mar. Fév 7th, 2023

Les employés du groupe Facebook Méta ne devrait plus avoir de discussions sur des questions politiques controversées telles que avortement, contrôle des armes à feu ou la Efficacité des vaccins mener. C’est ce que rapporte le magazine américain Fortune, citant une instruction interne du responsable RH de Meta. Lori Goler.

Selon le rapport, Goler écrit à tous les employés dans un forum interne que l’entreprise nouvelles règles introduit qui dicte ce que discussion appropriée sur le lieu de travail appliquer. « Comme (le fondateur de l’entreprise) Mark (Zuckerberg) l’a récemment mentionné, nous devons effectuer un certain nombre de changements culturels qui nous aideront à réaliser nos priorités », a écrit Goler.


B2B

Mark Zuckerberg a déjà perdu 71 milliards de dollars cette année

Cela présente l’inconvénient que vous ne pouvez plus utiliser aucun type de expression d’opinion permettra sur le lieu de travail. « Nous pensons que c’est la bonne chose pour la santé à long terme de notre communauté interne. »

Le règlement intérieur est valable dans le monde entier

Une méta porte-parole a déclaré qu’il s’agissait d’une mise à jour des précédentes politiques internes sur le sujet, valable dans le monde entier. Meta attache une grande importance à l’expression d’opinions, à des discussions ouvertes et à une culture d’entreprise basée sur le respect et l’inclusion. « Nous avons mis à jour les attentes de nos employés afin de refléter ce qui est approprié pour nos employés sur le lieu de travail. Cela nous permet de réduire les distractions tout en maintenant un environnement respectueux, inclusif et où les employés peuvent faire de leur mieux. »

La direction de Meta a été accusée à plusieurs reprises de favoriser un certain camp politique et de manipuler les algorithmes du fil d’actualité Facebook en conséquence. Les républicains de la Chambre des représentants des États-Unis ont accusé Facebook d’avoir supprimé les informations faisant état d’une possible inconduite de Hunter Biden, fils du président américain Joe Biden.

Voir aussi  Négociations KV : les salariés d'A1 menacent également de faire grève