lun. Mai 20th, 2024
Étude de l’EUIPO : Oh merveille – les pirates sont aussi des consommateurs !
Rate this post

Selon une étude récente de l’EUIPO, très peu d’Européens sont des pirates purs et durs. 61% ont déclaré avoir dépensé de l’argent pour le contenu.

Étude de l’EUIPO : Oh merveille – les pirates sont aussi des consommateurs !

La nouvelle étude de l’EUIPO sur la propriété intellectuelle est basée sur 25 824 entretiens avec des résidents de tous les États membres de l’UE. L’âge minimum des participants était de 15 ans. L’EUIPO est l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle basé à Alicante, en Espagne.

La majorité des Européens trouvent inacceptable d’obtenir du contenu numérique à partir de sources illégales. Ceci s’applique également à l’utilisation personnelle. Ceci est également inacceptable si le prix du contenu légal est trop élevé ou si le contenu n’est pas (encore) disponible auprès de sources légales. La plupart des Européens connaissent les offres en ligne légales et préfèrent les utiliser plutôt que les offres illégales. Mais seulement tant qu’ils sont abordables.

EUIPO, logo

L’objectif de l’industrie du contenu doit donc être d’améliorer la disponibilité des sources légales et d’en réduire le prix. L’attitude de plus en plus négative de nombreux citoyens à l’égard des copies illégales et du piratage de produits avait déjà été démontrée dans une précédente étude de l’EUIPO en 2017.

La majorité des copieurs noirs achètent aussi !

La majorité des Européens (61 %) qui ont déclaré avoir accédé à du contenu provenant de sources illégales au cours de l’année écoulée ont également utilisé des sources légales payantes. Selon l’étude de l’EUIPO, cela indique que seule une minorité recourt exclusivement aux copies piratées. Même les pirates en ligne purs et durs sont généralement prêts à investir de l’argent dans des logiciels, des jeux, de la musique ou des films.

Étude de l'EUIPO
Sources d’obtention de contenu illégal. Part étonnamment faible de téléchargements P2P.

Les personnes accédant illégalement au contenu en ligne le font le plus souvent par le biais de sites Web spécialement conçus. 43 % d’entre eux ont indiqué qu’il s’agissait d’un canal qu’ils utilisent dans l’étude de l’EUIPO. Les réseaux sociaux arrivent en deuxième position avec 32 %. Les applications de messagerie n’étaient plus mentionnées aussi fréquemment en tant que source à 23 %. Les réseaux P2P et les services IPTV illégaux (19 % chacun) ont été les moins utilisés l’année précédente. Il n’y a pas de différences majeures entre les tranches d’âge ou les États membres en termes de chaînes préférées.

Voir aussi  Torrents de jeux : le top trois des sept derniers jours

Acceptation significativement plus élevée des copies noires chez les jeunes

43% des personnes interrogées ont déclaré que les œuvres devaient être plus abordables pour cesser d’utiliser des copies piratées. L’acceptation des copies noires est encore nettement plus élevée chez les jeunes. Alors que seulement 19% des 55-64 ans et 18% des 65 ans et plus pensent qu’il faut accéder illégalement aux œuvres si le prix des contenus licites est trop élevé, le soutien augmente chez les 25-64 ans. 41 %. Et chez les 15 à 24 ans à 46 %.

Les études de l’EUIPO paraissent à intervalles réguliers

Les plus jeunes pensent également qu’il est acceptable de télécharger ou de diffuser illégalement si le produit original n’est même pas encore légalement disponible. 44% des 15-24 ans l’ont dit. Si l’on obtient le travail illégalement pour un usage personnel uniquement, même 48% des plus jeunes sont d’accord avec cette affirmation.

Si vous souhaitez en savoir plus : L’étude complète de l’EUIPO est disponible ici en anglais sous forme de document PDF.