mer. Déc 7th, 2022

Aujourd’hui, le BGH a précisé la condition préalable au blocage du réseau.En conséquence, les titulaires de droits doivent avoir épuisé tous les moyens raisonnables au préalable

Le premier sénat civil de la Cour fédérale de justice (BGH), qui est notamment responsable du droit d’auteur, s’est prononcé aujourd’hui sur la question des conditions dans lesquelles un blocage de réseau est utilisé. Avec sa clarification (Az. I ZR 111/21), le BGH a précisé que les conditions concrètes pour le blocage du réseau en cas de violation du droit d’auteur ne sont données que si les titulaires des droits ont épuisé au préalable tous les recours légaux raisonnables. En conséquence, le blocage d’une page entière, en tant que mesure la plus drastique en cas de violation du droit d’auteur sur Internet, n’est autorisé qu’en dernier recours. Cependant, les procédures de protection juridique temporaire contre un opérateur basé dans l’UE sont généralement raisonnables, selon le BGH.

Éditeurs scientifiques contre Deutsche Telekom

Les éditeurs scientifiques d’Allemagne, des États-Unis et de Grande-Bretagne ont porté plainte. Ils exigent que le défendeur, Deutsche Telekom, la plus grande entreprise de télécommunications d’Allemagne, bloque l’accès à deux sites Web. D’une part, ils veulent que « LibGen » et d’autre part « Sci-Hub » soient bloqués. Selon les plaignants, ces sites Web fournissent gratuitement des œuvres protégées par le droit d’auteur, telles que des articles et des livres scientifiques. Les demandeurs détiennent les droits exclusifs d’utilisation de plusieurs de ces œuvres, auxquels il serait porté atteinte en les offrant gratuitement. Il est mis à disposition sans votre consentement.

Voir aussi  Black Friday : les escrocs se cachent lors de leurs achats en ligne

Tentatives d’application de la loi

Dans un premier temps, les éditeurs ont tenté de porter plainte contre les deux services eux-mêmes. Cependant, ils n’ont réussi qu’à identifier un opérateur résidant au Kazakhstan. Elle n’a pas répondu à ses tentatives de la contacter. Ainsi, les avertissements ou demandes d’informations concernant les deux services sont restés infructueux pour les plaignants.

Les éditeurs ont alors essayé les hébergeurs. Ces tentatives se sont également soldées par un échec. Cependant, ils ont découvert qu’un fournisseur d’hébergement était basé en Suède et était donc potentiellement joignable.

Dans le cadre de la troisième tentative, les éditeurs ont demandé une interdiction de réseau à mettre en place auprès de Deutsche Telekom conformément à l’article 7 (4) de la loi sur les télémédias (TMG). Après les deux échecs de cette manière, l’objectif était d’empêcher la distribution apparemment illégale du contenu. Toutefois, la défenderesse rétorque que les éditeurs auraient pu obtenir davantage vis-à-vis de l’hébergeur. Si une action en justice avait été intentée contre le fournisseur d’hébergement basé en Suède, il aurait pu revendiquer des informations sur l’identité des fournisseurs de services. Cela aurait permis aux éditeurs d’intenter une action en justice. De plus, les éditeurs auraient pu insister pour que les hébergeurs retirent le contenu des services.

Le déroulement du processus à ce jour a abouti à une décision BGH

Le tribunal de district (LG) de Munich a statué en première instance en faveur des éditeurs afin d’exclure une répétition de l’infraction au moyen d’un blocage du réseau. Sur appel des défendeurs, le tribunal régional supérieur a infirmé le jugement du tribunal inférieur en rejetant la plainte. Selon le BGH, le tribunal régional supérieur a assumé

« Contrairement à l’article 7 (4) TMG, les demandeurs n’avaient pas épuisé les possibilités qui s’offraient à eux pour remédier à la violation de leurs droits. Il était raisonnable pour eux d’engager une action en justice contre l’hébergeur des deux services internet situés dans l’Union européenne (Suède) avant de porter plainte contre les défendeurs, pour ensuite poursuivre les opérateurs des services internet disposant des informations obtenu.

L’appel ayant été approuvé par la Cour fédérale de justice, les demandeurs poursuivent leurs demandes.

Voir aussi  Journée d'action du BKA contre les messages haineux : 91 mesures de police

Arrêt de la Cour fédérale de justice : blocage du réseau en dernier recours

La Cour fédérale de justice avait déjà statué en 2015 que les fournisseurs d’accès peuvent généralement être obligés de bloquer des sites Web. Toutefois, cela ne s’applique que si le titulaire des droits a épuisé au préalable toutes les mesures raisonnables pour agir contre les copieurs pirates. Le BGH devait examiner si les mesures prises par les éditeurs étaient déjà suffisantes pour justifier une interdiction de réseau. Dans ce cas particulier, le BGH est arrivé à la conclusion que ce n’était pas le cas ici. En conséquence, on pouvait certainement s’attendre à ce que les éditeurs utilisent d’abord le fournisseur d’hébergement en Suède.

Comme l’a souligné le juge président du BGH, Thomas Koch, lors de l’audience de juin : « Le confinement est un dernier recours ». De plus, on ne peut écarter d’emblée le danger que l’accès au contenu légal puisse également être bloqué.