mar. Déc 6th, 2022

Rumrunner parle de sa lutte pour faire fonctionner Eurochart sous Linux et réfléchit sur les productions multiplateformes en général.

Projection multiplateforme
commentaire de Rumrunner/Void

Dernièrement, la scène a vu certaines productions sortir pour plusieurs plateformes. Entre autres, le dernier numéro d’Eurochart, qui a été publié pour Amiga, AmigaOne, Pegasos, Linux et Windows. De plus, je suppose qu’il existe une version pour le Commodore 64. Dans ce même numéro, il y a un article sur le codage d’un magazine sur ledit ordinateur.

La projection multiplateforme n’est pas sans problèmes

Maintenant, à quels problèmes éventuels devez-vous faire attention si vous décidez de sortir une production sur plusieurs plateformes ? Tout d’abord, regardons une chose que j’ai vécue lorsque j’ai essayé d’exécuter Eurochart sur un ordinateur Intel sous Linux. Tout d’abord, bien sûr, vous devez avoir toutes les bibliothèques nécessaires installées. Je me suis assuré que toutes les sdlibraries étaient installées. Je ne me souviens pas s’il y avait beaucoup de choses que je n’avais pas avant, donc ça ne devrait pas être trop de travail pour le faire fonctionner. Cependant, une bibliothèque nécessaire était libstdc + ou similaire, je ne me souviens pas exactement pour le moment. Je me souviens cependant que la bibliothèque nécessaire n’était pas simple à installer.

Vous ne pouvez pas le télécharger en tant qu’archive unique, le compiler et l’installer. Il se propage avec le compilateur gnu c. Je ne voulais pas mettre à niveau le compilateur pour exécuter cette production, car cela pose certains problèmes. Tout d’abord, la suppression de l’ancien compilateur supprimerait également les bibliothèques de celui-ci, et elles sont nécessaires aux autres programmes et bibliothèques installés. Vous ne pouvez jamais être sûr de quoi que ce soit en ce qui concerne les logiciels Linux ou GNU en général. Et je ne risquerais pas de découvrir à la dure que je ne pouvais pas exécuter l’un des anciens logiciels, je l’ai déjà fait lorsque j’ai essayé de mettre à niveau la c-library, et je ne le ferai plus de cette façon.

Compilation d’un nouveau noyau !??

Un autre problème lié à la mise à niveau du compilateur c est que je ne pourrais plus compiler les modules du noyau sans compiler tout le noyau. En raison de ne pas avoir de format fixe pour ce à quoi les choses devraient ressembler. Compiler un nouveau noyau avec le nouveau compilateur conduirait également à devoir recompiler tous les modules, car un noyau compilé avec un nouveau ne chargera pas les modules du noyau compilés avec des compilateurs plus anciens. Merde, quelle galère. J’aurais pu installer un compilateur gnu c plus récent à un autre emplacement, sans l’utiliser pour autre chose que la bibliothèque nécessaire en utilisant LD_LIBRARY_PATH pour que l’exécutable Eurochart le trouve. Mais cela prend encore beaucoup de temps.

Voir aussi  Lancaster vs Apple : Leaker paie des dommages et intérêts au groupe technologique

Maintenant, ce n’est pas la faute des créateurs de la version intellinux d’Eurochart, je suppose qu’ils ont simplement installé une version plus récente de gnu c, et il a bien sûr également utilisé la nouvelle bibliothèque. Les systèmes d’exploitation Unix ne sont pas vraiment adaptés aux démos. Il n’y a pas grand chose sur quoi se fier, les choses changent, surtout sous Linux, où les gens s’efforcent de s’assurer qu’il y a des problèmes d’exécution des programmes sans les recompiler pour chaque système. Je comprends très bien que les gens ne publient pas leurs sources et n’aiment pas Linux à cause de cela. (Sans oublier que le format des modules du noyau change fréquemment, avec un gros changement de 2.4, qui était plutôt utilisable, à 2.6).

Maintenant, il y a un problème, les différences non seulement dans le matériel, que presque toutes les plates-formes sauf Commodore 64 doivent gérer, mais aussi dans des éléments tels que les bibliothèques, qui ne peuvent pas être facilement remplacées car elles peuvent être vitales pour d’autres parties du système d’exploitation et vos autres programmes. C’est beaucoup plus simple sur Amiga, où les seules choses dont vous devez vous soucier sont la quantité de mémoire disponible et le processeur 68000 que l’utilisateur utilise, en plus de ocs/esc/agachipsets et autres.

Multiplateforme – Qu’en est-il des formats ?

Comme dans le format graphique, le format sonore et d’autres formats. Je suppose que les lecteurs de modules sont disponibles pour la plupart des plates-formes, vous pouvez donc lire des modules réguliers, ce qui permet d’utiliser la même musique sur la version sur chacune des plates-formes pour lesquelles vous la publiez. J’ai utilisé la mikmodlibrary pour cela sous Linux, mais cela oblige ceux qui veulent profiter de la production à l’installer. Ce n’est pas aussi simple que d’inclure du code pour ProTracker, TrackerPacker ou The Player dans vos productions sur Amiga. Cependant, je ne doute pas qu’il y ait des gens qui écrivent leurs propres lecteurs de modules pour d’autres ordinateurs également, bien que je ne veuille pas penser à la charge de travail qui en résulte pour plusieurs systèmes d’exploitation.

Voir aussi  Dread : forum illégal du deep web hors ligne depuis le raid DiDW3 ?

En ce qui concerne les formats graphiques, je pense que la chose la plus importante (si vous allez utiliser les mêmes graphiques sur tous les ordinateurs) est de vous assurer que cela fonctionne sur la plate-forme principale pour laquelle vous publiez. Je trouve qu’il est toujours préférable de baisser les résolutions pour afficher quelque chose en plein écran que de le redimensionner à une taille plus grande sur cet ordinateur ou de le redimensionner à une taille plus petite sur un autre ordinateur. Je suppose qu’il y a différentes opinions à ce sujet. Bien sûr, si vous vous assurez que vos graphismes sont beaux sur Amiga, et peut-être qu’ils y sont aussi peints, vous ne pouvez pas les utiliser directement sur un pc sans les redimensionner un peu, et vous devez aussi ajuster les différences de ratios entre une image pleine grandeur sur Amiga et le pc.

Votre production doit-elle avoir la même apparence sur toutes les plateformes ?

Il est important de considérer quel est le contenu le plus important. Et assurez-vous que c’est ce qui est prioritaire lorsqu’il s’agit de le faire fonctionner sur toutes les plateformes. Pour un disque de musique, les modules devraient bien sûr venir en premier. De la même manière, les articles doivent venir en premier dans un diskmag, et les images dans un diaporama, s’il y a encore des gens qui les publient (ils me manquent). Je pense qu’Iris a fait un bon choix ici lors de la publication de l’Eurochart pour plusieurs plates-formes.

Il existe une interface complètement différente pour Amiga et Windows (qui sont les deux versions que j’ai testées), et elles ne se ressemblent pas. Ils n’ont pas à le faire non plus. Puisqu’ils ont également changé leur ancien code avec le code Disc sur la version Amiga, il existe également des différences par rapport au numéro précédent sur cette plate-forme. Si les gens s’habituent à celui-ci, ils devraient également pouvoir s’habituer à l’interface utilisée sur d’autres plates-formes. Ici, on peut bien sûr aussi se demander sur combien de plateformes chaque homme verra la production.

Voir aussi  Coinbase et MetaMask : une campagne de phishing vole vos pièces

Peut-être que quelqu’un le verra sur un PC au travail ou à l’école, puis regardera la version Amiga à la maison. Comme les articles et les graphiques sont les mêmes, il ne sert à rien d’essayer toutes les versions, si vous ne le faites pas par curiosité.

Il y a certaines qualités que j’aimerais voir dans les versions conçues pour plusieurs plates-formes. Tout d’abord, je ne veux pas voir de démos converties sur d’autres systèmes que celui d’origine. Faire une démo sur un ordinateur, puis essayer de la dupliquer sur un autre ne conduira pas à un résultat décent. Les PC utilisent traditionnellement beaucoup de 3D, depuis qu’ils ont eu les premières cartes graphiques décentes. J’ai encore trop vu d’effets 2d impressionnants sur ceux-ci. Je ne pense pas qu’une démo Amiga traditionnelle avec des scrollers, des bobs, des sprites et plein d’effets cuivrés ait jamais l’air bien sur un PC. Pensez-vous que oui?

Et maintenant?

Ce que j’aimerais voir publié pour plusieurs plateformes, c’est ce que nous voyons déjà, comme Eurochart, ou l’inclusion par Void et Nukleus des cartes de Versus dans une production pour AOS4. Le texte peut facilement être visualisé sur différentes plateformes. Ce qui est important dans cet aspect, c’est plutôt de s’assurer que tout fonctionne bien, même si ce n’est pas avec la même prise en main, sur toutes les plateformes.

Je pense toujours cependant que chaque production devrait cibler un seul système en premier lieu, le reste devrait être facultatif quand et si vous avez le temps de faire le travail. Sinon, l’ensemble du projet est laissé de côté sans racines et pourrait ne pas être très intéressant.