jeu. Juil 11th, 2024
La presse britannique invente des dispositifs de traçage pour le streaming illégal
Rate this post

Apparemment, il est possible de repérer les pirates IPTV depuis la rue pendant la diffusion en direct à l’aide de dispositifs de radiogoniométrie innovants. Pur fantasme ?

La presse britannique invente des dispositifs de traçage pour le streaming illégal

Les tabloïds anglais ont perdu le sens des réalités ! Plusieurs tabloïds ont unanimement rapporté des opérations policières généralisées dans une grande partie de la Grande-Bretagne.

On dit qu’on utilise des véhicules que la police a équipés de dispositifs de repérage pour identifier les ménages qui n’ont pas payé pour la diffusion en direct d’un match de boxe, par exemple. De cette façon, il est possible de condamner des milliers d’observateurs noirs en une nuit.

George Orwell aurait aimé l’histoire du radiogoniomètre

L’auteur de SF George Orwell aurait certainement apprécié de tels fantasmes de surveillance s’il était encore en vie. Il ne faudrait qu’un petit appareil pour l’exécuter, dont on ne saurait se protéger des effets. Pas même avec du papier d’aluminium, plaisante le blog Torrentfreak, qui a abordé le sujet hier.

De plus, les autorités n’ont probablement plus besoin d’une ordonnance du tribunal pour visiter et avertir les méchants diffuseurs en direct dans leurs propres murs. C’est ce qui s’est passé il y a une semaine lorsque le combat des poids moyens entre Chris Eubank Jr. et Liam Smith a été diffusé. L’approche de la presse britannique est la même chaque année juste avant ces temps forts sportifs. Bien sûr, aucun éditeur n’explique comment la technologie ultra-moderne des voitures est censée fonctionner en détail. De toute façon, ils n’existent même pas.

Une nouvelle technologie pour exposer les pirates IPTV ?

En plus des radiogoniomètres, le Mirror parle également d’une nouvelle technologie. Cela devrait permettre aux détenteurs des droits sportifs et aux diffuseurs de télévision à péage de retracer les adresses IP des pirates en ligne jusqu’à six mois. C’est de l’alarmisme, mais cela a certainement un effet sur de nombreux lecteurs moins avertis sur le plan technique.

Opération Black Out : Arrêt du réseau IPTV illégal
Source de l’image : maxkabakov

Dommage que les radiogoniomètres ne puissent pas juger tout de suite !

Le Daily Express et le Daily Mail vont encore plus loin dans leur couverture. Ils menacent les téléspectateurs illégaux de peines de prison. Et les unités de la police anglaise l’auraient déjà fait. Soit dit en passant, il y a eu des rapports de mystérieux véhicules de surveillance qui auraient été sur la route pour le compte de la BBC jusqu’à il y a 70 ans. A l’époque, il s’agissait d’obliger les lecteurs à payer la redevance radio, aujourd’hui ce sont les utilisateurs de chaînes payantes à prix fort.

Voir aussi  Z-Library : des imitateurs curieux attaquent d'autres pirates

Le raid de «l’opération Raider» a affecté les opérateurs

Soit dit en passant, la solution à l’énigme n’est pas un nouveau type d’émetteur de radiogoniométrie utilisant une technologie sophistiquée. L’arrière-plan est une campagne de relations publiques de l’unité de police FACT, qui devait toucher d’innombrables foyers. Il y a eu un raid et aussi les premiers verdicts, qui ont cependant affecté les opérateurs d’un service IPTV transféré. Les fans de sports illégaux n’ont découvert aucun matériel merveilleux ou technologie future pour enregistrer des adresses IP pirates sur Internet, mais plutôt la base de données du fournisseur IPTV qui avait été piraté.

Lorsque FACT a mis la main sur la base de données dans le cadre de l’opération Raider, ils ont eu accès à la liste complète des utilisateurs non autorisés ainsi qu’aux détails de leur mode de paiement. Des employés de la FACT l’auraient informée sur le pas de sa porte afin de la prévenir. Alors comme d’habitude.

Quand les éditeurs déforment la vérité jusqu’à ce qu’elle convienne

Les « journalistes » du Royaume-Uni ont simplement simplifié un peu le communiqué de presse de FACT et laissé de côté certains faits, car c’était la seule façon de vendre l’histoire. Cette chose à propos des dispositifs de repérage n’était rien de plus qu’un mensonge imprimé. Malheureusement, la procédure est désormais comme d’habitude, même avec un grand nombre de journalistes en dehors de la presse tabloïd.