mar. Mar 5th, 2024
Meta doit payer des milliards d’amendes
Rate this post

Une autre sanction pour la société mère de Facebook, Meta ; cette fois, l’entreprise doit pousser plus d’un milliard d’euros.

La société mère de Facebook doit payer une amende de 1,2 milliard d’euros après que les autorités européennes de protection des données ont déterminé que les données des utilisateurs européens n’étaient pas suffisamment protégées contre les services secrets américains. Maintenant, il y a un ultimatum.

L’autorité irlandaise de protection des données a des mots clairs

La Commission irlandaise de protection des données, qui n’est pas connue pour sa ligne dure contre les multinationales, a déclaré dans un communiqué que Meta « les risques pour les droits et libertés fondamentaux » n’a pas été suffisamment abordé.

Meta a dû s’arrêter dans six mois

Les autorités de protection des données de l’UE ont assorti cette sanction de la condition que le transfert de données vers les États-Unis dans les 5 mois et dans les 6 mois, les données existantes aux États-Unis soient supprimées et leur traitement arrêté.

Meta pourrait se retirer de l’UE

La dernière fois que Meta a été ciblée par des défenseurs de la vie privée pour ses pratiques en matière de confidentialité, l’entreprise a menacé de se retirer de l’Union européenne. Cependant, Internet et les politiciens ont réagi à cette menace plus avec malveillance qu’avec inquiétude.

Meme niant les menaces de Facebook tout effet.  Décrire les mèmes va mal, donc pas de description :)
Comme d’habitude, Reddit regorge de sources malveillantes

Les chances que cet écart de marché ne soit pas comblé en Europe devraient approcher 0. Jusqu’à ce que cette alternative existe, cependant, les chiffres de vente des fournisseurs de VPN risquent d’exploser.

Le vide juridique persiste

Depuis l’annulation de l’accord Privacy Shield en 2020, de nombreuses pieuvres de données telles que Facebook et Twitter, mais aussi d’autres entreprises ayant des centres de données aux États-Unis, se sont retrouvées dans un vide juridique. Jusqu’à présent, ils ont pu se donner un peu de répit avec des clauses contractuelles, mais à long terme, une alternative juridiquement contraignante doit être trouvée. Le tribunal n’a pas modifié la solution de la clause contractuelle. Les utilisateurs de ces réglementations peuvent donc prendre une grande respiration pour le moment.

Voir aussi  La Schufa - gardienne de notre solvabilité ou autorité de contrôle ?

Conclusion

L’UE perd clairement patience avec Meta, et qui peut leur en vouloir ? Depuis dix ans, les problèmes avec le groupe américain sont réguliers et le nombre d’utilisateurs de Facebook diminue également en Europe. Nous envoyons maintenant nos données en Chine. Il reste à voir si et quand l’UE mettra un terme à cela.