ven. Avr 12th, 2024
Caméras annulaires utilisées à mauvais escient pour la diffusion en direct des opérations de police
Rate this post

De nombreux téléspectateurs ont pu suivre en direct les opérations de police déclenchées par de faux appels d’urgence grâce à des caméras en anneau piratées.

Caméras annulaires utilisées à mauvais escient pour la diffusion en direct des opérations de police

Deux escrocs font face à une série d’attaques par écrasement devant un tribunal californien. Ils ont diffusé en direct sur les réseaux sociaux les opérations policières déclenchées via des caméras piratées du fabricant Ring. Ils ont réussi à accéder aux caméras de sécurité via des comptes Yahoo compromis.

Deux escrocs ont diffusé des attaques par swatting via les réseaux sociaux

Deux citoyens américains ont compromis au moins une douzaine de caméras de sécurité appartenant à la société de sécurité domestique d’Amazon, Ring, et ont diffusé en direct plusieurs attaques par écrasement sur les réseaux sociaux.

Les attaquants Kya Christian Nelson et James Thomas Andrew McCarty, tous deux au début de la vingtaine, ont d’abord eu accès aux comptes de messagerie Yahoo des propriétaires. À partir de là, ils ont réussi à compromettre les caméras annulaires et à diffuser des séquences vidéo à travers elles.

Comme le rapporte Ars Technica, les deux hommes ont ensuite passé de faux appels d’urgence aux commissariats de police locaux. Ils ont finalement diffusé l’opération policière armée qui en a résulté en direct sur les réseaux sociaux. Ainsi, de nombreux spectateurs ont pu suivre les actions des officiels.

Des policiers attaqués verbalement et diffusés via des caméras Ring

Par exemple, dans l’un des appels au 911, les escrocs ont prétendu qu’un enfant avait rapporté que ses parents étaient en état d’ébriété et tiraient des coups de feu dans leur maison. Lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, l’un des agresseurs a utilisé l’accès à la caméra du ring pour agresser verbalement et narguer les agents et les propriétaires de la caméra.

Voir aussi  CodeRAT - sur la piste de logiciels malveillants dangereux

Selon l’acte d’accusation, dans la même semaine, du 7 au 13 novembre 2020, les deux hommes ont mené onze autres attentats de ce type à divers endroits aux États-Unis.

Les caméras Ring étaient accessibles via des comptes Yahoo

Un troisième complice anonyme aurait aidé Nelson et McCarty à obtenir les informations d’identification du compte Yahoo. On ne sait pas encore exactement comment ils ont réussi à faire cela.

Cependant, les escrocs ont ensuite vérifié si les comptes respectifs étaient liés à une caméra Ring. Si tel était le cas, ils ont obtenu plus d’informations sur les titulaires de compte afin d’obtenir leur adresse.

Jusqu’à présent, aucune des personnes impliquées n’a avoué. Cependant, ils peuvent désormais répondre de leurs actes devant le district central de Californie. S’ils sont reconnus coupables, les deux auteurs risquent plusieurs années de prison.