ven. Fév 23rd, 2024
Exclu : la police néerlandaise a piraté une autre application de chat criminel
Rate this post

La police néerlandaise a de nouveau réussi à casser un messager crypto. Exclu était particulièrement populaire dans la pègre néerlandaise

En plus de décrypter EncroChat et Sky ECC, la police et le parquet des Pays-Bas ont à nouveau réussi à accéder aux données des criminels à partir d’un service de communication crypto. Il s’agit du service de communication cryptographique Exclu, qui a depuis été fermé. Cela a été rapporté par la police néerlandaise dans un communiqué de presse.

La police a déclaré avoir décrypté et lu plus de 250 000 messages. Outre l’Office central d’État pour la cybercriminalité (LZC) du parquet de Coblence, les autorités répressives néerlandaises et l’Office national de police criminelle (LKA) de Rhénanie-Palatinat, les polices française, italienne et suédoise ainsi qu’Europol et Eurojust a également participé à l’enquête.

Pendant cinq mois au total avant les perquisitions, les policiers ont pu lire les messages cryptés que les criminels s’envoyaient via le service de communication cryptographique Exclu.

70 perquisitions, 48 ​​arrestations

Selon l’Office national de police criminelle (LKA) de Rhénanie-Palatinat, les autorités allemandes, néerlandaises, belges et polonaises ont mené des raids à travers l’Europe lors d’une journée d’action commune vendredi dernier. Les enquêteurs en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Pologne ont fouillé 70 objets et arrêté 48 personnes. Les suspects sont considérés comme des figures clés du commerce international de cocaïne et de drogues synthétiques comme l’ecstasy.

La police néerlandaise a déclaré que les arrestations étaient le résultat de deux enquêtes distinctes. Le premier, appelé 26Samber, a été lancé en septembre 2020 et ciblait les propriétaires et les gestionnaires derrière Exclu.

Voir aussi  MullvadVPN : ne prend plus en charge le transfert de port

La deuxième enquête, appelée 26Lytham, a débuté fin avril 2022. Elle portait spécifiquement sur « Exclu les utilisateurs soupçonnés d’avoir commis des délits dans un contexte organisé ». Mais l’Office de la police criminelle de l’État allemand (LKA) de Rhénanie-Palatinat a également ouvert des enquêtes contre Exclu en juin 2020.

exclusif

1 200 policiers étaient de garde durant la journée d’action. Les enquêteurs ont démantelé deux laboratoires de drogue et une usine de transformation de cocaïne. Ils ont saisi 5,5 millions d’euros en espèces, 300 000 comprimés d’ecstasy et 20 armes à feu. En outre, 200 smartphones et produits de luxe, ont informé Eurojust et la police néerlandaise. La police a déclaré :

« Au cours des cinq derniers mois, la police et les procureurs des Pays-Bas ont de nouveau réussi à accéder aux données d’un service de communication cryptographique appartenant à des criminels et à lire leurs messages. Parmi les personnes arrêtées figurent des utilisateurs ainsi que des propriétaires et des administrateurs du service Exclu.

Exclure le service crypto hébergé chez Cyberbunker

L’Office national de la police criminelle de Rhénanie-Palatinat a déclaré:

« Les enquêtes contre les initiateurs, les développeurs et les opérateurs du service sont menées en Allemagne par le LKA Rhénanie-Palatinat en collaboration avec le procureur général de Coblence depuis juin 2020 et trouvent leur origine dans la procédure d’enquête contre les opérateurs du soi-disant  » cyber bunker » à Traben-Trarbach, où le service crypto était hébergé jusqu’à la fermeture du « cyberbunker ».

La police néerlandaise a estimé qu’Exclus était utilisé par environ 3 000 personnes, dont environ 750 utilisateurs néerlandophones. Ils ont installé l’application sur leurs smartphones avec une licence d’exploitation. Six mois d’utilisation du service coûtent au moins 800 euros.

Voir aussi  Loi sur l'IA : une surveillance biométrique de masse à l'échelle de l'UE est probable

Selon la police néerlandaise, « Exclu permet d’échanger des messages, des photos, des notes, des mémos vocaux, des conversations de chat et des vidéos avec d’autres utilisateurs. Le service en ligne « a été salué par les propriétaires et les gérants pour son haut niveau de sécurité ».

Les utilisateurs exclus sont selon LKA Rhénanie-Palatinat « À imputer au crime organisé et ici en particulier au trafic de drogue. Les opérateurs du service sont accusés d’avoir aidé leurs clients à commettre ces crimes avec un canal de communication prétendument sécurisé ».