mer. Fév 8th, 2023

Cela correspond à environ 4,5 % de la population européenne. Le piratage IPTV est particulièrement populaire parmi les jeunes générations.

Un nombre croissant de citoyens européens ont recours au piratage IPTV, révèle une nouvelle étude. Dans le même temps, les coûts mensuels de ces services de streaming illégaux ont baissé, ce qui alimente la croissance. Les jeunes générations sont particulièrement susceptibles de recourir à des contenus piratés.

Les offres IPTV illégales sont de plus en plus attractives

De plus en plus d’Européens ont recours au piratage IPTV payant. Bien qu’il existe des alternatives légales, le nombre d’abonnés à des services de streaming illégaux a augmenté d’environ 25 % au cours des trois dernières années.

Cela signifie que 17,1 millions de personnes dans l’UE et au Royaume-Uni accèdent désormais au contenu piraté. Cela correspond à 4,5 % de la population totale de ces régions. Le fait que les titulaires de droits agissent à plusieurs reprises contre les services de streaming illégaux ne semble pas pouvoir inverser cette tendance.

Selon une étude de l’Audiovisuel Anti-Piracy Alliance (AAPA), le piratage IPTV a entre-temps dépassé la barre du milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel. Les coûts moyens par abonnement vendu ont baissé durant la période d’observation et ne sont plus que de 5,22 euros par mois.

La demande de piratage IPTV diffère selon le groupe d’âge et la région

Les services de piratage sont particulièrement populaires auprès des jeunes utilisateurs en particulier. 11,8 % ou 5,9 millions des 16 à 24 ans profitent de ces offres. Les chercheurs en voient les raisons principalement dans les revenus inférieurs, les habitudes télévisuelles et la plus grande tolérance au contenu piraté dans ce groupe d’âge.

Voir aussi  EncroChat : la Cour de cassation conteste l'exploitation des données

Mais il y a aussi quelques différences géographiques. Les Pays-Bas (8,2%) et le Luxembourg (7,9%) ont le pourcentage le plus élevé d’utilisateurs de piratage IPTV. La Roumanie et la Pologne ferment la marche avec respectivement 0,8 et 1,5 %. Avec 4,2 %, l’Allemagne se situe au milieu et légèrement en dessous de la moyenne.

En chiffres absolus, le Royaume-Uni est en tête avec 3 millions, suivi de l’Allemagne et de la France avec respectivement 2,5 et 2,4 millions de streamers illégaux. Cependant, cela est parfois aussi dû à la population relativement élevée de ces régions.

Dans son rapport, l’AAPA fournit également une estimation des pertes de revenus pour les services de streaming légaux, basée sur la volonté des utilisateurs de payer pour les services de piratage IPTV. Des pertes de 3,2 milliards d’euros seraient dues au piratage IPTV.