mer. Oct 5th, 2022

Dans un procès, les avocats d’Assange accusent la CIA et son ex-directeur Mike Pompeo d’avoir violé le droit à la vie privée.

Les avocats du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, poursuivent la Central Intelligence Agency américaine et son ancien directeur Mike Pompeo dans le cadre d’une action en justice déposée lundi devant un tribunal de district de New York. Selon cela, l’agence aurait engagé une société de sécurité privée pour enregistrer leurs conversations lors de leurs visites à l’asile d’Assange à l’ambassade d’Équateur à Londres et pour copier les données de leurs téléphones et ordinateurs. De plus, deux journalistes se sont joints au procès. Cela a été rapporté par The Guardian.

Le procès civil désigne également la société de sécurité privée UC Global et son fondateur David Morales comme défendeurs. Les plaignants comprennent les journalistes Charles Glass et John Goetz, ainsi que les avocats Margaret Kunstler et Deborah Hrbek, qui représentaient Assange.

En 2017 et 2018, les quatre citoyens américains et de nombreux autres ont rendu visite à Assange. Pendant ce temps, il était à l’ambassade d’Équateur dans la capitale britannique. Il y demande l’asile politique.

La recherche sur Assange reposerait sur deux piliers

Avant que les visiteurs puissent rencontrer le fondateur de WikiLeaks, Assange, ils devaient donner leurs smartphones, ordinateurs portables et autres appareils électroniques aux employés d’UC Global. Après avoir remis leurs appareils électroniques, UC Global, qui, selon le procès, agissait sur ordre du directeur de la CIA de l’époque, Mike Pompeo, a été soupçonné d’avoir copié les informations stockées sur les appareils des Américains.

Voir aussi  Game Boy Color piraté - Pokemon en danger

De plus, la société a placé des microphones autour de l’ambassade et a envoyé des enregistrements et des images de caméras de surveillance à la CIA.

Les plaignants poursuivent, selon des documents de la Cour fédérale

« Votre droit constitutionnel fondamental à la protection contre les perquisitions et saisies abusives en violation du quatrième amendement de la Constitution des États-Unis. »

Les visiteurs d’Assange demandent des dommages et intérêts à la CIA. Également par le chef de la CIA de l’époque, Mike Pompeo. Également de la société espagnole Undercover (UC) Global et de l’ancien PDG, David Morales Guillen. Undercover Global avait par ailleurs un contrat de sécurité avec l’ambassade. Le procès stipule :

« Les pratiques dénoncées violent les droits de plus de 100 citoyens américains. Ils ont rendu visite à Assange lors de son refuge à l’ambassade d’Équateur à Londres, en Angleterre. Y compris des avocats qui le représentaient à l’époque, des journalistes qui l’ont interviewé là-bas et même des médecins qui l’ont soigné à l’époque. Chacune des personnes avait un lien privilégié et confidentiel avec le demandeur d’asile et d’autres clients, sources et patients. Ces personnes avaient des informations confidentielles stockées sur leurs appareils électroniques.

Les autorités britanniques ont ensuite arrêté Assange et ordonné son extradition vers les États-Unis. Il fait face à des accusations de la part de la justice américaine d’avoir enfreint la loi américaine sur l’espionnage. L’accusation est passible d’une peine maximale de 175 ans de prison. Assange a fait appel du verdict d’extradition devant la Haute Cour de Londres le mois dernier.

Voir aussi  Kyty: le premier émulateur Playstation 5 a été mis à jour