jeu. Déc 1st, 2022

Après l’introduction de la directive NIS2, un enregistrement de domaine n’est autorisé que si un nom et un numéro de téléphone sont indiqués.

Toute personne dans l’UE souhaitant enregistrer un domaine pourrait bientôt être tenue de s’identifier. Une nouvelle directive de l’UE exige à l’avenir la collecte des noms et des numéros de téléphone. Les critiques y voient parfois un grand danger pour les lanceurs d’alerte, les informateurs et de nombreuses autres personnes dans le besoin qui dépendent de l’anonymat sur Internet.

L’enregistrement de domaine nécessitera bientôt de fournir des noms et des numéros de téléphone

Jusqu’à présent, il était encore possible d’enregistrer un domaine de manière anonyme au sein de l’UE. Mais cela est sur le point de changer avec la nouvelle directive NIS2 adoptée par le Parlement européen. Selon cela, un enregistrement de domaine ne peut être effectué à l’avenir qu’en fournissant un nom et un numéro de téléphone.

Comme le rapporte Netzpolitik.org, la nouvelle directive, qui réglemente la manière de traiter les attaques de pirates informatiques contre les infrastructures de l’UE, n’est pas encore entrée en vigueur. Cependant, l’approbation en attente des États membres de l’UE est considérée comme une simple formalité.

Quiconque souhaite encore enregistrer des domaines anonymes après l’entrée en vigueur de NIS2 devra s’appuyer sur des fournisseurs opérant en dehors de l’UE.

Ni nécessaire ni proportionné selon DENIC

Mais comme pour toutes les décisions politiques, il y a aussi beaucoup de vent contraire dans ce cas. Selon DENIC, par exemple, rien ne justifie l’affirmation de l’UE selon laquelle la collecte de données d’enregistrement complètes contribue à la sécurité, à la stabilité et à la résilience du DNS.

Voir aussi  Drogues du viol : Un trafiquant condamné à 12,5 ans de prison

« Nous ne considérons pas qu’une identification préliminaire obligatoire et invasive des déclarants soit nécessaire ou proportionnée», selon DENIC.

Tom Jenissen de Digitale Gesellschaft critique également les nouvelles exigences de l’UE en matière d’enregistrement de domaine. Selon lui, il n’est absolument pas clair dans quelle mesure la spécification d’un numéro de téléphone est utile pour l’utilisation d’un domaine. « De toute évidence, il ne s’agit pas tant de la sécurité du système que de restreindre davantage l’utilisation anonyme d’Internet‘ prévient Jenissen.

Patrick Breyer rejette les exigences d’identification pour l’enregistrement de domaine

De même, le député européen Patrick Breyer rejette fermement une obligation d’identification pour les propriétaires de domaines. Qui ont « rien à voir avec la sécurité du réseau« , souligne-t-il avec insistance.

« Cette obligation d’identification de l’État est unique au monde et rompt avec les principes internationaux de gouvernance de l’internet. Elle sera acceptée avec reconnaissance par des États comme la Russie, l’Iran et la Chine et aura des conséquences désastreuses pour les courageux militants des droits de l’homme et de la démocratie.

Les lanceurs d’alerte et les informateurs de la presse, les militants politiques et les personnes dans le besoin qui demandent des conseils gardent le silence sans la protection de l’anonymat. Seul l’anonymat empêche les personnes courageuses et nécessiteuses d’être persécutées et défavorisées et assure le libre échange d’informations parfois vitales.

Patrick Breyer

En outre, Breyer voit un danger pour les opérateurs de sites Web dans l’exigence d’identification pour l’enregistrement de domaine. Selon lui, seul l’anonymat sur Internet protège efficacement contre le vol et la perte de données, le harcèlement et l’usurpation d’identité, le doxxing et les listes dites de mort.

Ces derniers sont souvent dirigés par des extrémistes de droite. Et il est arrivé plus souvent en Allemagne que des personnes se retrouvent sur une telle liste à la suite d’un enregistrement de domaine.