ven. Déc 2nd, 2022

L’énorme Télescope à neutrinos Glaçon au pôle Sud pourrait 80 soi-disant « particules fantômes » remonte à leur origine. Ils viennent du noyau de la Galaxie Messier 77.

La galaxie aussi NGC 1068 appelé, est 47 millions d’années lumière loin de la terre. En son centre se trouve un trou noir supermassif particulièrement actif.

Période d’observation de 10 ans

Il n’est pas possible d’identifier l’origine d’un seul neutrino, expliquent les chercheurs dans une émission. Tu devais le faire dans le passé 10 années informations du total 80 particules recueillir.

Les neutrinos peuvent provenir d’endroits où l’extrême haute densité voler vers la terre. Son chemin n’est ni l’un ni l’autre question encore de Champs électromagnétiques influencé. Cela signifie, par exemple, qu’ils peuvent voler à travers toute la terre sans être dérangés. Ils ont une masse très faible et sont chargés de manière neutre.


La science

Comment la matière noire est recherchée dans la glace antarctique

Ils servent entre autres à observer des objets qui autrement resteraient cachés. Un exemple est le noyau du soleil, où les neutrinos sont créés par des réactions de fusion. D’autres sont des noyaux de galaxies dont jets (matière déviée par le trou noir et projetée dans l’espace) ne pointe pas vers la Terre, comme c’est le cas ici.

télescope dans la glace

L’équipe IceCube a maintenant le trou noir au cœur du galaxie spirale Messier 77 observé. Au lieu de regarder le ciel, le télescope regarde profondément dans le ciel glace antarctique. Ce ne sont pas les neutrinos eux-mêmes qui sont mesurés, mais lumière ultraviolettequ’ils laissent derrière eux. En 2020, IceCube a été élargi de 700 capteurs, ce qui a maintenant conduit à une percée dans la recherche avec les minuscules particules.

Percée pour l’astronomie des neutrinos

Les astronomes ont déjà fait des recherches approfondies sur Messier 77. On sait qu’il y a beaucoup de poussière et de gaz autour du trou noir. Le rayonnement et la lumière en sont bloqués, mais pas les neutrinos. Ils permettent une vue sur le trou noir qui était auparavant caché.

Les nouvelles observations pourraient aider à faire de Messier 77 un nouveau référence scientifique faire pour des objets similaires. Ils devraient permettre de mieux comprendre l’environnement des trous noirs supermassifs. Les chercheurs concluent des résultats que les trous noirs contribuent en grande partie au nombre de neutrinos dans l’espace.

L’équipe IceCube décrit son travail comme Percée dans l’astronomie des neutrinos. En combinaison avec les télescopes optiques et radio, de nouvelles possibilités sont désormais disponibles pour mesurer les neutrinos et les ondes gravitationnelles et ainsi examiner les objets dans l’espace. L’étude a été publiée dans la revue Science.

Voir aussi  Lunettes de suivi oculaire : pourquoi ÖBB enregistre les mouvements oculaires des employés