mer. Oct 4th, 2023
Rate this post

Les géants de l’Internet et les fournisseurs de télécommunications sont utilisés par les Commission européenne apporté à une table. Dans une première procédure, l’instance européenne examine la possibilité pour les grands fournisseurs de contenu en ligne – y compris, par exemple, Google, Netflix ou Amazone – demander à la caisse. Ils devraient payer leur « juste part » pour l’expansion d’Internet, c’est l’argument des fournisseurs de télécommunications. Un « péage de données » est requis, c’est-à-dire une sorte de prélèvement auprès des entreprises technologiques.

La Commission soutient la proposition. L’UE doit « réorganiser la juste rémunération des réseaux ». Il y a naturellement un vent contraire de la part des sociétés Internet, mais aussi des autorités de régulation et des militants de l’Internet. Quels sont les avantages et les inconvénients d’un péage de données ? Le arguments le fournisseur de télécommunications en échec.

« Les géants de la technologie sont responsables du trafic de données »

L’argument principal des fournisseurs de télécommunications est le suivant : Netflix, Google et Co sont les principales sources de trafic de données. Les sociétés Internet « occuperaient » une grande partie des réseaux avec leurs contenus et services. Depuis Magenta Autriche il dit à la demande de futurezone, 70 pour cent de la capacité du réseau serait prise en compte par les services vidéo internationaux. De plus, non seulement les opérateurs de réseau, mais aussi les entreprises technologiques bénéficieraient d’un péage de données. Après tout, un réseau bien développé attirerait de nouveaux clients.

Voir aussi  Windows 11 fonctionne désormais officiellement sur les MacBook M1 et M2

Comme le soulignent à juste titre de nombreux critiques, le chat se mord la queue ici. Car ce Principe du pollueur-payeur est assez sujet aux erreurs. Qui a besoin d’un routeur à la maison s’il ne s’agissait pas du contenu fourni par la technologie ? Au moins est une symbiose dans laquelle les deux parties créent mutuellement l’offre et la demande. Ce n’est pas sans raison que les fournisseurs de télécommunications vendent souvent leurs tarifs en combinaison avec des abonnements à divers services de streaming, tels que YouTubePremium. L’argument causal des fournisseurs de télécommunications est également à la traîne en ce qui concerne la mise en œuvre. Il est souvent difficile de savoir à qui l’on requête de données est à attribuer exactement.


politique de réseau

Netflix devrait payer pour l’expansion d’Internet : qui en profite vraiment

« Le trafic augmente trop »

Les entreprises de télécommunications se réfèrent également à flux croissants de données. L’utilisation d’Internet par les citoyens de l’UE a considérablement augmenté ces dernières années, en particulier à la suite de la pandémie. Depuis 2001, elle a elle-même soixante-dix fois. Il y a un risque que le réseau ne puisse pas s’adapter assez rapidement à la demande avec les moyens actuels. Les réseaux atteindraient bientôt leur limite, ainsi l’argument est allé.

Le « exponentiel La « croissance du trafic » dont parlent les fournisseurs de télécommunications n’existe pas du tout, concluent divers experts. La croissance du trafic est au mieux écurieselon le résultat d’une étude de l’Agence fédérale allemande des réseaux de 2022. La raison en est « la saturation relative du marché des services de streaming ». Les autorités de régulation des réseaux de l’UE (ORECE) arrivent à la même conclusion. Selon un rapport, le trafic Internet a « augmenté régulièrement au fil des ans ». Il n’y a eu « aucun changement fondamental dans la tendance générale de la croissance ». Cette tendance va-t-elle se poursuivre à l’avenir ? avec plus gourmand en données Les développements tels que le métaverse et les services cloud se poursuivront reste à voir.

« La croissance coûte trop cher »

L’argument selon lequel les fournisseurs de télécommunications ne peuvent pas supporter financièrement la croissance des données est également erroné. Une étude du cabinet de conseil Analysys Mason suggère que le coût des opérateurs de réseau au fil des ans resté le même sont – malgré l’augmentation du trafic de données. Au cours de la période 2018-2021, les coûts liés au réseau pour les entreprises de télécommunications auraient augmenté d’un total de 3 pour cent augmenté, tandis que le trafic sur le réseau mondial a augmenté 160 pour cent.

Après tout, les opérateurs télécoms se contredisent aussi : Vodafone expliquait à ses investisseurs en juin 2021 que le trafic de données augmentait, mais pas proportionnellement aux coûts de l’entreprise. Vodafone pourrait même réduire les coûts à l’avenir. Ils ont fait des déclarations similaires Deutsche Telekom ainsi que Téléfonica dans le passé.

Les services de streaming comme Netflix représentent une grande partie du trafic Internet dans le monde.

« Google, Amazon, Netflix and Co paient trop peu »

Selon les fournisseurs de télécommunications, les géants de la technologie contribueraient trop peu à l’expansion du réseau. Dans les zones rurales en particulier, où la demande de services en ligne n’est pas élevée, les ressources financières font défaut. Les gros joueurs répondent qu’ils ne sont en aucun cas cavaliers libres. Bien qu’ils n’investiraient pas directement dans l’expansion de la fibre optique ou dans les normes de communication mobile, ils investiraient dans des centres de données ou des câbles sous-marins.

En fait, d’ici 2011 et 2021, les entreprises technologiques auront environ 183 milliards d’euros consacrer à l’expansion de l’infrastructure Internet en Europe – en plus de cela production de leur contenu. Les fournisseurs de télécommunications en profitent également. Selon les calculs d’Analysys Mason, les investissements de Big Tech leur font économiser environ un milliard d’euros des redevances de réseau et de transit.

Christian Timmerprofesseur d’informatique à la Université de Klagenfurtsouligne cet aspect dans une interview à futurezone : « Les grands fournisseurs de streaming comme Netflix ont les leurs dans toutes les grandes métropoles Nœud CDN, c’est-à-dire des réseaux de serveurs à proximité immédiate des utilisateurs. Surtout, ils garantiraient que le transit des données et donc la charge de travail pour le fournisseur de réseau est aussi faible que possible, selon l’expert en streaming.

Enfin, il y a ceux fonds, que les FAI reçoivent pour l’expansion du réseau. Dans la plupart des pays de l’UE, c’est des milliards provenant de sources publiques ou privées. Selon l’ORECE rien n’indiquerait que les coûts d’extension du réseau n’étaient pas déjà couverts. Cela réfute également l’argument selon lequel les fournisseurs de télécommunications ne disposent pas de suffisamment de fonds pour étendre le réseau dans les zones rurales.

Et même si les entreprises de télécommunications plus d’argent besoin, il faudrait probablement un certain temps avant qu’ils ne reçoivent réellement les prélèvements. De nombreux pays de l’UE ont un objectif clair en matière de haut débit. Une grande partie des investissements devrait donc être réalisée avant même que les fonds de la Big Tech ne fassent effet.

« La neutralité du net n’est pas en danger »

Les partisans du péage des données affirment à plusieurs reprises que le neutralité du net n’est pas menacée par un prélèvement. La Commission a assuré à futurezone en octobre qu’elle n’avait pas l’intention de « modifier la réglementation européenne sur la neutralité du net ».

En fait, un péage de données pourrait saper la neutralité. Si les géants de l’internet payent leur accès à l’infrastructure, ils pourraient le faire avec les fournisseurs de réseaux de meilleures conditions préserver et cimenter leur marché huit. Les petits, en revanche, sont limités dans leur capacité à concourir.

Que cela se produise réellement, cependant, devrait dépendre du concret conception dépendent du péage de données. Si l’argent passait directement des grandes entreprises technologiques aux fournisseurs de réseaux, le risque d’abus de pouvoir de marché serait grand. S’il entrait dans le financement de l’UE, par exemple, il y aurait probablement moins à craindre qu’il soit influencé. La Commission pourrait également insister sur ce dernier arrangement à l’avenir.

Seuls 57 % de la population autrichienne disposent actuellement d’une connexion haut débit potentielle. L’agrandissement coûtera.

Décision encore possible en 2023

La Commission est susceptible de réfuter tous ces arguments au cours de la procédure de consultation argumenter. La consultation publique court jusqu’au 19 mai. Le commissaire responsable du marché intérieur Thierry Breton Dans un communiqué, il n’a pas voulu s’engager sur la question de savoir si les géants de la technologie devraient réellement payer pour l’expansion du réseau. Cependant, le Français a au moins expliqué que l’aspect était en train d’être traité. Le breton est considéré affin télécom. Le commissaire européen est un ancien directeur général de French Telecom Orange et a déjà préconisé un péage de données dans le passé.

Breton a récemment déclaré à Reuters qu’il était convaincu que la Commission adopterait une législation en la fin de l’année pourrait se mettre en mouvement. Si la Commission veut mettre en œuvre le projet au cours de ce mandat, le temps presse. Dans le Printemps 2024 un nouveau Parlement européen est élu. Même dans les mois qui précèdent, il est traditionnellement difficile de finaliser les lois.

Les câbles à fibre optique devraient apporter une connexion Internet rapide et stable dans tous les coins du pays


politique de réseau

400 millions d’euros supplémentaires pour l’expansion du haut débit d’ici 2026