mar. Fév 7th, 2023

Une équipe de recherche de Institut Max Planck d’astronomie a récemment eu un étrange exoplanètes découvert en orbite autour d’une étoile semblable au soleil. La dite HD 114082b est juste une fois 15 millions Jeune de plusieurs années – son énorme densité déconcerte les astronomes.

La planète a à peu près la taille de Jupiter mais brille le masse octuple avoir. Les géantes gazeuses de cette taille ou plus ne sont généralement pas rares. Ce qui est étrange, cependant, c’est l’énorme densité de l’exoplanète nouvellement découverte. « Par rapport aux modèles actuellement acceptés, HD 114082 b est d’environ 2 à 3 fois trop dense pour une jeune géante gazeuse âgée de seulement 15 millions d’années », déclare l’auteur principal Olga Zakhozhay dans un rapport.

Si les mesures sont correctes, la planète serait deux fois plus dense que notre Terre, qui est généralement déjà une planète dense et rocheuse avec un noyau métallique.

Deux approches de la formation des planètes géantes

Les chercheurs supposent que les planètes géantes peuvent se former de deux manières. Dans les deux cas, ils se produisent dans un disque protoplanétaire de gaz et de poussière dispersé autour d’une jeune étoile hôte. La première théorie sur la formation des planètes s’appelle accrétion de base désigné. Ce faisant, un petit noyau attire d’autres particules, qui entrent en collision et s’y collent jusqu’à ce qu’il devienne le point de départ d’une planète.

Le deuxième modèle s’appelle « Modèle d’instabilité de disque »également connu sous le nom de « modèle d’instabilité du disque », dans lequel il y a un disque de matière qui se refroidit d’abord puis se développe en une énorme planète sans noyau rocheux.

Voir aussi  Apple est interdit de vendre des iPhones sans adaptateur secteur au Brésil

De nombreuses questions restent sans réponse

En général, la plupart des astronomes ont tendance à adopter la première approche. Cependant, cette exoplanète ne rentre pas dans ce tableau, mais plutôt dans le second modèle. Cependant, de nombreuses questions sur la formation de ces planètes restent sans réponse, notamment la rapidité avec laquelle elles se refroidissent après leur formation.

La recherche sera publiée dans la revue Astronomy & Astrophysics.