mer. Sep 28th, 2022

Un ex-administrateur de deux communautés Usenet du Brabant doit répondre de 40 000 liens illégaux. Il verse 10 000 euros à BREIN.

Un homme de la province néerlandaise du Brabant était l’administrateur de deux communautés Usenet illégales. Ceux-ci contenaient chacun environ 20 000 liens contrefaits vers des œuvres protégées de fournisseurs commerciaux Usenet. Il a lui-même également travaillé comme téléchargeur sur Usenet. Naturellement, les fournisseurs commerciaux Usenet bénéficient des travaux supplémentaires car ils vendent des abonnements pour accéder à leurs serveurs où ils conservent les fichiers.

Administrateur Usenet transféré en raison d’une enquête précédente

L’homme a été identifié par l’organisation anti-piraterie BREIN à l’aide d’informations provenant d’enquêtes précédentes. Après s’être vu signifier une citation à comparaître par l’huissier, l’homme a réglé avec BREIN pour 10 000 €. Une clause pénale de 500 euros par jour ou infraction individuelle a été convenue pour l’avenir. Le montant maximum convenu contractuellement est de 50 000 euros.

Amende maximale de 50 000 euros pour rupture de contrat

L’organisation BREIN souligne dans le communiqué de presse que les recherches antérieures conduisent souvent à obtenir des informations sur d’autres administrateurs et téléchargeurs sur Usenet. Au cours de la dernière année et demie, BREIN a pris des mesures avec succès contre divers représentants de Usenet. Dont 14 administrateurs, 18 téléchargeurs majeurs et sept communautés NZB dirigeant les utilisateurs vers des contenus illégaux sur Usenet.

En outre, neuf de ces communautés ou sites d’index NZB ont cessé de leur propre chef. Cela a été facile pour vous et de nombreux téléchargeurs grâce à l’enquête « trop ​​chaud ».

La lutte contre les fournisseurs commerciaux Usenet

Chez BREIN, une affaire devant la Cour suprême est toujours pendante. Il s’agit du devoir de diligence d’un fournisseur Usenet commercial. Selon l’organisation, ces prestataires doivent, par principe, prendre des mesures efficaces contre les violations afin d’éviter leur propre responsabilité. Cependant, cela les priverait de leur modèle économique.

BREIN contre Usenet

Sur la base de l’arrêt YouTube & Cyando de la plus haute juridiction européenne (CEJ), BREIN considère que le fournisseur en question est responsable des infractions. Mais seulement s’il n’a pris aucune mesure efficace pour lutter contre la violation du droit d’auteur. Le verdict dans cette affaire est prévu pour le 9 décembre 2022.

Voir aussi  Eugene Zarashaw : Facebook a perdu le fil

Ce serait alors fini avec l’exploitation commerciale de la zone binaire d’Usenet si BREIN remportait une victoire judiciaire. Les fournisseurs iront probablement à l’étranger au lieu d’abandonner leur modèle économique. Le fournisseur contre lequel BREIN poursuit a cessé de l’utiliser il y a des années. L’entreprise a tenu le tribunal responsable d’une violation de la loi en première instance.

Rôle de YouTube et du jugement Cyando

L’arrêt YouTube & Cyando AG (Uploaded.net) s’appuie sur les arrêts Svensson, BestWater, GS Media, Filmspeler et The Pirate Bay. Les deux derniers concernaient des affaires BREIN. Il s’agit d’une sorte de responsabilité conditionnelle des plateformes pour le transfert de fichiers en masse ou de liens postés par des tiers.

usenet

En bref, l’arrêt précise qu’un intermédiaire commet lui-même une infraction s’il ne « des mesures crédibles et efficaces » contre les violations commises par un « commerçants généralement prudents » Serait attendu.

La décision est pertinente pour tous les types de plates-formes sur lesquelles les utilisateurs téléchargent des fichiers ou des liens. Bien entendu, cela s’applique également aux fournisseurs Usenet et aux réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram, Twitter & Co.