suis généralement pas contre les voitures électriques. Mais force est de reconnaître que les voitures électriques génèrent aussi des émissions et que l’empreinte carbone n’est pas nulle, comme le prétendent souvent les slogans marketing.

Avons-nous besoin de moins de voitures ?

Nous devons réduire la conduite et créer des alternatives. Les voitures électriques sont encore de grosses voitures qui ne transportent souvent qu’une ou deux personnes à la fois. Ils laissent encore une empreinte écologique importante. Avec une voiture électrique, les émissions sont générées lors de la phase de production, notamment lors de la fabrication de la batterie.

À quoi ressemblent les alternatives de mobilité durable ?

Des transports publics de meilleure qualité et abordables. Il faut investir davantage dans le réseau ferroviaire. Nous avons également besoin d’infrastructures cyclables qui garantissent que les gens sont à l’abri des voitures et qu’il existe un endroit fiable pour garer les vélos. Mais le système de transport n’est qu’un des systèmes nécessaires pour bâtir de meilleures collectivités. Nous avons la technologie pour cela, mais nous avons besoin de la volonté politique.

Il restait peu de battage médiatique

Voitures autonomes

En 2015, il y avait un battage médiatique autour des voitures autonomes, mais le développement est à la traîne : 2020 aurait dû être le moment. Cependant, le fait que les voitures puissent rouler indépendamment dans toutes les situations est techniquement complexe. De nombreuses questions juridiques sont encore ouvertes. Les véhicules entièrement automatisés capables de prendre le contrôle de toutes les situations n’existent pas encore. Les premiers taxis robotisés pour les courtes distances sont en service en Chine et aux États-Unis.

hyperboucle

Il s’agit d’un système de transport à grande vitesse dans lequel les capsules se déplacent à la vitesse du son sur des coussins d’air dans un tube sous vide. L’idée remonte à 2013. En 2020, il y a eu un essai routier avec des passagers à Las Vegas. Peu de choses se sont passées depuis lors.

Voir aussi  La nouvelle image de James Webb montre la nébuleuse d'Orion avec des détails incroyables