lun. Déc 5th, 2022

La Cour constitutionnelle fédérale limite le transfert de données par l’Office pour la protection de la Constitution. Le BVerfSchG est partiellement inconstitutionnel.

En raison d’un recours constitutionnel, la Cour constitutionnelle fédérale (BVerfG) (Az. 1 BvR 2354/13) a statué que l’Office fédéral pour la protection de la Constitution, en transmettant des données personnelles collectées secrètement aux autorités de sécurité et de poursuite pénale, telles que la police et le ministère public, ont en partie violé le droit à l’autodétermination informationnelle, en tant qu’expression du droit général de la personnalité. En transmettant les données, l’Office fédéral pour la protection de la Constitution viole la Loi fondamentale dans certains cas. C’est ce qu’ont décidé fin septembre les juges de Karlsruhe de la Cour constitutionnelle fédérale (BVerfG). La décision de justice a maintenant été publiée par écrit.

En substance, la Cour constitutionnelle fédérale s’est penchée sur la question de savoir dans quelle mesure l’Office pour la protection de la Constitution est autorisé à transmettre des données à caractère personnel aux autorités chargées de la sécurité et des poursuites pénales. Après tout, cet échange de données sert l’objectif légitime d’assurer la sécurité de l’État et de la population. Néanmoins, certaines réglementations seraient encore peu claires dans leur forme actuelle et ne seraient pas non plus proportionnées. En conséquence, les juges de Karlsruhe sont parvenus à la conclusion dans leur décision écrite que le transfert de données en partie « Le droit fondamental à l’autodétermination informationnelle comme expression du droit général de la personnalité » était blessé.

Les pouvoirs des instances sont soumis à un principe clair de séparation

Les pouvoirs des autorités impliquées dans la transmission des données ont joué un rôle important. Les services secrets obtiennent généralement certaines données ou informations grâce à des pouvoirs que la police n’a pas. Ainsi, le principe de séparation fondé sur les différents domaines de responsabilité ne doit pas être remis en cause par les services de renseignement qui transmettent simplement les données qu’ils ont collectées à la police pour leurs opérations.

Voir aussi  Rufus : Microsoft bloque les téléchargements ISO de Windows

L’arrêt de 2013 sur la base de données anti-terroriste (ATD) exprime ce qui suit : « Les restrictions sur la séparation des données ne sont autorisées que dans des cas exceptionnels. L’échange de données entre les services de renseignement et les autorités policières pour une éventuelle action opérationnelle doit donc servir un intérêt public supérieur. » Or, selon les juges de Karlsruhe, les dispositions contestées ne satisfont pas à ces exigences. D’une part, toutes les infractions énumérées dans l’arrêté ne sont pas en réalité des infractions particulièrement graves. En revanche, un seuil de transmission spécifique doit être défini dans la réglementation. Une transmission d’informations indépendante d’une situation de risque concrète, comme cela était auparavant autorisé, ne devrait plus exister à l’avenir.

La Cour constitutionnelle fédérale décide : la loi fédérale sur la protection constitutionnelle doit être révisée

Les juges ont émis l’exigence que la loi fédérale sur la protection constitutionnelle soit révisée d’ici la fin de 2023 au plus tard. Jusque-là, la réglementation restera en vigueur, mais avec des restrictions, malgré les objections.

Par son arrêt, la Cour constitutionnelle fédérale a accueilli un recours constitutionnel. Dans sa plainte déposée en août 2013, le plaignant Carsten S. a fait valoir que la divulgation de données personnelles par les services secrets nationaux à la police et au ministère public représentait une ingérence injustifiable dans son droit à l’autodétermination informationnelle. Cette circonstance n’est donc pas compatible avec la Loi fondamentale.

Plus précisément, la plainte de S. faisait référence à la loi sur le dossier de l’extrémisme de droite. Celui-ci prévoit le stockage de certaines données pour lutter contre l’extrémisme de droite et renvoie à la loi fédérale sur la protection constitutionnelle. Dans ce « fichier joint » des autorités policières et des services de renseignement du gouvernement fédéral, on a donc « Données personnelles spécifiques stockées si leur connaissance est nécessaire pour l’enquête ou la lutte contre l’extrémisme violent de droite ». C’est précisément contre cet échange de données que S. a intenté son action en justice.

Voir aussi  2K Games également piraté après Blizzard et Rockstar Games

Cinq ans après le dépôt de la plainte, un tribunal a condamné S. à une détention pour mineur en tant qu’assistant de la cellule d’extrême droite National Socialist Underground (NSU). Openjur a poursuivi en disant :

Lors du procès du soi-disant «National Socialist Underground» «NSU» en 2018, le plaignant a été condamné à une peine d’adolescent de trois ans pour avoir été complice de neuf affaires de meurtre. Il a été libéré en 2012 après que les autorités aient été convaincues qu’il s’était distancié de manière crédible de la scène d’extrême droite. Le plaignant est actuellement dans le programme de protection des témoins de l’Office fédéral de la police criminelle.