lun. Déc 5th, 2022

De nombreux ayants droit ont réclamé une nouvelle loi pour lutter contre le piratage en direct. Mais la Commission européenne fait obstacle.

Dans le cadre de son programme de travail pour 2023, la Commission européenne a réagi à une récente campagne de lutte contre le piratage, de nombreux partisans appelant à une nouvelle loi pour lutter contre le piratage en direct. Mais pour les ayants droit, la proposition est tout sauf plaisante. En tout cas, ils n’obtiendront pas la loi requise pour le moment.

Une campagne anti-piratage a appelé à une base juridique contre le piratage en direct

Nous avons récemment rendu compte d’une campagne anti-piratage à grande échelle qui a vu de nombreux titulaires de droits tirer la Commission européenne au visage. Ils ont appelé à des mesures rigoureuses contre le piratage des émissions en direct et à une base juridique pour agir rapidement contre les flux en direct illégaux. Parce que ceux-ci seraient responsables de pertes de revenus annuelles de plusieurs milliards et compromettent la durabilité des événements en direct.

Les partisans de cette campagne sont plus de 100 ayants droit, organisations et groupes de médias. Y compris de nombreux noms bien connus tels que l’UEFA, Sky, Eurosport, FIFA, Moto GP, Paramount, Disney et la Premier League. Ils réclament tous des mesures qui leur permettront d’arrêter le plus rapidement possible le piratage des événements en direct pendant leur diffusion.

La réponse de la Commission européenne ne répond pas aux attentes des ayants droit

Comme le rapporte TorrentFreak, la Commission européenne a maintenant répondu à la campagne intitulée «Mettre fin au piratage en direct maintenant » a réagi. Cependant, cette réaction ne semble pas être tout à fait ce à quoi les ayants droit s’attendaient.

« Recommandation sur le piratage de contenus en direct (non législative, T2 2023, en réponse à l’article 225 TFUE, Résolution P9_TA(2021)0236 « Défis pour les organisateurs d’événements sportifs dans l’environnement numérique ») »

Extrait du programme de travail de la Commission européenne pour 2023

Au lieu de l’instrument juridique requis pour lutter contre le piratage, il n’y avait qu’une recommandation qui n’est pas juridiquement contraignante. Les partisans de la campagne anti-piratage n’ont pas été impressionnés.

« Malgré un appel clair et sans équivoque de 112 organisations des secteurs de la culture, de la création et du sport de l’UE et de 107 députés européens, la Commission n’a inclus aucune initiative législative visant à lutter contre le piratage de contenu en direct dans son programme de travail pour 2023. »

LOI

La Live Content Coalition juge la proposition de la Commission européenne insuffisante

Alors que la Live Content Coalition salue l’inclusion de ses préoccupations dans le programme de travail de la Commission européenne, son plan est insuffisant pour lutter contre le piratage en direct. « Nous croyons fermement que cela ne fournira pas l’incitation légale nécessaire pour que les intermédiaires en ligne agissent immédiatement lorsqu’un contenu en direct illégal est signalé.‘ préviennent les ayants droit. Soyez plutôt « prendre des mesures fermes et décisives pour protéger la valeur du contenu en direct » nécessaire.

Voir aussi  Panne numérique : l'administration municipale de Drensteinfurt paralysée par une cyberattaque

On peut se demander dans quelle mesure les demandes des titulaires de droits pourraient être ancrées dans la loi. De telles mesures sont rarement dirigées contre les pirates qui commettent effectivement l’infraction, car elles ne sont souvent pas disponibles de toute façon. À cet égard, la seule option qui reste est de tenir les intermédiaires en ligne responsables en les rendant responsables du contenu des tiers.

La Commission européenne, en revanche, ne propose que «une recommandation sur le piratage des contenus en direct » avant de. Ceci devrait »un ensemble d’outils pour lutter contre la diffusion illégale d’événements en direct, en particulier d’événements sportifs » Offrir.