ven. Sep 30th, 2022

Alors que la France est touchée par une sécheresse qui touche tout le pays, Météo France a publié ce lundi 8 août 2022 son dernier bulletin de situation hydrologique. Celui-ci fait sans surprise état d’une aggravation de la situation.
Alors que la France va connaître une nouvelle vague de chaleur cette semaine, Météo en France a publié ce lundi 8 août 2022 son dernier bulletin de situation hydrologique. Celui-ci résume la situation du pays au 1er août. Et celle-ci est mauvaise. Voici pourquoi.

1. Presque pas de pluie en juillet
Le document confirme notamment que le déficit pluviométrique constaté en France en juillet a été très important. « Les cumuls de précipitations ont été très faibles », indique ainsi Météo France, évoquant des cumuls souvent inférieurs à 30 mm et parfois inférieurs à 5 mm, notamment dans l’Ouest. Au final, la pluviométrie a donc été « nettement déficitaire sur l’ensemble du pays, globalement de plus de 75 % et souvent de plus de 90 % ». En juin, ce cumul mensuel avait le plus souvent été excédentaire. Auparavant, Météo France avait déjà indiqué que le mois de juillet 2022 était le mois de juillet le plus sec sur la période 1959-2022. « Il se classe au second rang des mois les plus secs tous mois confondus derrière mars 1961 », précise l’organisme.

2. Un déficit cumulé très important
De fait, le cumul des précipitations tombées sur la France depuis le début de l’année hydrologique (fixé à septembre 2021) s’est encore écarté de la normale, en creusant un déficit déjà important.

Voir aussi  Un énorme mineur de crypto fait faillite : 500 millions de dollars de dettes

« Le cumul de précipitations depuis le début de l’année hydrologique affiche des valeurs inférieures à la normale de 10 à 50 % sur la totalité du pays », constate ainsi Météo France. Et les zones touchées par des déficits proches des 50 % se font de plus en plus nombreuses.

3. Des sols superficiels de plus en plus secs
Ce manque de pluie a contribué à assécher un peu plus les sols superficiels, notamment dans certaines régions très exposées. Les sols sont ainsi « devenus très secs sur l’Hexagone, voire extrêmement secs » localement.