lun. Nov 28th, 2022

Google rejette toujours les demandes vieilles de dix ans des opérateurs de réseau européens de contribuer aux coûts d’expansion du réseau.

Depuis plus de dix ans, les opérateurs de réseaux européens demandent aux grandes entreprises technologiques de partager les coûts d’extension de l’infrastructure du réseau. Mais Google y voit des inconvénients pour les consommateurs et continue de rejeter la proposition.

Le débat vieux de dix ans sur les investissements dans l’expansion du réseau s’embrase à nouveau

Pendant des années, les groupes de télécommunications européens ont fait pression pour que les grandes entreprises technologiques comme Google partagent les coûts d’expansion du réseau. Après tout, leur activité très lucrative ne peut pas du tout être mise en œuvre sans l’infrastructure sur laquelle repose Internet, selon l’argument principal.

Dès août 2016, nous faisions également état des critiques des opérateurs de réseau, « que les entreprises américaines gagnaient de l’argent avec la communication en ligne sans avoir à investir elles-mêmes dans les réseaux nécessaires.» Mais les entreprises technologiques ont répliqué que leurs services rendent les connexions Internet mobiles des entreprises de télécommunications locales attrayantes pour les consommateurs.

Les grandes entreprises technologiques telles que Google, Meta (Facebook), Amazon, TikTok, Netflix, Microsoft et Apple génèrent des revenus importants chaque année et utilisent Internet comme base de toutes leurs activités. En conséquence, le besoin de connexions Internet rapides ne cesse d’augmenter. Une dépense que les opérateurs de réseaux locaux tels que Deutsche Telekom, Orange, Vodafone et Telefonica, qui subissent une forte pression en raison des exigences croissantes, doivent supporter.

Voir aussi  LockBit pirate Entrust : le groupe Ransomware plaide coupable

Google continue de refuser de contribuer aux coûts d’expansion

Ce n’est que lundi que Google a rejeté une tentative des opérateurs de réseaux européens d’impliquer le géant des moteurs de recherche dans le financement de l’expansion du réseau. L’idée vieille de dix ans est mauvaise pour les consommateurs, surtout en période de hausse des prix, a fait valoir Matt Brittin, président des affaires et des opérations EMEA chez Google, qui est responsable des activités du groupe en Europe. Il voit dans le « Introduction d’un principe d’expéditeur” une menace pour la neutralité du net ainsi que les principes de l’internet ouvert.

Google a également contribué à rendre le trafic de données plus efficace grâce à d’importants investissements, dont bénéficient également les opérateurs de réseau. « En 2021, nous avons réalisé plus de 23 milliards d’euros d’investissements, dont une grande partie dans les infrastructuresdit Brittin. Rien qu’en Europe, cela comprend six grands centres de données, cinq câbles sous-marins et des caches pour stocker du contenu numérique dans des réseaux locaux à 20 endroits différents.