mar. Déc 6th, 2022

D’ici 2030, l’Autriche doit disposer d’un accès Internet fixe et mobile compatible gigabit à tous les niveaux. Qui a quitté Florian Turski, secrétaire d’État à la Numérisation et au Haut Débit, le week-end. présente actuellement 84 pour cent des foyers via un réseau mobile 5G, 57 % via une éventuelle connexion en fibre optique. Tursky veut suivre le rythme avec une connectivité fiable – notamment en raison des expériences de la pandémie corona.

« Aussi terribles que soient les conséquences de la pandémie dans les secteurs de la santé et de l’économie, ce fut un incroyable coup de pouce pour la numérisation », a déclaré Tursky dans une interview avec APA. Pendant le confinement, la population a appris à apprécier « qu’au moins des rencontres virtuelles puissent avoir lieu ». Même les sceptiques auraient accepté les outils correspondants, « la confiance dans les solutions numériques a augmenté grâce à Corona ». Surtout, la demande d’Internet par fibre optique a énormément augmenté : « Que ce soit au travail ou à titre privé, nous avons besoin d’un Internet rapide et stable.

1,4 milliard d’euros pour l’expansion du haut débit

Par conséquent, d’ici 2026, plus 1,4 milliard d’euros vers l’expansion du haut débit. Avant tout, Tursky veut combler au plus vite les lacunes dans les zones rurales : « De même qu’il a toujours été une évidence d’être connecté aux routes, à l’électricité et à l’eau, une connexion par fibre optique devrait être une évidence ».

Tursky est depuis 100 jours membre du gouvernement fédéral vert turquoise sous la direction du chancelier Karl Nehammer (ÖVP) : « C’était la bonne décision lors du remaniement gouvernemental que les applications et l’infrastructure numériques soient regroupées et situées dans un secrétariat d’État séparé à le ministère des Finances. » Il y traite des « matières transversales totales », notamment avec les ministères de la mobilité, de l’innovation et de la technologie ainsi que de la santé et des affaires sociales, il y a des points de contact permanents.

Voir aussi  Bitcoin tombe à son plus bas niveau depuis fin juillet

« La transformation numérique est encore méconnue de beaucoup et suscite des craintes chez certains », a admis le joueur de 34 ans. FinanceEn lignele portail en ligne de l’administration financière (« Une solution fantastique que l’Europe nous envie »), et plus récemment le Passeport vert et le e-médication aurait conduit à une « réflexion majeure dans la population », Tursky en était convaincu : « L’utilisation des fonctions augmente également la confiance du public dans les solutions numériques. »

Le permis de conduire numérique arrive cette année

Le secrétaire d’État à la numérisation veut en profiter pour introduire une plate-forme de carte d’identité numérique, pour laquelle on peut s’inscrire auprès du carte d’identité Autriche (E-ID) et peut charger les identifiants requis sur le smartphone via une application si nécessaire. « Toutes les pièces d’identité que vous avez habituellement dans votre portefeuille – carte d’identité, permis de conduire, certificat d’immatriculation, carte d’étudiant – seraient alors disponibles sur votre téléphone portable », a déclaré Tursky. Vous commencerez par le permis de conduire numérique, qui devrait être disponible cette année. Les documents personnels tels que les certificats de naissance, la preuve de citoyenneté ou le certificat de fin d’études doivent suivre plus tard. Jusqu’en 2024 Les démarches administratives souvent fastidieuses – telles que les demandes de passeport ou les enregistrements de résidence – devraient également être possibles par voie numérique.

En termes de numérisation, l’Autriche occupe actuellement la dixième place parmi les 27 pays de l’UE, selon l’indice de l’économie et de la société numériques 2022 (DESI). « L’objectif clair est le top cinq d’ici 2025 », a déclaré Tursky avec ambition. Un fonds de numérisation doté de 160 millions d’euros a été créé pour la numérisation de l’administration publique, qui, selon Tursky, « est très demandée. Dans la perspective d’aujourd’hui, elle sera pleinement utilisée ». L’objectif est d’accélérer la numérisation de l’administration fédérale en finançant des projets spécifiques à effet transversal. « Cela ne fonctionne que si nous relions les registres et créons des interfaces », a souligné Tursky.

Voir aussi  La sécheresse révèle des empreintes de dinosaures vieilles de plusieurs millions d'années

Augmentation de 29 % de la cybercriminalité

Un côté sombre de la numérisation est l’augmentation rapide de la cybercriminalité. 46 000 cas apparaissent dans les statistiques de criminalité pour 2021, soit une augmentation de 29% par rapport à 2020. Pour Tursky, il est important dans ce contexte de « sensibiliser la population et de mettre les lunettes ‘numériques' ». Il est important de renforcer la compétence numérique « de la maternelle à la maison de retraite ».

Interrogé sur le fait que le taux d’élucidation dans le domaine de la cybercriminalité est de 37 % et qu’il y a donc place à l’amélioration, Tursky a déclaré : « Le ministère de l’Intérieur a énormément développé ses compétences numériques depuis le début de ce phénomène. Mais il est très clair que la cybercriminalité ne connaît pas de frontières. » Par conséquent, la coopération internationale entre les forces de l’ordre de tous les pays est hautement prioritaire : « L’Autriche se considère comme un précurseur ».

Cela vaut surtout pour les dérives de la haine en ligne sur les réseaux sociaux, où des moyens juridiques adaptés ont été créés avec la loi sur la lutte contre la haine en ligne et la loi sur les plateformes de communication. Avec ce dernier, les messages incendiaires, diffamatoires et haineux pourraient être rapidement et facilement supprimés – selon Tursky, 17 300 messages ont déjà été signalés et 2 788 supprimés rien que sur Facebook.