sam. Mai 18th, 2024
Oh merveille : les smartphones en provenance de Chine sont un effondrement de la protection des données
Rate this post

Qui aurait pensé? Les smartphones chinois transmettent des masses de données de leurs utilisateurs, quels que soient leurs paramètres de confidentialité.

Oh merveille : les smartphones en provenance de Chine sont un effondrement de la protection des données

Importer un smartphone de Chine juste pour économiser quelques dollars n’est probablement pas une très bonne idée. Car, comme vient de le montrer une nouvelle étude, les appareils collectent des masses de données auprès de leurs utilisateurs. Quelle que soit la valeur que vous accordez à la protection des données lors de la configuration initiale, les fabricants d’appareils et certains fournisseurs tiers sauront à peu près tout sur vous par la suite.

Les smartphones chinois sous la loupe (de la protection des données)

Selon une nouvelle étude, les meilleurs smartphones Android de Chine sont un cauchemar absolu en matière de confidentialité. Non seulement ils collectent des masses de données auprès de leurs propriétaires, ce qui pourrait facilement révéler leur identité. Mais ils le font aussi sans consentement ni notification.

Pour le savoir, des informaticiens de diverses universités se sont penchés sur les appareils Android des principaux fabricants chinois de smartphones tels que Xiaomi, OnePlus, Oppo et Realme. Ils ont parfois fait une analyse de réseau pour comprendre dans quelle mesure les téléphones portables communiquent avec leurs fabricants.

Les paramètres de confidentialité sont pratiquement inefficaces sur les smartphones chinois

Comme le rapporte Gizmodo, les chercheurs ont commencé leurs expériences à partir de la configuration de l’appareil d’un « consommateur soucieux de sa vie privée » hors de. Vous avez donc renoncé à la transmission des données d’analyse et de personnalisation lors de la configuration. Et aussi l’utilisation du stockage cloud ou « services tiers facultatifs » ils ont refusé.

Voir aussi  Nintendo : Filehoster 1fichier serait responsable des mises en ligne par ses utilisateurs

Mais le résultat effrayant et en même temps sans surprise de ces enquêtes était que les smartphones en provenance de Chine »envoyer une quantité inquiétante d’informations personnellement identifiables (PII) non seulement au fabricant de l’appareil, mais également aux fournisseurs de services tels que Baidu et aux opérateurs de réseaux mobiles chinois”.

« Pris ensemble, nos résultats brossent un tableau inquiétant de l’état de la vie privée sur le plus grand marché Android au monde et soulignent le besoin urgent de contrôles de confidentialité plus stricts pour accroître la confiance des citoyens dans les entreprises technologiques, dont beaucoup appartiennent en partie au gouvernement.

document de recherche

Les appareils concernés ne peuvent pas être désactivés

En plus des données locales de l’appareil telles que les numéros de téléphone, les identifiants de l’appareil (par exemple, les adresses IMEI ou MAC) ou les données de localisation actuelles, les smartphones ont également collecté des informations sur « liens sociaux” de leurs utilisateurs chinois. Cela comprenait, par exemple, les noms et numéros de téléphone des contacts ainsi que les métadonnées des messages échangés et des appels téléphoniques.

En définitive, l’utilisateur n’a aucun moyen de s’en défendre. Même s’il quitte la Chine et emmène son smartphone dans un pays aux réglementations plus strictes en matière de protection des données, la collecte de données ne s’arrête pas. De même, retirer la carte SIM n’empêche pas les appareils de transmettre des données aux opérateurs mobiles chinois.

Dans ce contexte, les utilisateurs allemands devraient également réfléchir attentivement à la question de savoir s’ils souhaitent réellement importer des smartphones Android de Chine, juste pour bénéficier des prix apparemment plus bas. Les inconvénients que cela implique peuvent difficilement être compensés par les quelques euros économisés.

Voir aussi  Z-Library : BREIN a participé à l'enquête