ven. Fév 23rd, 2024
L’affaire Cyberbunker aboutit devant la Cour fédérale de justice
Rate this post

En août 2023, l’audience continue dans l’affaire du cyberbunker aura lieu devant la Cour fédérale de justice (BGH) à Karlsruhe.

Après que les huit suspects ainsi que le parquet principal de Coblence et les personnes impliquées dans la confiscation aient fait appel de l’arrêt de Trèves du 13 décembre 2021, l’affaire du cyberbunker se poursuivra le 24 août 2023 devant la 3e chambre criminelle compétente de le BGH.

79 jours après l’audience principale, le tribunal régional de Trèves avait condamné l’accusé pour appartenance à une organisation criminelle (§ 129 StGB).

Le principal prévenu condamné à 69 mois de prison

L’ancien chef du cyber bunker, âgé de 62 ans, a écopé d’une peine de cinq ans et neuf mois de prison. D’autres accusés ont été condamnés à des peines de prison allant de deux ans à quatre mois et de cinq ans et neuf mois, dont certaines ont duré plusieurs années. Dans le cas d’un accusé, le verdict a entraîné une peine d’emprisonnement d’un an, dont l’exécution a été suspendue avec sursis.

Comme indiqué dans le communiqué de presse actuel du BGH, le tribunal de district de Trèves devrait également :

« a ordonné la confiscation du produit du crime entre environ 9 000 € et 900 000 € à l’accusé, entre autres ». […] Enfin, le tribunal correctionnel a ordonné la confiscation de la valeur des produits du crime d’un montant de près de 750 000 € à l’égard d’une des personnes impliquées dans la confiscation ».

En septembre 2019, à la suite de près de cinq ans de travail d’enquête, les enquêteurs ont réussi le cyber bunker, qui, comme « Hébergeur à l’épreuve des balles » devait être fouillé. L’inspecteur en chef Patrick Fata du LKA Rhénanie-Palatinat a informé que l’énorme quantité de données de deux millions de gigaoctets sur 886 serveurs physiques et virtuels, entre autres, était sécurisée lors de son accès.

Voir aussi  Le pirate PS5 ZNullPtr cherche de l'aide pour le développement du jailbreak

Cyber ​​​​bunker au centre de nombreuses activités illégales

Selon l’enquête, le cyber bunker était la plaque tournante par laquelle les cybercriminels du monde entier effectuaient des transactions Darknet illégales d’une valeur de plusieurs millions. En conséquence, les huit suspects auraient fondé une organisation criminelle et aidé et encouragé environ 249 000 crimes.

Le procureur a accusé les personnes impliquées d’avoir promu des transactions de drogue de plusieurs millions de dollars, des cyberattaques et des transactions de fausse monnaie de 2014 à 2019. Les clients comprenaient les marchés Darknet tels que Cannabis Road, Wall Street Market et Flugsvamp 2.0. Dans un ancien bunker de l’OTAN à Traben-Trarbach, en Rhénanie-Palatinat, les suspects ont mis leur infrastructure informatique à la disposition des opérateurs criminels contre rémunération.

Des procédures ultérieures ont conduit à la fermeture de DarkMarket

Votre équipement technique était ici sur un « Utilisation anonyme protégée de l’accès de l’État ». Les accusés avaient également « Sensibilisation aux activités criminelles des utilisateurs de leurs installations ». 227 poursuites ont été engagées contre les clients criminels du centre de données.

Les autorités de Coblence ont obtenu le plus grand succès dans leurs enquêtes sur le complexe Cyberbunker en fermant les serveurs DarkMarket le 11 janvier 2021. Avec près de 500 000 utilisateurs et plus de 2 400 vendeurs, il était considéré comme le plus grand marché Darknet au monde. Au total, au moins 320 000 transactions ont été traitées via le marché. Plus de 4 650 Bitcoins et 12 800 Monero ont changé de mains.

Toutes les personnes impliquées dans le processus du cyberbunker ont fait appel

Désormais, l’affaire du cyberbunker doit se poursuivre en août 2023 devant la Cour fédérale de justice. L’objet du procès sera, entre autres, de savoir si les condamnés doivent également assumer la responsabilité du contenu des serveurs qu’ils exploitent. Le BGH indique plus précisément :

« Les accusés font appel de leurs condamnations. […] Entre autres choses, il est affirmé que le privilège de responsabilité de l’article 10 de la loi sur les télémédias (TMG) en relation avec la directive sur le commerce électronique de l’Union européenne pour les hébergeurs Web exclut la responsabilité pénale ; en tant qu’hébergeurs, les défendeurs ne sont pas responsables du contenu des serveurs qu’ils exploitent.

La partie impliquée dans la collecte s’oppose à la violation du droit formel et matériel.

Le parquet conteste l’acquittement partiel des allégations de responsabilité pénale participative concernant les infractions commises par les utilisateurs de l’infrastructure informatique mise à disposition, la condamnation et le défaut de confiscation de certains objets confisqués.