lun. Jan 30th, 2023

Les flancs radicaux créent des marges et des extrêmes pour modifier la perception et le discours du public sur le centre afin de s’identifier ou de trouver une base de négociation.

Des militants d’organisations telles que la dernière génération, Rébellion d’extinction ou alors Arrêtez simplement le pétrolequi vont mieux avec des formes de protestation pacifiques telles que de grandes manifestations et des actions de bouclier avec leurs tactiques telles que des blocages de rue non violents, ne visent pas à rallier un large mouvement derrière eux comme des exemples brillants.

Vous ne voulez pas vous rendre populaire, mais vous concentrez délibérément sur la polarisation. Les factions modérées au sein d’un même mouvement peuvent bénéficier de l’attention qu’elles génèrent avec leurs actions impopulaires en étant perçues comme plus professionnelles ou du moins plus sympathiques en comparaison directe.

Flancs radicaux

En conséquence, la préoccupation commune du mouvement, à savoir le revirement de la politique climatique, peut recevoir plus de soutien et de légitimité. Les flancs radicaux créent des marges et des extrêmes pour modifier la perception et le discours du public sur le centre afin de s’identifier ou de trouver une base de négociation.

En plus des blocs collants et des actions de lancer, l’absentéisme scolaire semble tout à coup carrément bien élevé. On oublie vite qu’il n’y a pas si longtemps, les grèves du vendredi au lieu d’aller à l’école étaient évoquées comme une excitation radicale en soi et étaient fermement condamnées par les conservateurs politiques, y compris la menace obligatoire de sanctions plus sévères.

Voir aussi  10 Conseils pour être cool les dernières semaines de grossesse

Le schéma n’est pas nouveau, il s’applique à de nombreux mouvements historiques. Sans la désobéissance civile des groupes très divers du mouvement anti-nucléaire Si la centrale nucléaire de Zwentendorf fonctionnait aujourd’hui et que le non au nucléaire ne ferait pas l’unanimité dans tous les camps politiques. Le chancelier de l’époque, Bruno Kreisky, a défini le flanc radical du mouvement de protestation nucléaire comme «Sympathisants de Baader-MeinhoffPareil avec les terroristes, comme le FPÖ le fait aujourd’hui avec les militants du climat de la dernière génération.

Accompagnant ou contre-productif ?

L’américain américain a examiné la question de savoir si la polarisation des manifestations peut réellement accroître le soutien du public aux mesures de protection du climat et quelles tactiques d’action sont les plus efficaces pour motiver l’action sociologue Dylan Budgen plus précise. Il a testé les effets de trois formes de protestation, à savoir les marches pacifiques, la désobéissance civile et les actions violentes. Dans l’expérience, les participants à l’étude ont répondu à un questionnaire sur leurs croyances climatiques avant et après avoir lu un court message fictif sur une manifestation climatique. Il convient de vérifier si et comment leur opinion en est influencée.

L’étude conclut que la désobéissance civile et les marches pacifiques augmentent le soutien public au mouvement climatique – bien que limité aux groupes dont les tendances politiques sont démocrates ou indépendantes et qui croient au changement climatique d’origine humaine.

Les républicains n’ont été influencés par aucun type de protestation. Ce qui est particulièrement excitant, c’est le résultat qu’aucun des trois groupes de partis n’a eu un effet de retour de flamme significatif, quelle que soit la forme de protestation. La critique fréquemment formulée à l’encontre des « partisans du climat » selon laquelle leur protestation est contre-productive et préférerait dissuader les gens de la protection du climat plutôt que de les encourager à participer serait donc infondée.

Voir aussi  Des avions de la Seconde Guerre mondiale s'écrasent en l'air lors d'un spectacle aérien

Forme extrême de destruction

La désobéissance civile non violente et la protestation pacifique sont pas de contradiction au sein des mouvements sociaux, mais se complètent. En fin de compte, ce ne sont pas les formes de protestation qui nuisent au mouvement climatique, mais seulement celles qui continuent à bloquer le changement climatique – parce que nous ne subissons pas la forme de destruction la plus extrême de la part de personnes qui collent aux cadres des œuvres d’art ou des rues, mais des conséquences de la crise climatique.