dim. Jan 29th, 2023

Avec l’aide de l’économie de marché, nous avons apporté d’énormes innovations techniques et contribué à réduire la pauvreté abjecte.

Le marché libre est une idée étrange qui fonctionne incroyablement bien : beaucoup de personnes différentes, chacune avec ses propres intérêts, et le résultat final est quelque chose qui est bon pour tout le monde dans l’ensemble. Nous n’avons pas besoin d’une agence gouvernementale pour fixer le prix du dentifrice. Personne n’a besoin de trouver une formule compliquée pour déterminer la quantité de nourriture pour chat à produire au cours du prochain trimestre. La réponse à ces questions est, pour ainsi dire, évidente – à travers l’interaction complexe de tous les acteurs du marché, à travers l’interaction de l’offre et de la demande.

Ceci est extrêmement utile dans de nombreux domaines. Avec l’aide de l’économie de marché, nous avons apporté d’énormes innovations techniques et contribué à réduire la pauvreté abjecte. Mais qu’en est-il de l’exploitation des personnes et de la nature ? Et le climat ?

échec du marché

Bien sûr, l’économie de marché n’est pas parfaite – ce n’est pas une découverte révolutionnaire, mais un simple fait économique. En économie, on le sait depuis longtemps : dans certaines situations, il peut arriver que le marché produise des résultats économiquement indésirables – on parle alors de « défaillance du marché ».
Une défaillance du marché se produit, par exemple, lorsqu’un monopole émerge. Si la concurrence disparaît parce qu’il n’y a qu’un seul fournisseur pour un produit, alors le jeu de l’offre et de la demande ne fonctionne plus. Un manque de transparence et des informations incomplètes peuvent également entraîner une défaillance du marché – par exemple, si, en tant que producteur, je suis le seul à savoir que mon produit présente des défauts cachés, mais que je facture toujours le prix total à mes clients de bonne foi.

Voir aussi  Données collectées à tort : des millions d'amende pour Apple

S’agissant du climat, nous avons affaire à une forme très classique de défaillance du marché, à savoir les « coûts externes » : chaque tonne de CO2 entraîne des coûts – sous la forme de mauvaises récoltes futures, de zones devenues inhabitables ou de coûts de réparation pour le climat. dégâts. Cependant, ces coûts ne sont pas supportés par ceux qui sont responsables des émissions de CO2, mais par d’autres, par exemple nous tous. Dès que de telles « externalités » existent, le marché ne peut plus conduire à un résultat optimal en termes purement mathématiques.

Internaliser les coûts externes

La solution à cela a été décrite scientifiquement dès les années 1920 : les coûts doivent être transférés du grand public vers ceux qui les causent, par exemple par le biais d’une taxe. Si causer des dommages coûte cher, alors en tant qu’auteur, vous avez un intérêt personnel à réduire les dommages – et l’idée que l’optimisation de l’intérêt personnel conduit à un résultat qui a du sens pour tout le monde peut fonctionner à nouveau. Le dommage est intégré dans le calcul coût-bénéfice du pollueur par la taxe. On parle d’« internalisation des coûts externes ».

Il est difficile de déterminer le montant d’une telle taxe au cas par cas, mais il ne fait aucun doute que les coûts externes doivent en principe être internalisés. Il ne s’agit pas d’une demande des ennemis subversifs de l’économie de ralentir l’innovation, mais d’un simple fait mathématique incontesté en économie.

L’économie et la protection de l’environnement sont en parfait accord sur ce point. Vous devez demander aux personnes responsables des dommages environnementaux de payer pour les dommages environnementaux – non pas pour ralentir l’économie de marché libre, mais bien au contraire: pour empêcher une défaillance du marché, pour garantir que l’économie de marché puisse remplir pleinement son objectif. Quiconque appelle à la vérité des coûts par le biais des taxes sur le CO2 n’est pas opposé à l’économie, à l’innovation ou à « l’ouverture technologique ». Les mécanismes de marché ne peuvent contribuer à sauver le climat qu’avec une taxe sur le CO2. Les revenus qui en découlent peuvent être répartis entre tous – ou investis dans des projets particulièrement utiles pour le grand public.

Voir aussi  Un bombardier furtif B-2 endommagé lors d'un atterrissage forcé

Un fonds pour les dommages climatiques, comme décidé lors de la conférence sur le climat en Égypte, n’est pas une telle internalisation des coûts externes, mais une continuation de la défaillance du marché. Les coûts ne sont pas supportés par ceux qui les causent, mais par les États, c’est-à-dire encore une fois par le grand public. C’est quelque chose de complètement différent d’une taxe sur le CO2.
Bien sûr, les impôts sont toujours impopulaires. Notre première pensée est : « Ils me prennent encore quelque chose ! » Mais c’est une erreur de raisonnement. Parce que nous payons tous les dommages climatiques aujourd’hui – que nous le voulions ou non, que nous en soyons responsables ou non. C’est l’absence de vérité sur les coûts dans les comportements nuisibles au climat qui nous enlève quelque chose : chacun de nous verse indirectement de l’argent chaque jour à ceux qui causent le plus de dommages au climat. Et ce sont des dépenses que nous ne pouvons plus nous permettre.