ven. Sep 30th, 2022

NetBlocks confirme qu’il n’y a actuellement pas d’internet en Iran. Mais les protestations dans le pays continuent et Anonymous appelle à nouveau au combat.

NetBlocks confirme maintenant ce que l’on craignait depuis un certain temps. Le gouvernement iranien a sévèrement restreint Internet. Les réseaux de téléphonie mobile en Iran ont également été désactivés par les autorités. Entre-temps, le soulèvement malheureusement sanglant du peuple iranien contre le régime va sans entrave.

Pendant ce temps, Anonymous appelle les hacktivistes du monde entier à lutter contre l’oppression et tente d’encourager les Iraniens.

NetBlocks : les restrictions Internet les plus sévères depuis le massacre de novembre 2019

Et encore des milliers de personnes sont descendues dans les rues en Iran à cause de la mort de Mahsa Amini. Et cela malgré le fait que les forces de sécurité y sévissent. Ils en ont assez des années d’oppression et d’intimidation par le régime d’Ebrahim Raisi.

D’abord, Instagram a disparu et peu de temps après WhatsApp, mais maintenant, Internet semble avoir complètement échoué dans de grandes parties de l’Iran ou ne fonctionne que très mal. Un tweet de netblocks.org lit :

« L’Iran est désormais soumis aux restrictions Internet les plus strictes depuis le massacre de novembre 2019“.

Un utilisateur iranien de Twitter écrit à ce sujet: « La coupure d’Internet de la République islamique a commencé. Les mots ne peuvent décrire les sentiments ressentis lorsqu’une nation entière disparaît soudainement d’Internet. Les personnes qui ont tout essayé en ligne pour se faire entendre“.

#OpIran : De plus en plus d’hacktivistes du monde entier s’unissent dans la lutte contre Ebrahim Raisi

Avec #OpIran, Anonymous a récemment annoncé son intention de soutenir le peuple iranien dans le soulèvement déclenché par la mort de Mahsa Amini.

Voir aussi  Lazarus cible les fournisseurs d'énergie du monde entier avec des cyberattaques

De nombreux groupes de « hacktivistes » essaient maintenant d’apporter leur contribution, et des rapports de piratages réussis sur des sites Web pertinents pour le gouvernement iranien arrivent presque à chaque minute depuis hier.

Par exemple, YourAnonSpider a annoncé hier soir vers 22h15 avoir fermé, ou plutôt piraté, le centre de recherche médico-légale iranien.

Chaîne YourAnonSpider sur Telegram

Et même Anonymous-Vietnam n’a pas seulement annoncé son soutien à la population.

Anonymous Vietnam annonce son soutien
AnonymeVietnam annonce son soutien

Les hacktivistes du Vietnam ont également laissé leurs mots peu de temps après leur annonce les actions suivent. Et même ce matin, ils rapportent plus attaques réussies.

Le « Anonymous Kollektiv Germany » a envoyé des « mots d’encouragement » aux femmes en Iran.

Reste à savoir s’ils lâcheront prise ou si les hacktivistes allemands participeront également activement à #OpIran.

Anonymous appelle les hacktivistes du monde entier à se battre

Il y a des gens qui prétendent encore qu’Anonymous n’existe plus. Ils se seraient dissous il y a longtemps ou auraient été une extension de la CIA américaine. Pour l’instant, cependant, Anonymous semble être plus actif, ou plutôt « uni », qu’il ne l’a été depuis longtemps.

Des appels anonymes au combat une fois de plus. Et sûrement beaucoup plus de hacktivistes suivront l’appel.

Mais le peuple iranien lui-même devra mener le véritable combat pour sa liberté.

Facebook, Instagram et Whatsapp réagissent par la censure

Dans une situation comme celle-ci, il n’est naturellement pas toujours facile de pouvoir vérifier la véracité des messages entrants, des vidéos ou même des images. Des enregistrements très dérangeants sont mis en ligne et partagés sur les réseaux sociaux en lien avec les manifestations en Iran.

Voir aussi  Les avocats d'Assange poursuivent la CIA et Mike Pompeo pour espionnage

Facebook, Instagram et WhatsApp semblent réagir à cela avec la censure comme d’habitude. Mais aussi dans de nombreux médias occidentaux, les protestations en Iran et les actions connexes d’Anonymous semblent n’avoir jusqu’à présent joué qu’un rôle secondaire.