sam. Nov 26th, 2022

Les gazoducs germano-russes de la Baltique actuellement inutilisés – Flux Nord 1 et 2 – sont aux prises avec des problèmes d’impression. L’opérateur l’a annoncé lundi soir. La capacité des deux pipelines est tombée à pratiquement zéro, a-t-il ajouté.

Forces armées du Danemark ont pu identifier la cause de la chute de pression. Les deux pipelines sont donc susceptibles d’avoir des fuites près de l’île danoise Bornholm exposition. Les spots ont été repérés par des avions de chasse du ministère danois de la Défense. Des photos et une vidéo montrent des bulles remontant à la surface. La fuite de gaz la plus importante a une perturbation de la surface de l’eau de plus de un kilomètre diamètre causé, selon les forces armées.

risque d’explosion

Les fuites sont très importantes. Il pourrait s’écouler environ une semaine avant que le gaz cesse de couler du gazoduc Nord Stream 2, a déclaré le chef de l’Agence danoise de l’énergie, Kristoffer Bottzauwa déclaré à l’agence de presse Reuters.

Les navires pourraient également perdre leur flottabilité dans la zone touchée. « La surface de la mer est pleine de méthane, ce qui signifie que la zone est exposée à un risque accru de explosions existe », avertit Bottzauw d’être prudent.

Le sabotage n’est pas exclu

Pologne Premier ministre, Mateusz Morawiecki, parle de sabotage, mais n’apporte aucune preuve concrète. Également danois premier ministre, Mette Frederiksen, estime qu’un sabotage présumé des pipelines ne peut être exclu. « Il est difficile d’imaginer que ce soit une coïncidence », déclare Frederiksen.

Voir aussi  Lucid présente son SUV électrique de luxe "Gravitiy"

Cela souligne également Russie. Le Kremlin a récemment coupé l’approvisionnement en gaz de l’Europe après que l’Occident a imposé des sanctions. Selon un porte-parole du Kremlin, le sabotage est tout à fait possible et l’incident porte atteinte à la sécurité énergétique du continent. un haut Fonctionnaire ukrainien décrit l’incident comme une attaque russe visant à déstabiliser l’Europe.

Les pipelines Nord Stream sont un point central dans ce guerre énergétique entre les États européens et Moscou. Les premiers sont de plus en plus sous pression en raison de la hausse des prix du gaz et des difficultés d’approvisionnement.