jeu. Mai 30th, 2024
Tribunal fédéral des finances : les bénéfices de la vente de bitcoins sont imposables
Rate this post

Avec une décision historique, la Cour fédérale des finances a déterminé que des taxes seront également encourues pour les crypto-monnaies comme moyen de paiement.

Tribunal fédéral des finances : les bénéfices de la vente de bitcoins sont imposables

Dans un arrêt (Az. IX R 3/22) du 14 février 2023, le Tribunal fédéral des finances (BFH) a jugé que les bénéfices provenant de la vente et de l’échange de crypto-monnaies sont également soumis à l’impôt sur le revenu. La BFH a ainsi essentiellement confirmé l’assujettissement à l’impôt des plus-values ​​de Bitcoin, Ethereum et Monero.

Le Tribunal fiscal fédéral communique dans l’arrêt

« Les plus-values ​​réalisées par un contribuable dans l’année à partir de la vente ou de l’échange de crypto-monnaies telles que Bitcoin, Ethereum et Monero sont soumises à l’imposition en tant qu’opération de cession privée. »

L’affaire judiciaire a commencé lorsque le bureau des impôts est venu frapper à la porte d’un investisseur en crypto et a exigé le paiement d’impôts sur ses bénéfices tirés des ventes de crypto. Plus précisément, le demandeur avait « Bitcoins, Ethereum et Monero acquis, échangés et revendus ». Après tout, en 2017, il a réalisé un bénéfice total de 3,4 millions d’euros sur ces transactions.

Le demandeur était également d’avis que ce type d’opération ne serait pas assujetti à l’impôt sur le revenu. Cependant, le Tribunal fiscal fédéral a maintenant contredit ce point de vue. Il a jugé : « La poursuite intentée par le contribuable devant le tribunal fiscal a été largement infructueuse ».

BFH : Les crypto-monnaies sont classées comme biens économiques et sont donc taxables

Le Tribunal fédéral des finances a justifié son jugement en déclarant que Bitcoin & Co. sont légalement classés comme un « autre actif » automne.

Voir aussi  Les téléchargements de vidéos YouTube ne constituent pas une violation du droit d'auteur !

un bien économique « Aux fins fiscales attribuées à la personne qui peut utiliser la valeur économique du bien pour elle-même sans restriction ». Dans le cas des monnaies virtuelles, il s’agirait du propriétaire de la clé privée. Avec ça il peut « indépendamment d’une véritable classification de droit civil sur les unités monétaires sans restriction ».

Il travaille à travers un transfert « sur la mise à jour de l’historique des transactions stockées dans la blockchain » là. Cela ferme le « Éventuellement dévier économiquement les propriétaires civils de ». Par conséquent, les crypto-monnaies sont :

« Aux actifs qui font l’objet d’un achat et d’une vente dans l’année suivant l’imposition en tant qu’opération de vente privée conformément au § 23 alinéa 1 phrase 1 n° 2 de la loi sur l’impôt sur le revenu (EStG). »

La notion de biens économiques doit être interprétée au sens large. Y compris tomber à côté de « Les choses et les droits ont également des conditions réelles ainsi que des possibilités et des avantages concrets, dont l’acquisition est payante pour un contribuable ». Selon l’opinion du trafic, ils sont « Accessible à une évaluation indépendante séparée ».

D’un point de vue économique, les crypto-monnaies sont des moyens de paiement

Toutes ces exigences s’appliquent également aux monnaies virtuelles. D’un point de vue économique, les crypto-monnaies telles que Bitcoin, Ethereum et Monero sont considérées comme un moyen de paiement. Les jetons monétaires BTC, ETH et XMR sont des actifs numériques. Cotés sur les plateformes de trading et les bourses, ils ont une valeur marchande.

Ils sont donc adaptés au traitement des transactions de paiement entre les parties concernées. Les détails techniques des monnaies virtuelles ne sont pas pertinents pour le bien en tant que bien économique. En fin de compte, tous les profits ou pertes réalisés sont éliminés « Acquisition et vente ou échange des jetons dans l’année suivant l’imposition ».

La responsabilité fiscale pour les bénéfices de la cryptographie est constitutionnelle

De l’avis de la BFH, il n’y a rien d’inconstitutionnel dans cet arrêt. En outre, il n’y a pas de déficit structurel dans l’application :

« Il n’y a pas de soi-disant déficit structurel d’exécution qui fasse obstacle à la fiscalité. Il n’y a pas de réglementations de collecte contradictoires qui empêchent l’imposition, et rien n’indique que les autorités fiscales ne peuvent pas déterminer et enregistrer les bénéfices et les pertes des transactions avec des crypto-monnaies. Le fait que, dans des cas individuels, les contribuables, malgré toutes les mesures d’enquête prises par les autorités fiscales (par exemple sous la forme de demandes d’informations collectives), parviennent à se soustraire à l’impôt lorsqu’ils négocient des crypto-monnaies, ne peut justifier un déficit structurel d’application.

En conclusion, le demandeur a, selon le Tribunal fiscal fédéral « En cas de litige, les crypto-monnaies concernées BTC, ETH et XMR ont été achetées et vendues pendant la période de détention ». Avec cela « Le bénéfice qui en découle doit être enregistré conformément au § 23 al. 1 phrase 1 n° 2 EStG dans le cadre de l’imposition ».