sam. Nov 26th, 2022

La Cour de cassation française a renvoyé l’affaire devant la Cour d’appel. Impossible de divulguer les détails d’EncroChat.

La Cour de cassation française a récemment rejeté un jugement d’EncroChat. Des avocats ont mis en cause le secret de l’opération de piratage menée par les enquêteurs français début juillet 2020 devant le tribunal. L’affaire pénale reposait sur des preuves du fournisseur de communications numériques cryptées piraté, EncroChat. Cela a été rapporté par The Epochtimes.

En Allemagne aussi, le piratage a déjà soulevé des doutes sur la légalité de l’exploitation des données. Cependant, la Cour fédérale de justice a décidé ici que les résultats obtenus par les autorités françaises via EncroChat sont exploitables.

La chambre criminelle de la Cour de cassation de France à Paris a renvoyé mardi une affaire pénale basée sur des preuves provenant du réseau EncroChat piraté et crypté à la Cour d’appel. Le tribunal a annulé l’arrêt de la cour d’appel de Nancy dans l’affaire Saïd Zaoui. Les enquêteurs l’ont arrêté en juin 2020. Il a été accusé d’importation de stupéfiants et de possession d’armes et de munitions.

Les données d’un piratage d’encro-chat ont-elles été obtenues illégalement et sont donc irrecevables devant un tribunal ?

Le tribunal a conclu que les enquêteurs et les procureurs français n’avaient pas réussi à authentifier les conversations EncroChat interceptées. La méthode d’enquête utilisée par la police française relevait de la sécurité nationale, de sorte que les défenseurs et les accusés n’étaient pas autorisés à connaître les détails du piratage. La police et les procureurs français ont donc refusé de divulguer exactement comment ils ont mené l’opération de piratage EncroChat menée conjointement par les autorités néerlandaises et françaises. Cependant, selon les informations fournies, cela est obligatoire en vertu de la loi française.

Voir aussi  Sécurité dynamique : HP verse une compensation aux propriétaires d'imprimantes

Le tribunal de première instance a décidé que la police française n’était pas tenue de présenter un tel certificat. Cependant, la Cour de cassation française infirma cette décision et ordonna à la cour d’appel de Nancy d’examiner l’existence d’une telle attestation. En outre, des données techniques sur l’opération de piratage manquaient, a poursuivi le tribunal.

Existe-t-il de nouveaux doutes sur la légalité de l’exploitation des données ?

L’avocat de la défense Robin Binsard, co-fondateur du cabinet d’avocats Binsard Martine, qui a porté l’affaire devant la Cour suprême, a déclaré sur Twitter que l’affaire sera rejugée par la Cour d’appel pour déterminer s’il existe des preuves adéquates et légalement admissibles en tant que résultat:

« La Cour suprême a jugé que les preuves couvertes par le secret défense ne peuvent être licites sans certification de l’authenticité des informations. L’affaire sera renvoyée à un autre tribunal pour voir si un tel certificat est disponible. En attendant, il n’y a aucune garantie de la validité des preuves obtenues d’EncroChat. »

Robin Binsard a fait valoir dans des observations à la Cour suprême que le secret de l’opération de piratage EncroChat violait le droit des accusés à un procès équitable. Il leur cacherait des informations sur la manière dont les preuves contre eux ont été obtenues.

L’avocat Guillaume Martine a tweeté en sa faveur :

« Nous invitons nos confrères à travers l’Europe à poursuivre leurs appels et à faire valoir que le témoignage d’Encrochat est illégal car non accompagné de l’authentification requise, a admis aujourd’hui la Cour de cassation. »

EncroChat piraté malgré les promesses d’anonymat des enquêteurs

Les téléphones portables EncroChat étaient annoncés aux clients comme une garantie d’anonymat parfait. Début 2020, EncroChat était l’un des plus grands fournisseurs de communications numériques cryptées avec une très forte proportion d’utilisateurs soupçonnés d’être impliqués dans des activités criminelles telles que le trafic de cocaïne et de cannabis et le blanchiment d’argent. Cependant, les enquêteurs français ont découvert qu’Encrochat avait également des serveurs dans la ville de Lille. Du coup, contrairement aux promesses du constructeur, des spécialistes ont réussi à cracker le réseau de chat.

Voir aussi  Clearview AI étend l'accès à la base de données

Les écoutes téléphoniques d’EncroChat ont duré près de trois mois

À l’aide d’un logiciel cheval de Troie installé, les autorités chargées de l’application des lois sont là depuis avril 2020 lorsqu’il s’agit de trafics de drogue et d’armes et d’un meurtre à forfait. En conséquence, les enquêteurs ont eu accès à des milliers de messages de chat entre utilisateurs. L’action a donné lieu à de nombreux raids, poursuites et condamnations à ce jour. Cependant, l’interception des messages EncroChat a été arrêtée en juin 2020. L’entreprise a découvert qu’une autorité avait pénétré la plate-forme et qu’elle avait été compromise en conséquence. EncroChat a ensuite envoyé un message d’avertissement à tous les utilisateurs.

Jeudi, le tribunal de district de Berlin a étonnamment suspendu une telle procédure. Selon les informations de moz.de, la Cour européenne des droits de l’homme devrait trancher. En conséquence, les avocats de toute l’Allemagne considèrent que ces processus d’encrochat sont erronés.