mer. Sep 28th, 2022

Les systèmes d’aide à la conduite sont désormais obligatoires dans de nombreuses voitures neuves. Mais ceux-ci ne sont pas seulement nécessaires pour les voitures, mais aussi pour les tramways. Au Centre de vision, d’automatisation et de contrôle au Institut autrichien de technologie (AIT) ils le recherchent depuis 8 ans.
Cette année, un projet de recherche a été achevé dans lequel les systèmes d’assistance pour « Bims » avec intelligence artificielle (IA) ont été équipés. « Demain, les tramways devront aussi développer un comportement d’anticipation pour fonctionner en toute sécurité et éviter les pannes », précise le chef de projet AIT. Christian Zinner en conversation avec futurezone.

aide à la conduite

Cela se fait avec des réseaux de neurones qui apprennent à comprendre les situations de trafic et à les évaluer avec prévoyance. Il s’agit principalement d’éviter les blessures corporelles. Les box intégrés aux tramways sont équipés d’une IA censée comprendre et interpréter des situations délicates. « Les gens sont et resteront la mesure de toutes choses », déclare Zinner.

« Mais les gens n’ont pas le même niveau d’attention à tout moment, car les conducteurs sont parfois fatigués lorsqu’ils sont sur la route pendant une longue période. C’est là que nous pouvons offrir une assistance avec l’IA », explique le chef de projet AIT. « Il y a toujours des accidents dus à des erreurs de conduite, par exemple parce qu’un véhicule est conduit trop rapidement dans un virage, puis déraille ou se renverse », explique Zinner. Ici aussi, l’IA devrait aider à les éviter.

Voir aussi  iPhone 14 : Voici comment Apple passe des appels d'urgence par satellite

Comment l’IA reconnaît les véhicules et les vitesses

Installation dans les flottes

Les nouveaux composants utilisés dans le projet de financement de la recherche FFG »INTELLiTRAM“ sont utilisés doivent aussi être les plus réduits possible car ils doivent pouvoir s’intégrer dans les flottes existantes. C’était un défi, dit Michel Kreilmeierdirecteur général de Mission intégréequi est un partenaire de projet de l’AIT avec Alstom.

Les tramways ont également des exigences particulières qui n’existent pas pour les voitures : les systèmes doivent connaître les signaux et les aiguillages, par exemple. De plus, les distances de freinage sont beaucoup plus longues, ajoute Kreilmeier. « L’IA aide à mieux interpréter les scènes. »

Le tram pourrait entrer dans le dépôt de manière indépendante si AIT réussit

Conduite autonome jusqu’au dépôt

Le projet vise également à permettre au tram de rouler de manière partiellement autonome à l’avenir. Mais cela peut-il arriver bientôt? «Nous ne nous attendons pas à ce que tous les véhicules soient sans conducteur du jour au lendemain. Mais il existe des domaines d’application où il est relativement facile d’imaginer qu’il soit également utilisé dans les tramways », explique Zinner.

L’un de ces domaines d’application concerne la dépôt. Le tramway apprend à s’y garer de manière autonome et se réactive lorsqu’il est temps pour lui de repartir du dépôt. Pendant la nuit, les véhicules sont généralement garés au dépôt et ne sont remis en service qu’au début du quart de travail. Cela coûte très cher aux entreprises si elles doivent payer des suppléments de nuit. La pierre ponce devrait également être en mesure de gérer le transfert vers l’atelier ou le lave-auto de manière indépendante, si AIT réussit. Pour ce faire, vous devrez apporter la technologie nécessaire directement dans le véhicule.

Outre la reconversion des flottes, il existe d’autres défis. Plus les systèmes sont autonomes, plus il y a d’exigences de sécurité. « C’est encore plus grand Thème normalisation et homologation», explique Kreilmeier. C’est pourquoi il n’ose pas faire de prévisions fixes quant au moment où les tramways autonomes seront effectivement utilisés dans la gestion de flotte.

Plus d’informations sur le projet

Projet

Un « Tramways intelligents grâce à Sense, Learn and React » (en abrégé : INTELLiTRAM) sont-ce Institut autrichien de technologie (AIT) avec le plus grand constructeur de véhicules ferroviaires d’Europe Alstom (anciennement Bombardier) et Mission intégrée impliqué

La science

Les chercheurs peuvent s’appuyer sur les résultats et les utiliser davantage

aide financière

Le projet a duré 3 ans et a été financé dans le cadre du programme Mobilité du Futur par le Ministère fédéral de la protection du climat parrainé et par le Agence autrichienne de promotion de la recherche colonisé

systèmes d’assistance

AIT a déjà développé deux systèmes d’assistance pour les tramways qui pourraient servir de base au projet. « Notre système d’assistance au conducteur surveille la vitesse à laquelle la voiture roule à un certain point et si la vitesse prévue est maintenue », explique Zinner. Si ce n’est pas le cas, des avertissements sonores sont donnés aux chauffeurs. Si la limite est largement dépassée, le véhicule est automatiquement freiné.

Un deuxième système d’assistance concerne l’évitement des collisions. « Pour ce faire, nous avons développé un système d’obstacles avec des caméras stéréo qui est intégré à la voiture », explique le chef de projet. Ces deux systèmes d’assistance pour les tramways sont prêts pour le marché et sont utilisés dans plusieurs villes du monde, explique Zinner. Francfort en Allemagne a été la première ville à utiliser ces systèmes Zurich suivi en Suisse. « La pénétration dans les flottes de tramways augmentera rapidement », déclare Zinner.

stratégie de recherche

« Pour nous, le projet fait partie d’une stratégie de recherche plus large », explique Kreilmeier de Mission Embedded. Les travaux se poursuivent là-bas pour s’assurer que les systèmes d’IA passent un soi-disant « contrôle de sécurité » afin d’être approuvés. Les systèmes d’IA développés ne sont actuellement pas approuvés pour une utilisation dans les tramways. AIT étudie par la suite comment mieux reconnaître les rails afin de pouvoir les entretenir en temps opportun.

Cette série est publiée en indépendance éditoriale avec le soutien financier de l’Agence de Promotion de la Recherche (FFG).