sam. Déc 3rd, 2022

Dans le développement du « Software Defined Vehicle », Renault et Google se rapprochent encore plus pour donner du fil à retordre aux responsables de la protection des données.

Le Groupe Renault et Google prolongent leur collaboration et appellent le «Véhicule défini par logiciel» dans la vie. Le cloud joue ici un rôle central, collectant parfois des quantités massives de données. Bien entendu, le tout dans le respect des normes applicables en matière de protection des données – bien sûr. Les propriétaires de véhicules seront certainement tout aussi satisfaits des mises à jour logicielles attendues. Confusion pendant le trajet inclus.

Renault flirte avec le cloud de Google

Le groupe Renault et Google souhaitent approfondir leur partenariat, qui existe depuis 2018. Ensemble, les deux groupes veulent allier le meilleur de l’industrie automobile et du monde numérique. Cela devrait parfois être réalisé grâce à des mises à niveau continues pour les véhicules basés sur le système d’exploitation automobile Android et l’intégration de la technologie cloud de Google.

Selon un rapport de PR Newswire, l’objectif des deux sociétés est de développer une architecture numérique pour le «Véhicule défini par logiciel» (SDV). Dans le cadre d’une initiative appelée « Passer au nuage« Renault veut pousser la digitalisation de son entreprise. Pour cela, le groupe vise à «Déplacez l’intégralité de leur modèle d’exploitation vers le cloud pour une plus grande agilité, de meilleures performances et une plus grande rentabilité.« 

Deux PDG sont heureux

Selon Luca de Meo, PDG du groupe Renault, le «Complexité de l’architecture électronique des véhicules » de façon exponentielle. Enfin, l’approche SDV développée en collaboration avec Google permet à l’entreprise de «pour répondre aux besoins des futurs clients“. En ce qui concerne le retour de cette coopération, le PDG de Renault est confiant. « Un champion du logiciel et un champion de la mobilité s’associent pour créer des technologies révolutionnaires.« 

Voir aussi  Attaque DDoS : 46 millions de RPS défient le cloud de Google

Et le PDG de Google, Sundar Pichai, se réjouit également des ambitions de son groupe de travailler avec Renault. »sécurité et connectivité dans le trafic routier » améliorer.

« L’annonce d’aujourd’hui contribuera à accélérer la transformation numérique du Groupe Renault en associant nos expertises dans le cloud, l’IA et Android pour offrir une expérience sécurisée et hautement personnalisée qui répond aux attentes changeantes des clients.

Sundar Pichai

Renault veut augmenter la valeur pour les propriétaires de véhicules via un logiciel

En plus des logiciels dans le véhicule pour activer la plate-forme SDV, la coopération entre les deux groupes comprend également les logiciels cloud nécessaires à la création d’un « Double digitale” devrait s’occuper. Cela devrait permettre au Groupe Renault de réduire ses coûts et d’optimiser l’efficacité, la flexibilité et la rapidité de développement des véhicules.

Grâce à « innovations logicielles continues” devrait également augmenter la valeur pour les utilisateurs finaux. Bien sûr, quel utilisateur ces jours-ci n’est pas content de pouvoir enfin réinstaller une mise à jour, après quoi tout d’un coup « tout différent » est. D’autant plus que des personnes peu qualifiées techniquement achètent également des véhicules à moteur.

Cela devrait donc rester passionnant de voir si l’un ou l’autre »mises à jour» a finalement provoqué un tollé de la part de nombreux clients Renault. Le fait de devoir se débattre avec de nouvelles fonctions et de nouveaux menus au milieu de la circulation n’est certainement pas propice aux statistiques d’accidents personnels du conducteur. Et le concurrent Tesla a déjà démontré de manière impressionnante que certaines mises à jour peuvent entraîner de graves problèmes de sécurité.

La mise à jour pourrait se compliquer. Source : FindThatMeme par ifunny.co, merci !

Modèles d’assurance basés sur le comportement au volant – protection des données à la limite

Mais les deux sociétés vont encore plus loin. C’est ce que veut le groupe Renault »Développer leur utilisation de la technologie Google Cloud pour le SDV afin de mieux gérer, en toute sécurité et confidentialité, la collecte et l’analyse des données et le développement de logiciels pour le véhicule.« 

Voir aussi  Jeton d'accès AWS trouvé dans le code source de nombreuses applications

Cela ne devrait pas seulement aider à mieux planifier la maintenance et les erreurs « en temps quasi réel» à réparer. Aussi « Modèles d’assurance basés sur l’utilisation réelle et le comportement de conduite» devrait être rendue possible. Cependant, il reste à voir si cela peut être mis en œuvre dans le cadre du RGPD sur le sol européen.

Par ailleurs, les plans du Groupe Renault, «suivre et analyser l’utilisation des véhicules afin de mieux comprendre les besoins et les comportements des clients et de proposer des services meilleurs et plus personnalisés en fonction de leurs attentes” causent des maux de tête à de nombreux délégués à la protection des données. Même si le groupe affirme que le «normes de sécurité et de protection des données applicables» à respecter.