lun. Nov 28th, 2022

Le populaire lecteur multimédia VLC a été interdit en Inde par ordre du gouvernement, probablement en raison d’une menace pour la sécurité.

Selon un récent rapport de MediaNama, le lecteur multimédia VLC est bloqué en Inde depuis le 13 février de cette année. Plus de 3,5 milliards de téléchargements dans le monde témoignent de la popularité de l’application open source gratuite et multiplateforme. Les applications mobiles VLC continuant de fonctionner comme d’habitude en Inde et seul l’accès au site Web étant restreint, l’interdiction subtile semble être largement passée inaperçue jusqu’à présent. Le développeur, l’organisation française à but non lucratif VideoLan, a parlé à TechCrunch de l’interdiction.

Les utilisateurs peuvent toujours télécharger la version mobile depuis l’Apple App Store et le Google Play Store. Cependant, pour la version de bureau, les utilisateurs peuvent avoir besoin de choisir une source tierce pour le téléchargement. Lorsque les internautes indiens visitent le site Web de VLC, l’annonce apparaît qui

« ce site Web a été bloqué sur ordre du Département de l’électronique et des technologies de l’information en vertu de la loi informatique de 2000 ».

Selon les médias, le blocage du lecteur multimédia VLC dans le pays est intervenu depuis que le groupe de piratage soutenu par la Chine Cicada a utilisé la plate-forme pour des cyberattaques. En avril de cette année, les chercheurs en sécurité de Symantec ont traqué la campagne de logiciels malveillants qui durait depuis des années. Le groupe de hackers chinois, proche de l’État, a abusé d’applications légitimes telles que le lecteur VLC pour injecter des logiciels malveillants dans les systèmes via le chargement latéral de DLL.

Voir aussi  Partage de compte : Adobe propose à Netflix la solution

Le but de la campagne serait d’espionner les systèmes de victimes travaillant dans des organisations gouvernementales, juridiques, religieuses et non gouvernementales (ONG), de préférence en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Les victimes sont réparties dans un grand nombre de régions. Y compris les États-Unis, le Canada, Hong Kong, la Turquie, Israël, l’Inde, le Monténégro et l’Italie.

L’interdiction met en danger ses propres citoyens

Jean-Baptiste Kempf, président et développeur principal de VideoLan, a envoyé un e-mail à TechCrunch concernant le blocage de VLC en Inde :

« La plupart des principaux FAI bloquent le site en utilisant différentes techniques. Les opérateurs de télécommunications ont commencé à bloquer le site Web VideoLan le 13 février de cette année. À ce moment-là, le site enregistrait une baisse de 80 % du trafic en provenance du marché sud-asiatique. L’Inde représente 10% de tous les utilisateurs de VLC dans le monde. Le trafic global du site Web a chuté de 20 % à la suite du confinement en Inde.

Les opérateurs de télécommunications indiens n’ont pas expliqué pourquoi ils ont bloqué le site Web VideoLan. Certains pensent que cela pourrait être dû à une mauvaise lecture d’un avertissement de sécurité du début de cette année. Kempf a expliqué que ni lui ni son entreprise n’avaient contacté l’agence gouvernementale indienne à cet égard. L’interdiction est probablement le résultat d’une mauvaise compréhension de la question de la sécurité chinoise.

Mais en bloquant le site, l’Inde impose à ses citoyens « Sites Web louches exécutant une version piratée de VLC. Ils mettent donc leurs propres citoyens en danger avec cette interdiction.

En novembre 2020, l’Inde a interdit 43 applications mobiles chinoises, dont l’application Aliexpress, dans une vague de sanctions Web contre la Chine. Selon une déclaration du ministère fédéral indien de l’électronique et des technologies de l’information à l’époque, le gouvernement considérait les applications comme le « Souveraineté et intégrité de l’Inde » menacé.

Voir aussi  Samsung : la vulnérabilité du Galaxy Store laisse entrer les logiciels malveillants