sam. Déc 3rd, 2022

Après la prise de contrôle de Twitter par Elon Musk vendredi dernier, le nombre de tweets racistes et de désinformation a augmenté. Selon Bloomberg, la « Trust and Safety Team » a également été considérablement réduite – de plusieurs centaines d’employés 15 employés.

Les règles de Twitter sont toujours appliquées

Yoel Roth, chef de l’équipe de sécurité, a déclaré sur Twitter que le Politiques de la plate-forme n’aurait pas changé. « Au cours des dernières 48 heures, nous avons vu un petit nombre de comptes publier un grand nombre de tweets contenant des insultes et autres termes désobligeants », a déclaré Roth le 30 octobre. Cependant, les règles seront toujours «dans une large mesure » mis en œuvre.

Mais il semble que beaucoup restent tweets racistes pas détecté par l’autorité de contrôle. C’est le cas depuis le rachat, selon une analyse du réseau Instituts de recherche sur la contagion le nombre de tweets contenant des termes racistes a explosé. 50 000 messages courts correspondants ont été capturés, comme le rapporte Business Insider. Cela correspond à une augmentation de 500 pour cent.

Cependant, Roth essaie de se calmer. Les tweets ne proviennent que de l’ensemble 300 comptes, dont la plupart ne sont pas vérifiés. Les comptes ont depuis été supprimés.

Groupe d’experts sur les plans de Musk

Raciste, offensant ou même juste tweets controversés a toujours été un problème de médias sociaux. Si le nouveau propriétaire de Twitter, Elon Musk, réussit, un comité décidera de ce qui est autorisé sur la plateforme et de ce qui ne l’est pas. Également à la maison mère de Facebook Méta il y a un panel d’experts indépendants.

Voir aussi  Manifestations et émeutes chez le fournisseur Apple Foxconn

Cela ne se produira donc pas sur Twitter entièrement sans réglementation. Les comptes déjà bannis ne devraient pas être autorisés sur la plateforme sans une nouvelle vérification, comme Musk l’a annoncé mercredi. Probablement le compte bloqué le plus connu, celui de L’ancien président américain Donald Trump, mais doit rester vide. L’homme de 76 ans a révélé la semaine dernière qu’il avait lancé son propre réseau appelé « vérité» voulait rester fidèle.