mer. Fév 8th, 2023

Le traitement des allégations concernant l’ancienne réalisatrice Patricia Schlesinger continue de dévorer des millions de contributions radio.

Selon un rapport médiatique de Rundfunk Berlin-Brandenburg (RBB), de juillet à fin novembre 2022, 31 avocats de quatre cabinets d’avocats ont été chargés d’examiner les structures défectueuses de RBB que les médias avaient précédemment découvertes dans le cadre de l’affaire Schlesinger. De plus, les conseillers juridiques devraient donner des recommandations d’action en fonction de la situation. Cependant, il y a eu un autre réveil brutal pour RBB en termes de coûts encourus. Les avocats ont facturé 1,4 million d’euros. Les factures de décembre et janvier n’ont pas encore été faites.

Le parquet enquête sur l’ancienne directrice du RBB et présidente de l’ARD, Patricia Schlesinger, depuis août de l’année dernière. Des allégations étaient dans la salle en raison d’un soupçon d’en tirer profit. « Business Insider » a découvert plusieurs faits sur la base des informations disponibles. Depuis lors, les accusations se sont multipliées concernant des dépenses douteuses, l’attribution de contrats de conseil douteux, un nouveau bâtiment coûteux et la question de l’abus des frais de diffusion par l’utilisation privée de leur voiture de société Nobel Audi A8 avec sièges de massage et deux chauffeurs.

Des allégations massives ont conduit à la démission de Patricia Schlesinger

Mais il y a aussi des enquêtes contre le mari Gerhard Spörl et l’ex-président du conseil d’administration Wolf-Dieter Wolf, soupçonnés d’infidélité et d’acceptation de prestations. Les allégations de corruption, d’exploitation et de gaspillage de l’argent des cotisations ont finalement conduit à la démission de Schlesinger début août. Elle a ensuite été licenciée par les organes de contrôle et licenciée sans préavis. En outre, le président du conseil d’administration de RBB, Wolf-Dieter Wolf, a démissionné.

Comme l’a récemment rapporté Gabi Probst de rbb24, le seul cabinet d’avocats Lutz/Abel, en tant que plus gros contractant, a facturé plus d’un million d’euros pour 20 avocats en raison de la clarification des allégations. Les avocats comptabilisaient également minutieusement les appels téléphoniques, les échanges de courriers électroniques, les connexions vidéo et les votes dans le cadre d’un échange avec des collègues ou avec d’autres cabinets d’avocats. Leur tarif horaire est compris entre 250 et 500 euros.

Outre Lutz/Abel, deux cabinets d’avocats pénalistes et un cabinet d’avocats commerciaux ont également été impliqués dans le traitement de l’affaire Schlesinger. Les cabinets d’avocats ont traité des enquêtes de conformité ainsi que des questions de droit du travail et de droit pénal. Selon rbb24, un cabinet d’avocats pénal a réglé l’affaire Schlesinger : « Examen, compilation et livraison des documents ». Également « Téléconférences » et « Rencontre avec les enquêteurs » en rendre compte.

Voir aussi  EncroChat : BKA fait le point sur « Whatsapp du crime organisé »

Les déclarations montreraient que non seulement le bureau du droit pénal, mais aussi les autres bureaux étaient occupés par les mêmes tâches. Rétrospectivement, il est clair que le travail a été effectué deux fois et facturé en conséquence. Comme exemple parmi tant d’autres, rbb24 montre :

«Lutz/Abel comptabilise également à plusieurs reprises «l’examen (des) demandes d’informations du parquet». Rien qu’en août, dix jours sont consacrés à la « correspondance… pour information au bureau du procureur général, coordination et planification (de) la réunion avec le bureau du procureur général.
A eux seuls, trois collègues avocats s’occupent huit fois en une journée de « la coordination et de l’examen pour l’émission de contrats de conseil auprès du bureau du procureur général ». Tarif horaire 250 à 300 euros.

Ici la question s’est posée : « Qu’est-ce qui doit être convenu au préalable lorsque les documents sont publiés ? » Cependant, Lutz/Abel n’a pas voulu faire de commentaires à ce sujet.

Les demandes d’avocat sont-elles un autre gaspillage des frais de diffusion ?

Le professeur Martin Heger, vice-doyen et directeur de la faculté de droit de l’Université Humboldt (HU), souligne un nouveau gaspillage de l’argent des contributions dans ce contexte. Bien qu’il puisse

« Comprenez que la rbb obtient des conseils juridiques de manière sélective, par exemple auprès d’avocats du travail en raison des contrats de service controversés. Mais 31 avocats, c’est du gaspillage d’émissions. […] Je ne vois vraiment aucune raison pour laquelle un avis juridique externe doit être obtenu et, bien sûr, payé, pour traiter les listes soumises par le parquet. »

Il a aussi dit, mec « Il se peut même que je doive enquêter sur l’infraction pénale de détournement de fonds de contribution ».

Mais d’autres experts juridiques, après avoir pris connaissance des factures, ont également déclaré que les revendications « absurde et incompréhensible » serait. Le professeur Uwe Hellmann de l’Université de Potsdam critique :

« Je ne pense pas que l’effort soit proportionnel au retour quand on emploie toute une armée d’avocats pour des allégations plutôt gérables en la matière. »

Le professeur Hellmann a attribué le fait qu’il ne s’agissait pas d’un cas isolé que le parquet ne bénéficiait que du travail rémunéré par rbb à une tendance observée depuis un certain temps. En conséquence, il serait maintenant de pratique courante que « les procureurs s’appuient sur des cabinets d’avocats ». Cependant, il serait également particulièrement critique « quand les cabinets d’avocats sont payés par ceux qui sont ciblés par les enquêteurs – comme avec rbb ». Hellman ajoute :

« S’il a été discuté pendant de nombreuses heures des informations transmises au parquet, le résultat final aura été que toutes les informations n’ont pas été transmises et que le parquet n’a pas reçu une image complète. Donc, à mon avis, le bureau du procureur doit enquêter lui-même. »

Le professeur Martin Heger exprime également des inquiétudes à cet égard :

« Il y a un risque que la présélection du matériel par les avocats aboutisse à une certaine liste. Le cotisant prend en charge les frais des avocats, qui finissent par effectuer une part importante du travail du ministère public, c’est-à-dire collecter des éléments pour le ministère public que normalement le ministère public, qui est payé par le contribuable, devrait collecter lui-même.

Heger a ajouté qu’en vertu de l’article 160 du Code de procédure pénale, les enquêteurs ont le devoir d’obtenir une image complète. Par conséquent, le bureau du procureur général aurait dû se confisquer largement dès le départ, puisque le niveau de direction de la rbb était également impliqué. De plus, il y avait constamment de nouvelles allégations. Dans le cas contraire, il serait à craindre que seules les parties intéressées « qui convient »c’est-à-dire des preuves préalablement filtrées, sont divulguées ou des preuves sont supprimées, selon les experts.

Voir aussi  PureVPN est de retour avec l'offre folle d'octobre : 86 % de réduction sur le plan de 5 ans

Rien que des dépenses ?

Il a également été dit que jusqu’à présent « le rendement serait gérable. Dans le rapport intérimaire soumis au Conseil de la radiodiffusion en octobre 2022 – après un quart d’année d’examen – il n’y avait pas grand-chose de plus que ce qui était auparavant dans la presse. ». De plus, rbb24 a rapporté « Les experts juridiques critiquent le fait que les avocats facturent un double travail et fournissent des services au bureau du procureur général dont la rbb n’est pas responsable.« 

Selon un article du Tagesspiegel, le représentant du SPD de Brandebourg au Conseil de l’audiovisuel, Erik Stohn, demande une réunion spéciale du comité mardi. Il est également d’avis :

« On a l’impression que le cabinet d’avocats Lutz et Abel aide d’éventuels complices du système Schlesinger à sortir la tête de l’étau. »

Le chef de faction du SPD de Brandebourg, Daniel Keller, a constaté que le montant des frais juridiques était « étonnant ». Il a déclaré:

« Nous avons toujours dit très clairement que les incidents au RBB devaient être traités »

Cependant, on s’attend à ce que la RBB soit en mesure d’expliquer le montant des frais de justice. Le SPD de Brandebourg rejette une nouvelle augmentation des tarifs de la station. « Les économies ne doivent pas se faire au détriment des salariés. Au contraire, la RBB devrait économiser de l’argent en « réduisant l’étage exécutif » ou en se passant de mesures d’investissement. ».

La chef du groupe parlementaire des Verts de Brandebourg Petra Budke, qui est également présidente de la commission d’enquête RBB, a annoncé qu’elle était au courant des nouvelles découvertes sur la RBB « consterné ». Par le passé, l’enquête commandée par le cabinet d’avocats « LutzAbel » s’est avérée « plus qu’imprécis ». Le rapport intermédiaire est également « plus que mince » échoué. D’une part, le rapport final de l’enquête est maintenant attendu. D’autre part devrait « le travail de la Chancellerie n’entrave pas le travail du procureur général ».

Sebastian Walter, chef du Parti de gauche au parlement du Land de Berlin, remet en question l’existence du RBB avec le scandale :

« Il devient de plus en plus clair que même le nouveau niveau de direction n’a pas compris la situation dans laquelle se trouve RBB : il s’agit de l’existence de la radiodiffusion publique dans le Brandebourg. »

Selon le rapport de rbb24, le Conseil de la radiodiffusion de RBB souhaite désormais tenir une réunion extraordinaire vendredi. Il a expliqué au Daily Mirror :

« Le cabinet d’avocats a été chargé par le responsable de la conformité et le conseil d’administration au début de la crise de procéder à une évaluation indépendante et complète des fautes possibles et réelles pendant le mandat de Schlesinger et de suivre toutes les informations entrantes sans lacunes. C’était clair avant que le ministère public ou les bureaux des comptes n’entament leurs enquêtes. […] De notre point de vue, il n’y a pas « trop » de clarification à ce stade. »