mar. Mar 5th, 2024
Tribunal de district : la police peut déverrouiller votre téléphone portable par empreinte digitale
Rate this post

Selon une décision du tribunal régional de Ravensburg, la police est autorisée à relever l’empreinte digitale d’un suspect afin de déverrouiller son téléphone portable.

Comme l’a récemment décidé le tribunal de district de Ravensburg, la police peut prendre l’empreinte digitale d’un suspect pour déverrouiller son téléphone portable si cela est nécessaire dans le cadre d’une procédure pénale. Le juge était bien conscient que le paragraphe utilisé provenait d’une époque assez analogue. Il reçoit maintenant beaucoup de critiques pour sa décision.

Les empreintes digitales ne protègent pas contre l’accès aux données par les forces de l’ordre

Quiconque utilise son empreinte digitale pour se connecter à des appareils modernes tels que des smartphones ou des ordinateurs portables le fait généralement pour protéger ses données contre l’accès d’autres personnes. Une nouvelle décision du tribunal de district de Ravensburg laisse entendre que cette barrière ne vaut pas grand-chose dans le cadre des enquêtes policières.

Comme le rapporte Netzpolitik.org, un suspect a refusé de déverrouiller son téléphone portable devant la police. Étant donné que les enquêteurs ne sont fondamentalement pas autorisés à le forcer à le faire, ils ont trouvé un autre moyen d’accéder aux données de son téléphone portable.

Le magistrat a autorisé le relevé des empreintes digitales

Conformément à l’ordonnance d’un juge d’instruction, les agents ont relevé les empreintes digitales de l’homme dans le cadre d’un processus d’identification conformément à l’article 81b, paragraphe 1, du code de procédure pénale. Ceux-ci ont finalement permis à la police de déverrouiller elle-même le smartphone et d’accéder aux données.

Voir aussi  Loi sur l'IA : une surveillance biométrique de masse à l'échelle de l'UE est probable

Mais l’accusé n’a pas laissé passer cela. En conséquence, il a déposé une plainte auprès du tribunal de district de Ravensburg. Selon l’avocat Detlef Burhoff, cependant, le juge responsable a déclaré la procédure autorisée. Si cela est nécessaire pour la procédure pénale, le code de procédure pénale autorise également le relevé des empreintes digitales.

Selon le juge de Ravensburg, la police peut déverrouiller votre téléphone portable

Le juge de Ravensburg était bien conscient qu’il n’existait pas de smartphones à authentification biométrique au moment où la loi applicable est entrée en vigueur.

« Le législateur historique s’est plutôt basé sur l’idée de comparer les empreintes digitales retrouvées avec les traces de la scène du crime ou les empreintes d’un dossier afin de pouvoir apporter la preuve du crime.‘ dit l’ordonnance du tribunal.

Cependant, le libellé ouvert de la loi garantit que « que la formulation statique de la loi s’adapte à l’état de la technique respectif.Par conséquent, la prise d’empreintes digitales pour déverrouiller le téléphone est à la fois nécessaire et proportionnée dans ce cas.

« En particulier, le droit fondamental de l’accusé à l’autodétermination informationnelle ne répond pas à l’intérêt public d’une justice pénale efficace», selon le tribunal de district de Ravensburg.

La police n’est pas (encore) autorisée à déverrouiller le smartphone à l’aide d’un code PIN ou d’un schéma

Ce jugement n’est certainement pas exempt de critiques. Selon l’avocat Udo Vetter, cette décision devrait «faire vite le tour”. Parce que selon lui « le règlement n’a jamais eu pour but de contourner les serrures biométriques”. Après tout, la vie était au moment de sa création »toujours 100% analogique”.

Voir aussi  Oh Netflix, pauvre et malheureuse compagnie !

Dans ce contexte, il pointe d’emblée les alternatives dont disposent les utilisateurs pour empêcher la police de pouvoir déverrouiller leurs téléphones portables :

« Ceux qui anticipent désactivent le verrouillage des empreintes digitales. Jusqu’à présent, vous n’avez pas besoin de donner un mot de passe en Allemagne. Jusqu’à présent, vous ne pouvez pas être obligé de dessiner un schéma de déverrouillage. »

Cousin d’Udo

Comme on le sait, le principe s’applique selon lequel personne ne doit s’incriminer. Un suspect peut donc refuser de fournir un code PIN ou un schéma de déverrouillage.

Les critiques viennent aussi du côté technique

L’expert en sécurité informatique Ulrich Greveler considère également la décision comme très problématique. « L’empreinte digitale est une fonction d’authentification. S’il est présenté au téléphone pour accéder aux données stockées, un appareil est finalement trompé quant à l’identité de l’utilisateur», déclare-t-il dans un post sur le sujet.

Si la police est autorisée à déverrouiller le téléphone portable d’un suspect, cela soulève inévitablement d’autres questions :

● La police serait-elle autorisée à envoyer des SMS à partir du smartphone déverrouillé et à se faire passer pour le propriétaire pour obtenir des informations des autres parties impliquées ?
● La signature du suspect trouvée sur les documents pourrait-elle être utilisée pour demander des informations à d’autres organismes, par ex. B. des entreprises ou des banques si elles ne sont pas obligées de coopérer ?
● Une réplique de la voix du suspect pourrait également être utilisée pour tromper les appelants et obtenir d’autres informations incriminantes. Même un faux appel vidéo profond à partir d’un téléphone portable déverrouillé serait possible de tromper avec succès les partenaires de communication qui parlent réellement à la police au lieu de leur connaissance et de s’incriminer eux-mêmes.

Ulrich Greveler

Cependant, Greveler en est convaincu : «Non, ce n’est pas comme ça que ça marche dans un Etat de droit !La police ne doit en aucun cas se faire passer pour un suspect afin d’obtenir des éléments incriminants dans le cadre d’une enquête.

Voir aussi  Twitter a du mal à garder ses utilisateurs les plus actifs