ven. Avr 12th, 2024
Telegram n’a jusqu’à présent pratiquement pas transmis de données d’utilisateurs à la police
Rate this post

La coopération entre Telegram et la police est tout sauf rose. Dans la plupart des cas, le BKA n’obtient même pas de réponse.

Telegram n’a jusqu’à présent pratiquement pas transmis de données d’utilisateurs à la police

Avec sa communication cryptée et anonyme, Telegram cause régulièrement des maux de tête à la police. Parce qu’il n’y a pas que des gens pacifiques qui s’ébattent sur la plate-forme. Et les données d’utilisateur des suspects qui y commettent des méfaits ont jusqu’à présent été transmises beaucoup moins fréquemment que le BKA ne le souhaiterait.

La police demande régulièrement des données à Telegram

Non seulement les gens pacifiques gambadent parmi les plusieurs centaines de millions d’utilisateurs du populaire messager Telegram. En raison de sa communication cryptée et anonyme, c’est aussi un outil fréquemment utilisé pour les activités criminelles.

En conséquence, la police et la justice demandent régulièrement des données à Telegram pour identifier les suspects. Car sans le soutien des opérateurs, il est difficile de savoir qui propage la haine via la plateforme ou qui prépare même un attentat terroriste.

Comme l’a rapporté jeudi le Tagesschau, cependant, les choses ne se passent toujours pas aussi bien que les forces de l’ordre le souhaiteraient.

La coopération entre Telegram et la police est tout sauf fluide

Christoph Hebbecker du parquet de Cologne pour la cybercriminalité (ZAC) était tout sauf satisfait de la volonté de coopération du messager. « Nous ne pouvons tout simplement pas accéder à Telegram» est sa conclusion qui donne à réfléchir.

Alors que la coopération entre la police et les autres médias sociaux fonctionne généralement assez bien, le messager Telegram est toujours considéré comme un problème.

« Nous savons maintenant qu’il est fort probable que nous ne serons pas en mesure d’identifier un suspect car Telegram ne coopère pas. »

Christophe Hebbecker

Selon le Network Enforcement Act (NetzDG), le service est en fait obligé de coopérer avec les autorités pénitentiaires. Cela comprend non seulement la suppression et le signalement de contenu criminel, mais également la transmission de données d’inventaire qui aident les enquêteurs à identifier les utilisateurs suspects.

Voir aussi  MyBoerse.bz attire ses visiteurs dans un piège d'abonnement coûteux !

Supprimer oui – libérer les données utilisateur non

L’été dernier, Telegram a fourni pour la première fois à la police (BKA) des données d’utilisateurs. Cependant, la quantité d’informations effectivement diffusées ne semble pas correspondre à ce que souhaiteraient les autorités allemandes.

Le service de messagerie avait respecté les exigences de suppression des 445 contenus signalés par le BKA au début de cette année dans 419 cas.

Cependant, Telegram continue de fournir à la police pratiquement aucune donnée sur les suspects. L’entreprise n’a répondu qu’à environ 60 des 230 demandes de renseignements. Il n’a en fait transmis les données utilisateur que 25 fois.

Il n’y a également eu aucun signe d’amélioration au cours des derniers mois. En outre, la réponse à la question de savoir pourquoi le service publie si rarement des données est restée jusqu’à présent sans réponse. Et cela malgré le fait que le fondateur Pawel Durow s’était récemment montré tout à fait disposé à coopérer dans une conversation avec le ministère de l’Intérieur.