mar. Déc 6th, 2022



Abus de pouvoir et harcèlement sexuel chez les sous-traitants de Nintendo font l’objet d’un récent rapport de Kotaku.

Kotaku Magazine s’est entretenu avec plusieurs personnes qui ont été sous-traitées à Nintendo et ont testé des jeux. Dans leurs déclarations, elles brossent le tableau d’une culture de travail toxique dans laquelle les femmes sont constamment exposées au harcèlement sexuel, à la discrimination et aux violations de la vie privée.

Ce sont les allégations

Tout tourne autour de ça : Kotaku.com a consacré un rapport détaillé au sujet. Nous résumons ici les choses les plus importantes : L’article se concentre sur les déclarations de personnes qui n’avaient pas d’emploi direct permanent chez Nintendo of America, mais qui ont été embauchées par l’intermédiaire de sous-traitants.

Kotaku a parlé à plusieurs personnes : Dans le rapport, diverses personnes décrivent que les femmes en particulier souffraient d’une atmosphère de travail toxique. Comme dans les allégations contre Activision Blizzard et Ubisoft, la comparaison avec une fraternité étudiante est apparue. L’article est basé sur les expériences d’individus ainsi que sur des incidents qui ont été confirmés par de multiples sources.

Selon le rapport, il y a eu des abus de pouvoir répétés de la part d’employés masculins permanents. Il y a eu diverses situations dans lesquelles les femmes se sont senties mal à l’aise ou pas suffisamment protégées dans l’entreprise. Une allégation de harcèlement et les problèmes liés à la prise de mesures contre les auteurs sont également discutés.

Discrimination envers les homosexuels : Selon un ancien testeur de jeux, c’était particulièrement difficile pour les femmes homosexuelles. Dans l’article, les femmes homosexuelles parlent de discrimination dans leurs relations et de commentaires inappropriés comme c’est dommage qu’elles soient homosexuelles.

Voir aussi  CoD MW2 & Warzone 2: le patch surprise corrige les problèmes de bruit de pas

Cas concrets de passages frontaliers

Par exemple, il a été signalé que des cadres supérieurs avaient l’habitude de draguer des femmes ou de faire des blagues inappropriées sur les stéréotypes de genre, etc. Un ancien testeur rapporte que lors d’une soirée, son superviseur Eric Bush lui a demandé de demander à une employée la couleur de ses sous-vêtements. Bush a travaillé sur divers titres Pokémon, ainsi que Breath of the Wild, entre autres.

Un autre nom mentionné est Melvin Forrest, qui était à la tête des tests de produits et dont on ignore actuellement s’il est toujours dans l’entreprise. Forrest, qui a travaillé sur des jeux comme Metroid Prime et Donkey Kong Country, aurait régulièrement fait des avancées inappropriées, selon plusieurs sources.

Les femmes de l’entreprise se seraient mises en garde contre Forrest, mais ont eu le problème qu’il a décidé de la sélection des testeurs. Les personnes sans emploi permanent dépendaient donc de sa bonne volonté.

Des sources dénoncent un abus de pouvoir

Le problème qui découle du déséquilibre de pouvoir entre les employés permanents et ceux qui ont été embauchés par l’intermédiaire de sous-traitants est abordé plus en détail dans le rapport. L’ancienne testeuse de jeu Valerie Allison explique :

« Beaucoup de « badges rouges » de Nintendo of America [festangestellte Mitarbeiter] avait la réputation d’utiliser le pool de testeurs de jeux comme pool de rencontres. »

Selon Allison, il était extrêmement difficile pour elle, c’est-à-dire une testeuse sans emploi permanent, d’avoir une perspective sur un. Il n’y avait aucune chance claire d’être pris sur la base d’un bon travail. Au lieu de cela, il était nécessaire de bien s’entendre avec les personnes occupant des postes supérieurs. Une autre personne qui a travaillé dans les tests de jeux rapporte que les hommes avaient de meilleures chances d’obtenir un emploi permanent parce qu’ils étaient tous amis.

Voir aussi  Batman est mort dans Gotham Knights, et selon le développeur, c'est pourquoi

Selon le rapport, il était très difficile pour les femmes de signaler les incidents. Par exemple, ceux-ci ont été minimisés comme des malentendus. Un homme qui a harcelé une femme avec des SMS et des appels « dérangeants » a eu carte blanche parce qu’il était ami avec les bonnes personnes, selon plusieurs sources. La victime a rapporté à Kotaku :

« Il a littéralement dit qu’il me virerait si je le signalais. »

La situation actuelle entourant les allégations

Surtout dans le domaine des tests de jeux, mais aussi dans de nombreux autres domaines et industries, il est courant de pourvoir certains postes par l’intermédiaire de sous-traitants. Nintendo of America a embauché des testeurs par l’intermédiaire d’entreprises telles qu’Aerotek (qui a depuis été réorganisée en Aston Carter), contre laquelle le National Labor Relations Board (NLRB) affirme avoir déposé plusieurs griefs de travail au fil des ans. Le NLRB est une agence indépendante du gouvernement fédéral des États-Unis.

Une action en justice antisyndicale a été déposée auprès de la société en avril, répertoriant Aston Carter et Nintendo comme employeurs conjoints. Une deuxième plainte a également été déposée contre les deux sociétés en août. Les plaintes tournent autour de « représailles », « licenciement » et « règles coercitives ». Les deux dossiers sont toujours ouverts.