sam. Déc 3rd, 2022

Une équipe de recherche a avec le Très grand télescope (VLT) la Observatoire européen austral (ESO) 2 extrêmement exotique exoplanètes découvert. Dans les couches supérieures de leur atmosphère, les scientifiques ont pu baryum identité.

Le baryum est l’élément le plus lourd jamais détecté et pèse dans l’atmosphère d’une exoplanète 2,5 fois plus que le fer. Sur Terre, par exemple, l’élément est combiné avec d’autres éléments pour fabriquer des fluides de forage pour les puits de pétrole.

Découverte surprenante

La découverte a surpris les chercheurs, comme l’ESO l’a annoncé dans une émission. De plus, le baryum n’a été trouvé que par hasard, comme le premier auteur Thomas Azevedo Silva explique : « C’était une découverte fortuite ».

Selon lui, l’équipe de recherche n’a pas spécifiquement recherché le baryum ni attendu sa présence. Par conséquent, après la découverte, il a fallu vérifier soigneusement si l’élément provenait réellement de la planète – après tout, il n’avait jamais été découvert sur des exoplanètes auparavant.

Jupiters ultra-chauds

Les exoplanètes WASP-76b et WASP-121b sont classés comme des Jupiter ultra-chauds et ont à peu près la taille de Jupiter. Parce qu’ils sont si proches de leurs étoiles hôtes, ils ont une température de surface de plus de 1 000 degrés Celsius sur.

Les chercheurs pensent que cette proximité pourrait être déterminante pour leurs propriétés. Parce que les exoplanètes sont gazeuses et chaudes, leurs atmosphères sont élargies et donc plus faciles à observer et à étudier que celles de planètes plus petites ou plus froides.

Voir aussi  Amazon lance la semaine du Black Friday : ces offres en valent la peine

Pour leurs observations est venu un instrument appelé Expresso utilisé pour analyser la diffusion de la lumière des étoiles dans l’atmosphère d’une exoplanète. Outre le baryum, l’hydrogène, le magnésium, le sodium et le lithium ont pu être identifiés.

Le mystère reste non résolu

La raison pour laquelle le baryum, élément lourd, se trouve dans les couches supérieures plutôt que dans les couches inférieures de l’atmosphère est un mystère pour les chercheurs pour le moment. « Pour le moment, nous ne savons pas quels sont les mécanismes », déclare le co-auteur de l’étude. Olivier Demangeon de la Université de Porto au Portugal.

L’étude a été publiée dans la revue Astronomy & Astrophysics.