lun. Fév 26th, 2024
Google attaque l’internet ouvert et les développeurs s’insurgent
Rate this post

Avec « Web Environment Integrity », Google veut résoudre de nombreux problèmes d’Internet. C’est juste stupide que ça ne marche pas.

Google a perdu il y a quelque temps « Don’t be evil » en tant que devise de l’entreprise. Aujourd’hui, cependant, ils veulent s’attaquer à ce qui les a rendus formidables : un Internet ouvert auquel tout le monde peut participer. Un commentaire (en colère).

Google doit pouvoir faire confiance au navigateur

L’intégrité de l’environnement Web est ce que Google appelle sa dernière soupe, avec laquelle ils veulent manifester leur monopole sur Internet. Une « autorité digne de confiance » (devinons maintenant qui est une telle autorité « digne de confiance ») atteste du navigateur : il fait ce que nous voulons qu’il fasse. Cela devrait aider contre :

  • manipulation des réseaux sociaux
  • Fausses interactions
  • Hameçonnage
  • embouteillage
  • Comptes compromis
  • Force brute de mot de passe

Le développeur web enclin le remarquera : au final, même les quatre développeurs de Google sont à court d’idées. La seule chose qui manque, c’est qu’il aide également à lutter contre l’extinction des espèces et le changement climatique.

Comment ça fonctionne

Vous visitez un site Web et le site Web veut que vous prouviez qui vous êtes. Vous envoyez donc votre code d’attestation et le site le valide par rapport à l’autorité émettrice, puis agit en conséquence en fonction de la réponse. Dans le pire des cas, vous ne pouvez pas entrer car le videur ne vous aime pas.

Harkan est à la porte

Internet adore l’idée

Les problèmes et les demandes d’extraction du référentiel le montrent clairement : les gens adorent l’idée.

Voir aussi  Prynt Stealer Malware vole le butin des pirates
Google

La loi de Poe pourrait également entrer en jeu si Google décide de ne pas comprendre le sarcasme évident.

Google attaque l’internet ouvert et les développeurs s’insurgent

où nous en sommes actuellement. Avez-vous déjà fait don d’une petite somme pour la cape magique ? Lars ne paie pas non plus les serveurs avec amour et bons souhaits.

Si vous voulez avoir votre propre image du chaos qui fait rage autour de la proposition de Google, vous pouvez jeter un œil au dépôt RupertBenWiser/Web-Environment-Integrity.

Est-ce que ça marche du tout ?

Règle numéro un de la sécurité informatique : ne jamais faire confiance au client. Bien sûr, vous pouvez essayer différentes manières de vous assurer que les applications « autorisées » sont en cours d’exécution. Cependant, pour un certain niveau de protection, vous avez besoin d’un niveau d’accès correspondant (ce qui pose son propre problème). Et même alors, l’utilisateur peut simplement accéder à ce niveau. Alors vous tournez en rond.

« Mais de cette façon, les sites pourraient enfin s’assurer que les publicités sont également vues ! » Félicitations, hors sujet, six, prêt ! Les gens bloquent les publicités car c’est désormais une nécessité pour les sites Web utilisables. Et si vous liez votre contenu à la désactivation du bloqueur, vous risquez davantage de perdre un utilisateur que de gagner une page vue avec des publicités.

Google ne veut que le meilleur…

Et si vous croyez cela, c’est de votre faute. Google a montré encore et encore et encore et encore au fil des ans qu’ils ne sont pas les bons. Savez-vous combien de temps il m’a fallu pour trouver ces cinq liens ? Pas 30 secondes.

Voir aussi  Clearview AI : la CNIL sanctionne 20 millions d'euros
sommes-nous les méchants, Google

Il n’y a qu’une seule solution

Encore et encore, les défenseurs de la vie privée et les personnes qui se soucient d’un Internet libre n’ont qu’une chose à dire : n’utilisez pas Google. Si vous ne payez rien, vous êtes le produit. Cela peut toujours être justifiable dans le cas des résultats de recherche. Mais en ce qui concerne les navigateurs, les e-mails et les réseaux sociaux, il n’y a que deux options : utiliser des alternatives à but non lucratif (comme disroot ou Mozilla) ou payer. Un petit thaler suffit souvent et je suis heureux de vous aider à trouver des alternatives dans la colonne des commentaires.