sam. Nov 26th, 2022

Un employé de Chetu a refusé de laisser sa webcam active pendant une session de formation. Le licenciement qui a suivi était illégal.

Un employé d’une filiale néerlandaise de la société américaine de développement de logiciels Chetu a refusé de laisser sa webcam allumée en permanence pendant une session de formation virtuelle, affirmant qu’il s’agissait d’une atteinte illégale à sa vie privée. Après son licenciement sans préavis pour «refus de travailler” il a poursuivi la société – et avait raison.

Chetu a licencié son employé en raison de « refus de travailler« 

Chetu, basée en Floride, a embauché un employé néerlandais dans son bureau de Rijswijk en janvier 2019, qui affirme gagner plus de 70 000 € par an en salaire, commission, bonus variable et pécule de vacances. Mais environ un an et demi après avoir commencé son travail, son employeur lui a demandé de participer à une formation virtuelle. Pendant ce temps, il devait rester connecté à tout moment et garder son partage d’écran et sa webcam actifs.

Mais le nouvel employé du marketing n’a pas accepté cela car il voulait protéger sa vie privée. Un argument qui pousse même de nos jours de nombreuses personnes à couvrir leurs webcams afin qu’elles ne puissent pas enregistrer secrètement. Comme le rapporte le NL Times, le travailleur insoumis a finalement été licencié sans préavis le 26 août 2020. Les raisons invoquées par l’employeur étaient «refus de travailler » et « désobéissance“.

L’employé a riposté et a eu raison

Cependant, le Néerlandais n’a pas supporté cela. Il a porté plainte quelques semaines plus tard car, selon lui, «il n’y avait pas de raison urgente justifiant un licenciement immédiat“. Le licenciement de Chetu était donc disproportionné et la précédente demande de laisser sa webcam active violait les réglementations applicables en matière de protection des données.

Voir aussi  Projection multiplateforme

Et il avait raison à ce sujet. Car, selon le tribunal, l’ordre de garder sa caméra allumée a été violé, « contre le droit du salarié au respect de sa vie privée“. De plus, Chetu n’a pas expliqué suffisamment clairement les raisons du licenciement et l’entreprise n’a pas été en mesure de fournir la preuve d’un refus de travailler.

Le tribunal s’est référé à l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et à un arrêt de la Cour européenne de justice. Selon celle-ci, l’observation des salariés est soumise à des conditions strictes. La caméra allumée en permanence constituait une atteinte déraisonnable à la vie privée du demandeur.

Chetu est autorisé à payer plus de 70 000 euros

Chetu Inc. peut désormais verser au salarié licencié un salaire impayé de 2 700 euros, 8 375 euros pour licenciement abusif, 9 500 euros d’indemnités transitoires et 50 000 euros d’indemnité complémentaire. L’entreprise peut également solder les arriérés de pécule de vacances, les 23 jours de vacances non encore pris et les intérêts de retard.

Les frais de justice et d’avocat doivent également être payés par Chetu. De plus, le tribunal a déclaré invalides les clauses de non-concurrence et de confidentialité du contrat de travail.