lun. Fév 26th, 2024
Ubisoft agit auprès de la police contre les menaces dans les jeux en ligne
Rate this post

Les insultes et les menaces sont monnaie courante dans les jeux en ligne. Pour les cas particulièrement difficiles, Ubisoft fait désormais également appel à la police.

De nombreux joueurs frustrés se sont beaucoup défoulés dans les jeux en ligne. Mais au moins un éditeur ne veut plus en supporter quelques-uns qui gâchent le plaisir des autres joueurs. Pour les cas vraiment difficiles, Ubisoft a même récemment fait appel à la police.

Ubisoft travaille avec la police pour créer une meilleure ambiance pour les jeux en ligne

Quiconque joue de temps en temps à des jeux en ligne a certainement souvent été confronté à des formes très prononcées d’intimidation, de racisme et de blagues qui vont bien en dessous de la ceinture. Il n’est pas rare que les joueurs expriment leur frustration à travers un langage vulgaire lorsque les choses ne se déroulent pas comme prévu dans le jeu.

Comme cela gâche rapidement le plaisir des joueurs les plus pacifiques, les éditeurs réfléchissent également à la manière de gérer une telle inconduite. Dans le cas d’Ubisoft, cela s’est maintenant traduit par une coopération étroite avec une autorité policière en Grande-Bretagne.

La police devrait seulement dans « cas les plus extrêmes» intervenir

De nombreuses insultes sur Internet peuvent encore sembler relativement anodines. Mais de nos jours, même le toilettage et les véritables menaces de mort font partie de la vie quotidienne dans les jeux en ligne.

Logo Ubisoft
Logo Ubisoft

En coopération avec la police de Northumbrie, Ubisoft souhaite depuis peu intégrer les procureurs directement dans son système d’alerte existant. Avec cela, le développeur de séries de jeux populaires telles que Far Cry, Watch Dogs, Assassin’s Creed, Rainbow Six, The Division et Crysis veut donner l’exemple dans l’industrie des jeux.

Voir aussi  Les vidéos d'IA sur YouTube diffusent des logiciels malveillants Infostealer au lieu de cracks

Comme le rapporte la BBC, la coopération vise d’une part à permettre le transfert de connaissances. Par conséquent, les employés de l’éditeur du jeu devraient s’inspirer des policiers pour mieux classer les interactions en ligne préjudiciables.

D’autre part, l’équipe de support d’Ubisoft a également la possibilité de « dans les cas extrêmes où une menace pour la vie ou un préjudice grave potentiel est identifié, de transmettre rapidement l’information à la police.

Dans la plupart des cas, une violation du code de conduite de l’entreprise se traduit simplement par le blocage du compte utilisateur. Dans le « cas les plus extrêmes » – on parle de « une poignée» par mois soit une part inférieure à 0,01 % – ils veulent toutefois pouvoir intervenir et intenter une action en justice si nécessaire.

Ubisoft veut servir de modèle aux autres éditeurs

De plus, la coopération avec la police permet à Ubisoft d’intervenir plus rapidement au-delà des frontières nationales. Selon Andrew Holliday, un employé de la société de jeux qui gère les violations en interne, les procureurs de Northumbria ont pu impliquer les autorités norvégiennes dans une affaire à court terme.

« C’était beaucoup plus rapide, efficace et sûr que si je l’avais essayé en tant que particulier« , a déclaré Holliday. Étant donné que les joueurs s’affrontent souvent à l’échelle internationale dans les jeux en ligne, de tels événements ne sont certainement pas rares.

En travaillant avec la police, Ubisoft veut aussi être un modèle. Les partenaires contractuels espèrent que d’autres entreprises de l’industrie du jeu suivront leur exemple.

Voir aussi  Le Vietnam ne veut plus abriter de sites pirates

De plus, selon Andy Millmoor, responsable des expériences de jeu, la chose la plus importante pour Ubisoft est « que vous pouvez vous amuser et vous détendre à la maison» et que ce «dans un environnement sûr » faire.

Ainsi, quiconque a tendance à attaquer verbalement d’autres joueurs lorsqu’il joue à des jeux en ligne peut non seulement s’attendre à un compte d’utilisateur bloqué à l’avenir. S’il choisit les bons mots, il peut également programmer une visite de la police.