lun. Mai 20th, 2024
Google : « Une protection climatique efficace ne peut être obtenue qu’ensemble »
Rate this post

Christine Antlanger-Winter, technicienne média diplômée et conceptrice média, a fait carrière dans une agence média. Elle est directrice générale de Google Autriche depuis 2018.

Pourquoi Google est-il si fortement impliqué dans la politique environnementale, également en Europe ?
Christine Antlanger-Winter : Ce qui est bon pour la planète est aussi bon pour nous. Google s’engage pour l’environnement et la protection du climat depuis plus de 20 ans. Nous sommes ravis que de plus en plus d’entreprises se rendent compte que c’est également bon pour leurs affaires. Les clients le veulent, les salariés l’exigent et les actionnaires et financiers le demandent également de plus en plus. C’est pourquoi nous exhortons les États-Unis et l’UE, ainsi que d’autres entreprises, à resserrer leurs objectifs d’émissions. Nous sommes fiers de soutenir le Green Deal européen. Nous poursuivons nous-mêmes des objectifs ambitieux, comme travailler 24 heures sur 24 avec de l’électricité verte. Nous sommes actuellement à 66 %. Nous n’atteindrons 100% que si davantage d’acteurs nous accompagnent sur notre chemin vers la décarbonation. Une protection climatique efficace ne peut être obtenue qu’ensemble.

Google essaie depuis longtemps de rendre son activité plus durable. Dans quel domaine est-il le plus difficile d’atteindre la neutralité carbone ?

90 % des émissions des grandes entreprises proviennent des petites et moyennes entreprises (PME), qui jouent un rôle clé dans la conception des produits et services. Et les PME n’ont souvent pas les ressources nécessaires pour mesurer et gérer leurs émissions. Dans un récent sondage, 63 % disent qu’ils ne pensent pas avoir les bonnes compétences pour mettre en œuvre l’action climatique. C’est exactement par là que nous voulons commencer. C’est pourquoi, par exemple, nous avons un partenariat avec Normativ, une société suédoise qui propose un calculateur de CO2 gratuit pour les entreprises, notamment dans le secteur des PME.

Voir aussi  Un autre objet non identifié abattu au-dessus de l'Amérique du Nord

En plus des services en ligne et des logiciels, Google est également représenté dans le secteur du matériel. Comment Google garantit-il une extraction des ressources éthique et respectueuse de l’environnement et un recyclage durable en fin de vie ?

C’est vraiment un domaine très important. C’est pourquoi nous nous appuyons sur des normes élevées de protection des employés et de l’environnement chez chaque fournisseur. Avec le matériel, nous prêtons attention à la durabilité tout au long du cycle de vie des produits, depuis la conception, la production, le transport, l’utilisation et la fin de vie. Nous visons à améliorer la circularité de nos produits, processus et communautés. Tous nos produits que nous publions depuis 2022 contiennent des matériaux recyclés. D’ici 2025, nous visons à utiliser au moins 50 % de plastique recyclé dans nos produits. Nous voulons rendre les emballages complètement sans plastique d’ici là.

Avec lequel de ses services Google souhaite-t-il aider d’autres entreprises à rendre leur activité plus durable ?

Par exemple, nous proposons à nos partenaires nos outils d’IA pour surveiller les émissions via Google Cloud, l’Environmental Insights Explorer, qui comprend les émissions de plus de 40 000 villes dans le monde, ou le Google Earth Engine, qui comprend plus de 50 000 chercheurs*. l’état actuel de la planète. Nous nous engageons également en faveur de la conservation de la nature, de l’adaptation au changement climatique et des technologies qui permettent une production alimentaire plus durable, résiliente et productive.

Visite du nouveau campus Bay View de Google à Mountain View

Le nouveau campus Bay View de Google fonctionne uniquement à l’électricité verte, chaque goutte d’eau est recyclée

Dans le secteur de l’énergie, Google promeut le principe 24/7 Carbon Free, par lequel les entreprises sont censées ajuster précisément leur consommation d’électricité à la production actuelle d’électricité verte. Qu’est-ce que Google en attend ?

Voir aussi  James Webb montre la galaxie Sparkler avec les premières étoiles de l'univers

Des recherches menées par la TU Berlin ont montré que ce concept pourrait avoir un impact majeur sur la protection du climat. Si, par exemple, seulement 25 % des entreprises en Irlande avaient leurs besoins en électricité 100 % sans CO2 24h/24 et 7j/7 d’ici 2025, elles économiseraient 600 000 tonnes de CO2 par an par rapport à l’équilibrage annuel du CO2. Cela représenterait 15 % des émissions des centrales électriques irlandaises. Indépendamment de ce concept, l’Agence internationale de l’énergie affirme que le numérique est la clé de la décarbonation. Vous pourriez réaliser 20 à 25 % d’économies de CO2 en Europe avec des solutions numériques, soit autant que les émissions de la France et de l’Allemagne réunies.

Afin de décarboner le système énergétique, de nouvelles technologies et infrastructures sont nécessaires, par exemple pour le transport de l’hydrogène, pour le développement de nouveaux types de batteries ou de nouvelles sources d’énergie comme la fusion nucléaire. Comment Google est-il impliqué ?

Nous investissons dans différentes approches qui nous permettent d’obtenir une énergie fiable sans CO2 partout, toute la journée. Cela comprend, par exemple, la combinaison de l’énergie éolienne et solaire ou la poursuite du développement de l’IA. Par exemple, nous travaillons avec Engie pour utiliser l’IA pour faire de meilleures prédictions sur le marché de l’énergie auquel vendre l’énergie éolienne et à quel prix. Ceci est complexe en raison de la nature imprévisible de l’énergie éolienne. Nous investissons également dans le stockage par batterie. En Belgique, par exemple, notre centre de données fonctionne 82 % du temps à l’électricité verte, car nous produisons de l’énergie solaire localement et la stockons dans des batteries.

Voir aussi  Apple ne ramènera probablement pas la fonctionnalité iPhone populaire

Google a une connaissance approfondie des pensées des gens grâce à son moteur de recherche. Dans quelle mesure le monde s’inquiète-t-il de la crise climatique, des pénuries d’énergie ou de l’extinction des espèces ?

Les préoccupations des gens sont évidentes dans les informations qu’ils recherchent. En juillet 2022, le terme de recherche « anxiété climatique » a atteint un niveau record. Les termes de recherche les plus populaires sont « installation solaire sur le toit », « énergie solaire », « vélos électriques », « voitures électriques » ainsi que « économiser du gaz », « économiser des coûts de chauffage » ou « économiser de l’énergie ». Au cours des 5 dernières années, nous avons également constaté une multiplication par cinq des recherches de produits durables. Partout dans le monde, des gens descendent dans la rue pour réclamer des solutions durables. Nous nous engageons pleinement à faire partie de cette solution.