ven. Sep 30th, 2022

Selon le gestionnaire du réseau de transport, la longue canicule a débuté en juillet APG la production d’électricité Hydroélectricité par rapport au même mois l’année dernière dans ce pays 31 pour cent laisser couler. « En conséquence, l’Autriche a dû importer trois fois plus d’électricité que la moyenne des 4 dernières années », explique le CTO d’APG. Gérard Christiner, dans une émission jeudi.

En juillet 2021, selon APG, environ 96 pour cent de la consommation d’électricité en Autriche est couverte par les énergies renouvelables, cette année c’était uniquement à cause de la sécheresse 77 pour cent.

Goulots d’étranglement sur les lignes

La forte baisse de la production d’électricité d’origine hydraulique en juillet s’est également reflétée dans les échanges énergétiques en Autriche. Tyrol a dîné avec 263 GWh en juillet vers 22 pour cent moins de puissance dans le réseau APG que le mois précédent. La Haute-Autriche a débarqué avec 164 GWh à la deuxième place. Vienne (457 GWh) et la Basse-Autriche (306 GWh) ont tiré le plus d’électricité du réseau en juillet.

Selon le gestionnaire du réseau de transport, le bilan de la bourse autrichienne de l’énergie montre que le réseau électrique suprarégional d’APG est « essentiel pour la sécurité de l’approvisionnement en électricité de l’Autriche ». Selon APG, un manque de capacité du réseau entraîne des goulots d’étranglement sur les lignes et nécessite le recours à des mesures d’urgence dites de redispatching presque quotidiennement. Les charges élevées des lignes sont compensées par des interventions ciblées dans l’utilisation des centrales thermiques et hydrauliques.

Voir aussi  Les docteurs - 40 ans de punk : gagnez un livre pour l'anniversaire du groupe

Les frais doivent être supportés par les clients

« En juillet, de telles interventions étaient déjà nécessaires sur 144 jours cette année », précise le directeur financier d’APG, Thomas Carall. Cela entraîne des coûts qui doivent finalement être payés par les clients de l’électricité. Selon APG, les dépenses déclenchées par les mesures de réexpédition étaient d’environ 54 millions d’euros à la fin du mois.

« Un réseau électrique puissant avec une capacité suffisante réduirait considérablement le besoin de redispatching et réduirait les coûts », a déclaré Karall. Le représentant d’APG a de nouveau appelé à « l’extension immédiate de l’infrastructure du réseau ».