lun. Nov 28th, 2022

Les nouvelles mises à jour de WhatsApp visent à mieux protéger la vie privée et à améliorer la protection des données : on y jette un œil.

Une petite revue de WhatsApp

Whatsapp a été racheté par Facebook en 2014. En 2018, il y a eu un scandale sur la négligence de la vie privée de la société d’analyse de données Cambridge Analytica. Entre-temps, Facebook a fondé la société mère Mega Platforms, Inc., qui comprend également Whatsapp.

Depuis le scandale, les critiques sur le traitement des données personnelles des utilisateurs ont été répétées. C’est pourquoi le groupe a annoncé de nouvelles mises à jour allant exactement dans ce sens. La dernière mise à jour comprend trois fonctionnalités améliorant la confidentialité devrait protéger:

1. « Présence en ligne » : Présence en ligne : Objectif de confidentialité

Vous pouvez définir qui peut voir si vous êtes en ligne. Cela peut être défini pour certains ou éventuellement pour tous les contacts. Bien sûr, c’est une caractéristique souhaitable. Parce que ce n’est pas parce que vous utilisez actuellement WhatsApp ou simplement que vous ne changez pas votre statut que vous pouvez être joignable. Tous les contacts doivent-ils vraiment savoir si leur propre smartphone est allumé et s’ils utilisent l’application ? Il s’agit donc d’une fonction de confidentialité utile.

2. « Screenshot Blocking for View Once » : Blocage des captures d’écran pour une seule vue

Si vous utilisez l’envoi unique pour envoyer des vidéos ou des photos, les autres ne pourront pas en prendre une capture d’écran. C’est une fonctionnalité intéressante que je suis sûr que certains utilisateurs de WhatsApp trouveront rassurante. Mais il convient également de noter qu’il existe toujours des moyens de contourner les verrous. Par conséquent, vous devez considérer dès le départ à qui vous envoyez quoi. Cette fonctionnalité met l’accent sur la protection des données sans entraver la fonction générale d’envoi de médias.

Voir aussi  Coupe du monde de football au Qatar : accès uniquement avec des applications d'espionnage

Cependant, cela ne dit rien sur la collecte des données personnelles. Enfin, les messages envoyés via WhatsApp peuvent toujours être copiés. Si une entreprise ou une personne envisageait de collecter des données, elle ne serait pas forcément intéressée par les images ou vidéos elles-mêmes, mais plutôt par les informations échangées.

3. « Leave Groups Silently » : quitter les groupes en silence : finalité confidentialité

Vous pouvez quitter un groupe « silencieusement » sans qu’il soit affiché sur l’ensemble du groupe. L’administrateur du groupe en sera bien entendu averti. Cette fonction peut déjà être utilisée ce mois-ci. C’est également une fonction très utile pour tous les utilisateurs, car elle prend en charge la composante d’autodétermination informationnelle.

Utilisation de WhatsApp interdite au sein des entreprises

Toutes ces mises à jour sont utiles pour préserver la confidentialité. Cependant, une mauvaise image ne disparaîtra pas avec quelques mises à jour. Jusqu’à ce que cela se produise, WhatsApp devrait probablement introduire du temps et d’autres mesures. Ce n’est qu’alors que les entreprises devraient envisager de recommander l’application pour la communication au sein de leur entreprise. Pas plus tard qu’en 2020, le Commissaire fédéral à la protection des données mettait en garde contre toute utilisation professionnelle. En Allemagne, les entreprises ne sont toujours pas autorisées à utiliser l’application pour la communication professionnelle pour des raisons de protection des données.

De plus, WhatsApp fait partie de Meta, qui inclut Facebook, ce qui n’atténue pas nécessairement les inquiétudes concernant d’autres violations de données. La société d’exploitation a encore un long chemin à parcourir avant que WhatsApp puisse être utilisé commercialement en Allemagne. Chemin. Les fonctionnalités annoncées pour la protection des données n’apporteront pas grand-chose. Le projet fait davantage penser à une façade et ne change pas la façon dont les métadonnées des utilisateurs peuvent être utilisées.

Voir aussi  Entretien avec WEtell : Un opérateur de téléphonie mobile se présente