mar. Avr 23rd, 2024
Peter Baustaedter : de graphiste Amiga à grand joueur à Hollywood
Rate this post

Peter Baustaedter a déterminé l’apparition de films de cinéma populaires tels que « Avatar », « Jumper », « The Fifth Element » etc. Tout a commencé avec un Amiga.

Peter Baustaedter : de graphiste Amiga à grand joueur à Hollywood

Peter Baustaedter, né à Graz, en Autriche, vit et travaille désormais principalement en Nouvelle-Zélande. Les premiers films sont apparus au milieu des années 90, dans lesquels il a été impliqué en tant que dessinateur, directeur artistique 3D, matte painter numérique, directeur des effets visuels et bien plus encore.

La série de films et de séries auxquelles il a participé est longue. Cela inclut des blockbusters comme « Le Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours »*, le légendaire « Sin City 1″*, « Strange Days »*, « Titanic »*, « Eragon »*, « Dante’s Peak »*, juste pour nommez-en quelques-uns. Peter Baustaedter travaille actuellement en tant que directeur artistique des effets visuels pour Prime Video & Amazon Studios. Il a également aidé son employeur à créer la première saison de la série télévisée épique Le Seigneur des anneaux : Les anneaux de pouvoir*.

La carrière de Peter Baustaedter a commencé dans la démoscene

JOE, S!P

Mais sa passion pour la peinture a vraiment commencé bien plus tôt. Notamment en 1988, lorsqu’il participe aux premières productions demoscene en tant que graphiste de scène sur Amiga. Dans le milieu informatique, il se faisait appeler Jacksnipe of Evil, ou JOE en abrégé, c’est l’abréviation qu’il connaît aujourd’hui le plus parmi les fans d’ordinateurs rétro.

Peter Baustaedter a été à la fois musicien et graphiste chez Surprise! Productions, The Softkiller Crew, Tristar & Red Sector Inc. (TRSI), World of Wonders, Nah Kolor, Scoopex, The Invisibles et d’autres groupes. Il est aussi parfois connu sous le nom de Highlander.

JOE ne s’est retrouvé qu’au milieu de certains classements

JOE
Aperçu de l’intro PSX1 par TRSI.

La scène de démonstration Amiga lui a rendu hommage au plus tard en 1991, lorsqu’une interview détaillée de lui est apparue dans le premier numéro du magazine de disques (Diskmag) RAW. Il y a d’autres interviews chez AMP, sur le forum AmigaLife et sur le site de Ce-on Software. Malheureusement, la dernière conversation n’est accessible qu’à l’aide de la Wayback Machine.

Bien qu’il joue aujourd’hui le premier violon à Hollywood en matière de graphisme et de design, il n’a réussi à atterrir au milieu des graphistes que dans certaines scènes graphiques.

Tarnkappe.info : Bonjour, si j’ai bien fait mes recherches, votre carrière dans la scène a-t-elle débuté en 1988 ?

Pierre Baustaedter : Salut! J’ai hâte de répondre à vos questions. J’ai eu mon Amiga 1000 en juin 1987 si je me souviens bien et je suis entré en scène fin 1987. J’ai rencontré un gars dans un magasin d’informatique où j’avais l’habitude de traîner en attendant le bus scolaire. On a tout de suite sympathisé et j’ai dessiné un logo pour l’une de ses premières démos.

Puis j’ai rencontré le fils d’une amie de ma mère, qui s’est avéré être un programmeur assez talentueux. Il est ensuite devenu membre d’Amigavision, TSK et Cosmos Designs (un sous-groupe éphémère de Cosmos).

Premier grand événement dans l’Autriche rurale

Fin 1987, il organise l’une des premières soirées copie de notre région. De nombreux grands noms de la scène autrichienne sont apparus dans cette petite grange de l’Autriche rurale. Le notoire Hans, codeur de génie et également créateur du virus préféré de tous, le virus Saddam, y fait sa première apparition publique. Andy et Antitrack de TSK étaient là aussi, mais les souvenirs sont flous. Je me souviens de l’excitation quand quelqu’un a trébuché sur toutes les rallonges pour la énième fois et que tout l’équipement s’est éteint… encore une fois.

Pierre Baustaedter
Peter avec ses outils en 1996.

Tarnkappe.info : Tout d’abord, je serais intéressé de savoir comment ce nom fou est né en premier lieu ? Qui ou qu’est-ce qu’un Jacksnipe of Evil (JOE) ? Est-ce un oiseau spécial ou un lévrier ? Quelle est l’histoire derrière ce nom?

Voir aussi  Postbank : les plaintes des clients ont fortement augmenté !

Pierre Baustaedter : C’est aussi simple que ça donne à réfléchir. J’avais 15 ans et j’ai fait mes premières tentatives de dessin sur le C64. J’avais besoin d’un nom et j’ai utilisé mon nom de meilleur score : PEZ – qui était l’abréviation du surnom de ma famille pour moi – Pezi. Cela m’a immédiatement semblé ennuyeux, alors je voulais quelque chose de « cool ». Et quoi de plus cool qu’un nom anglais – Joe ? Et pour le rendre encore plus cool, j’ai mis des points entre les lettres, comme c’était la mode au milieu des années 80.

En fait, cela n’avait aucun sens. Cependant, un autre de mes anciens amis de la scène, Georg, a insisté sur le fait que cela devait avoir un sens et l’a recherché dans un dictionnaire anglais. Il est revenu avec le nom susmentionné « Jacksnipe of Evil » que j’ai aimé et gardé parce que c’était tellement stupide. Il a dit: « Attends, en allemand c’est encore mieux : ‘Witch of Evil’ ! » Alors j’ai gardé le nom !

Le Commodore Amiga comme déclencheur de sa fascination pour les graphismes

Tarnkappe.info : Vous avez travaillé comme graphiste (et même comme musicien) sur le C64, plus tard sur l’Amiga, sur diverses consoles de jeux et pour des démos Windows. Quelle plateforme aimez-vous le plus et pourquoi ?

Pierre Baustaedter : Tout d’abord, je dois dire que j’étais un très mauvais musicien. Mais si j’ai pu faire de la musique, c’est grâce à ma machine préférée, l’Amiga. Passer du ’64 (C64) était comme passer d’un tricycle à un vélo léger. Veuillez excuser la référence à Tron.

Pierre Baustaedter
1988. Encore à ses balbutiements, mais agréable à regarder ! Graphique du diaporama JOE de TSC 1.

L’Amiga 1000 d’occasion que j’ai reçu est venu avec GraphiCraft et j’ai commencé à dessiner tout de suite. Tant de couleurs, une telle résolution. J’avais l’impression de pouvoir tout faire avec cette machine. Et putain, j’ai tout essayé sur cette machine.

Aucun autre matériel ne m’a jamais fait faire quelque chose comme l’Amiga. C’était peut-être mon âge, mais il semblait toujours dire : « Qu’est-ce que tu veux faire aujourd’hui ? »

Des années plus tard, quand j’ai eu mon premier PC, il m’a parlé aussi – il a dit « Bleeerppp ». Assez triste.

Pierre Baustaedter : « Amenez les gros canons ! »

J’ai toujours été motivé par les possibilités du matériel, donc après l’Amiga, je voulais quelque chose d’encore plus puissant. C’est un peu comme ça que je suis entré dans l’infographie professionnelle.

La prochaine étape après l’Amiga qui m’intéressait était les boîtes de peinture Quantel et les machines Silicon Graphics, qui sont sorties à peu près au même moment. Amenez les gros canons!

Voir aussi  Asgaard : le cinquième coopérateur écope d'une peine avec sursis

Tarnkappe.info : Vous m’avez écrit que vous avez récemment acheté un Atari 520STE. Un émulateur n’aurait-il pas suffi ? Ou le vrai sentiment ne se manifeste-t-il pas?

Pierre Baustaedter : Comme je l’ai dit, j’adore le matériel. De plus, je suis à un âge où j’aspire au passé, alors j’étais et je suis toujours à la recherche des machines qui existaient à l’époque dans ma vie. Je restaure également des machines – je peux échanger des condensateurs et faire d’autres choses simples, ce que j’apprécie beaucoup.

Peter Baustaedter : de graphiste Amiga à grand joueur à Hollywood
Le Commodore 64 comme une maison, ses clefs comme des cheminées fumantes.

L’affection de Peter Baustaedter pour les ordinateurs rétro est ininterrompue à ce jour

J’ai maintenant un C64 neuf, un SX-64, un VC-20 neuf (c’était ma toute première machine), mon Amiga 2000 d’origine avec tous les autocollants de scène encore attachés, deux Amiga 500, un Amiga 1200 et un Amiga 3000 en pièces.

Alors quand j’ai vu un Atari ST à un prix raisonnable, je n’ai eu qu’à foncer. Il est toujours dans le courrier au moment où j’écris ceci, mais une fois qu’il sera installé et que je pourrai l’allumer, ce sera la première fois que j’utiliserai un Atari ST.

Je dois mentionner que je tape ceci sur un clavier IBM Model M de 1987, juste pour montrer à quel point j’aime le vieux matériel.

Peter Baustaedter : de graphiste Amiga à grand joueur à Hollywood

Tarnkappe.info : Peter, vous avez fréquenté la HTBLA Ortweinschule à Graz de 1986 à 1991. Qu’est-ce que c’était en fait, un diplôme ? Quel était votre objectif en poursuivant vos études là-bas ?

Pierre Baustaedter : L’école Ortwein était une école d’art de cinq ans que j’ai fréquentée de 15 à 20 ans. L’année 1 était un programme artistique général et les années 2 à 5 étaient spécialisées. J’ai choisi « Médias audiovisuels » – film, photographie et vidéo.

Ce fut une excellente éducation, en particulier les cours de photographie et d’histoire de l’art. J’utilise toujours les connaissances que j’ai acquises dans ces cours au quotidien.

Arnold Schwarzenegger a fourni les bons contacts

La plupart de mes compétences en illustration sont autodidactes, comme vous pouvez le voir dans mon travail. Surtout les premières images que j’ai créées pour la scène. Je manquais de beaucoup de connaissances.

Après avoir travaillé dans l’industrie pendant un certain temps, j’ai entendu parler du Pasadena Art Center College of Design. C’était mon rêve d’y aller. Mais quand j’en ai entendu parler, j’étais déjà jusqu’aux genoux dans ma carrière et je ne pouvais vraiment pas me le permettre.

Peter Baustaedter : de graphiste Amiga à grand joueur à Hollywood

Tarnkappe.info : Ou pour le dire autrement. De l’artiste demoscene au directeur artistique VFX qui a aidé à créer la série télévisée The Lord of the Rings: The Rings of Power est un long chemin que très peu peuvent parcourir.

Comment êtes-vous arrivé là où vous êtes maintenant? Vous ne vous contentez pas de claquer des doigts et d’être ensuite invité à travailler pour des studios de cinéma hollywoodiens à la volée, n’est-ce pas ?

Pierre Baustaedter : Ma recherche de matériel avec de meilleures possibilités m’a conduit à une société de post-production à Vienne à la fin de 1992. C’était quelques mois après avoir obtenu mon diplôme d’école d’art. À peu près à la même époque, je travaillais sur le jeu Amiga Whale’s Voyage.

Voir aussi  Portails de streaming de films de cinéma (illégaux) en juillet 2023

C’était mon premier vrai travail et je travaillais avec un vieux Quantel Video Paintbox V1 qui était un excellent premier pas dans l’industrie. Environ six mois plus tard, je suis passé à une filiale de cette société postale.

Il y avait là-bas pour un million de dollars de Quantel Graphic Paintboxes et ils faisaient de l’impression publicitaire. Ces boîtes de peinture étaient incroyables – en 1992, elles pouvaient gérer près de 5K en temps réel.

Après avoir travaillé pour eux jusqu’au début de 1994, j’ai dû m’engager dans l’armée autrichienne. C’était et c’est toujours obligatoire et je ne pouvais plus le remettre à plus tard.

Stagiaire dans la société Digital Domain de James Cameron

Pierre Baustaedter : Alors que j’étais en service pendant huit longs mois, j’ai lu un article sur la nouvelle société VFX de James Cameron appelée Digital Domain.

Les deux autres fondateurs étaient Scott Ross et Stan Winston. Winston a conçu le « Predator »* et tous les effets prothétiques du « Terminator »* et de nombreuses autres créatures à effets célèbres.

Peter Baustaedter : de graphiste Amiga à grand joueur à Hollywood

Un bon ami de mon père était l’ami d’Arnold Schwarzenegger, et je savais qu’il connaissait aussi Stan Winston.

Quand j’ai appris que notre ami retournait à Los Angeles, je lui ai donné mon portfolio et il a promis de l’apporter à Stan. Alors il l’a fait. Quelques semaines plus tard, ma mère m’a appelé et m’a dit qu’elle avait un fax « … d’Amérique! ». Le message disait essentiellement: « Cher Peter, nous aimons votre travail et si vous payez tout vous-même, vous êtes le bienvenu pour devenir stagiaire chez Digital Domain ».

« J’ai donc vendu tout ce que je possédais et je suis arrivé à Los Angeles début janvier 1995.« 

J’ai donc vendu tout ce que je possédais et je suis arrivé à Los Angeles début janvier 1995. Cela a commencé une carrière que je continue à ce jour et qui m’a amené dans des endroits comme Los Angeles, San Francisco, Hawaï, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Malaisie, la Hongrie, le Royaume-Uni et quelques autres.

Voici le profil de Baustaedter sur IMDB.com et LinkdIn. Ceux qui veulent remonter plus loin dans leur histoire peuvent consulter leurs profils sur Demozoo ou C-64 Scene Database (CSDb). D’un autre côté, si vous n’en avez pas assez de chercher, vous pouvez trouver plus d’images peintes à la main qui ont été créées sur l’Amiga dans une galerie séparée à ArtCity.

Nous publierons prochainement la deuxième partie de l’interview exclusive de Peter Baustaedter. Un grand merci à Norbert Konieczny alias Norby/ex-TRSI, qui a rendu cette interview possible en premier lieu.

Tous les liens marqués d’un astérisque sont des liens affiliés. Si vous achetez des produits via ces liens, Tarnkappe.info recevra une petite commission. Il n’y a pas de frais supplémentaires pour vous car les prix des produits restent les mêmes. Si vous souhaitez soutenir financièrement l’équipe éditoriale d’une autre manière, consultez notre page de dons ou notre boutique en ligne.