sam. Déc 3rd, 2022

Après avoir arrêté la vente de ses produits en Russie, Nvidia y ferme désormais sa filiale. Les employés sont autorisés à partir à l’étranger.

Alors que le groupe avait déjà cessé de vendre ses processeurs et ses licences logicielles en Russie, Nvidia y ferme désormais également sa filiale. Les ingénieurs restants peuvent choisir entre un nouvel emploi à l’étranger ou une indemnité de départ.

Nvidia ferme sa filiale russe

Le fabricant Nvidia, connu principalement pour ses processeurs graphiques populaires et puissants, a décidé de se retirer complètement de Russie d’ici la fin octobre. Selon le rapport russe Forbes, l’entreprise n’est plus en mesure de «pour s’assurer que les employés travaillent efficacement“. Ainsi, Nvidia est loin d’être la seule entreprise à tourner le dos au marché russe.

Les employés reçoivent un emploi à l’étranger ou une indemnité de départ de Nvidia

En février, environ 300 employés travaillaient dans la succursale russe, ouverte en 2003. Pendant ce temps, cependant, seuls 240 d’entre eux sont amoureux. Ce sont principalement des ingénieurs. Nvidia leur propose à tous un poste dans des sites d’entreprise situés dans d’autres pays. Selon une source anonyme, l’entreprise veut tous ces employés, « disposé à déménager dans des bureaux dans d’autres pays“, exportent activement avec des avions charter.

En interne, le groupe avait déjà informé son personnel de la fermeture le 30 septembre. Selon un représentant de Nvidia, l’entreprise n’offre aux employés qui ne veulent pas quitter la Russie qu’une seule alternative. Ils peuvent résilier leur contrat de travail d’un commun accord et percevoir une indemnité de départ.

Voir aussi  Conseils de lecture : Bye bye Kiwi Farms ? - Une entrevue avec Chelsea Manning

Probablement la dernière d’une série de décisions

Le groupe avait déjà cessé de vendre ses propres processeurs graphiques sur le marché russe le 4 mars 2022. Enfin, en juillet 2022, il a cessé de renouveler et de vendre de nouvelles licences de logiciels de cloud gaming aux entreprises russes. Il a été signalé à l’époque que cela causerait des difficultés aux supercalculateurs de Yandex, Sberbank et MTS, qui utilisent les processeurs graphiques Nvidia A100 et DGX-2.

Début septembre 2022, la société a également annoncé que les États-Unis lui avaient interdit d’exporter deux types de processeurs accélérant l’apprentissage automatique vers la Russie et la Chine. Le gouvernement américain craignait que les deux pays puissent utiliser les processeurs de Nvidia à des fins militaires.