lun. Déc 5th, 2022

Avec ARD Plus, le nouveau service de streaming propose tous les contenus de la médiathèque ARD qui ne sont plus disponibles via une application en ligne via des fournisseurs tiers.

Selon le site Web dwdl.de, l’ARD a récemment annoncé une application indépendante et la récupération de l’offre via le site Web d’ARD Plus. Celui-ci apparaîtra dans un premier temps pour iOS et Android pour un prix de 4,99 euros par mois. Les frais sont dus après une période d’essai gratuite de 14 jours. Cependant, une date précise pour la publication de l’application n’a pas encore été fixée.

Le service de streaming ARD Plus est disponible depuis quatre ans en tant qu’option supplémentaire payante pour les plateformes de streaming existantes telles que Magenta TV, Amazon Channels ou AppleTV. Avec l’offre d’application de la médiathèque en tant que service d’abonnement indépendant, on se promet, selon ses propres déclarations « plus de façons de gérer le contenu ».

La disponibilité des contributions de la médiathèque de l’ARD est stipulée par la loi dans l’accord de diffusion interétatique. La durée pendant laquelle les apports individuels peuvent être proposés est donc limitée dans le temps. Différentes réglementations s’appliquent aux délais, qui dépendent du contenu du programme respectif. La durée du séjour varie entre quelques jours ou quelques mois.

La nouvelle offre de streaming inclut le contenu de la médiathèque ARD

ARD Plus a été lancé en raison de l’immense demande des téléspectateurs à cet égard et du désir de continuer à recevoir le contenu même après l’expiration de la disponibilité. Selon leurs propres déclarations, ARD Plus hérite « Contenu sélectionné en fonction de la disponibilité gratuite dans la médiathèque ARD ». Elle commercialise l’offre sous la devise « Le meilleur d’hier et d’aujourd’hui ».

Michael Loeb, co-directeur général d’ARD Plus GmbH aux côtés d’Ingo Vandré, filiale de WDR Mediagroup, qu’il dirige également, confirme :

« Le nombre croissant de vues et l’acceptation croissante des utilisateurs nous encouragent dans notre plan d’étendre la portée d’ARD Plus et de l’offrir également en tant que service de streaming indépendant et convivial ».

L’offre ARD Plus, par exemple, annonce plus de 450 épisodes « scènes de crime » qui peuvent être consultés. Le package comprendrait également « des séries comme » The Crime Scene Cleaner « , « Parliament » et « Murder with a View ». En outre, il existe des productions ARD antérieures telles que « Turkish for Beginners », « On the Move », « Monaco Franze » ou « Space Patrol Orion » dans le package. Mais aussi des programmes pour enfants de la souris, « Sesame Street » et « Captain Bluebear » ainsi que des documentaires en faisaient partie. Il va, donc l’auto-promotion, à « 70 ans d’histoire de la télévision ». De plus, on peut accéder à des contenus KiKA tels que « Die Maus », « Käpt’n Blaubär », « Janosch’s Traumstunden » via ARD Plus Kids. Sont également inclus les classiques populaires des contes de fées ARD.

Voir aussi  Conseils de lecture : Elon Musk et sa peur d'être assassiné et Exploiter iOS pour les débutants

Avantages et inconvénients de l’offre ARD Plus

Étant donné que la radiodiffusion publique en particulier fait déjà l’objet de critiques, notamment en raison des frais de diffusion controversés, des objections similaires à l’application payante ARD Plus ne manquaient pas. En conséquence, Kaan Gürayer, par exemple, a demandé au GIGA dans son article si le budget d’un milliard de dollars réalisé grâce à la radiodiffusion n’était toujours pas suffisant. Les fournisseurs d’applications ont justifié les redevances à payer en disant qu’ils devaient acquérir des droits, que les producteurs et les auteurs devaient payer pour des utilisations supplémentaires et que cela s’appliquerait également aux diffuseurs et aux droits qu’ils ont apportés. Kaan Gürayer contre :

« À première vue, les mots ARD semblent logiques. En y regardant de plus près, cependant, la question se pose de savoir pourquoi ARD, avec son budget de milliards, n’est pas en mesure de lever cet argent grâce à l’épargne interne – et tend plutôt la main. Cela laisse un arrière-goût fade. »

Quotameter, cependant, donne une «conclusion amère» à considérer:

«Ce n’est pas l’ARD qui veut vider davantage les portefeuilles des citoyens allemands avec ARD Plus. On peut simplement attester à la filiale WDR qu’elle a eu un mauvais timing en raison de la forte inflation. En réalité, les diffuseurs de l’ARD tentent de publier légalement leurs contenus en dehors de la médiathèque. Les représentants du peuple devraient enfin réviser l’accord inter-États de diffusion afin que les contenus ARD déjà payés soient disponibles en permanence dans la médiathèque. Alors ARD Plus serait superflu et aucune offre supplémentaire n’est nécessaire !