dim. Mai 26th, 2024
Sony ne veut pas d’accord d’appel, il « veut juste empêcher la prise de contrôle »
Rate this post

Microsoft veut l’éditeur du jeu ActivisionBlizzard prendre le relais pour 69 milliards de dollars US. Depuis que l’accord est connu, il riposte Sony contre elle avec les mains et les pieds.

Jusqu’à présent, l’argument a toujours été que Microsoft utiliserait le pouvoir de marché qu’il avait acquis pour Appel du devoir depuis les consoles PlayStation. Une déclaration du patron de Sony PlayStation laisse désormais entendre que le groupe ne se préoccupe pas des joueurs, mais que Call of Duty n’est qu’un prétexte.

Réunion à Bruxelles

Le 21 février à Bruxelles, il y avait des représentants de haut niveau de Microsoft, Activision Blizzard et Sony. Était également présent le patron de la division PlayStation de Sony, Jim Ryan. Il s’est vu proposer un contrat de 10 ans garantissant que Call of Duty continuera d’apparaître sur les consoles PlayStation existantes et futures.

Les termes de l’accord auraient été meilleurs que les accords précédents que Sony avait conclus directement avec Activision Blizzard. Microsoft a donc proposé à Sony que lors du lancement de Call of Duty dans le Laissez-passer de jeu est inclus, le jeu en même temps pour la même durée chez l’homologue de Sony PSPlus est mis à la disposition des utilisateurs.

Ryan a alors dit : « Je ne veux pas d’un nouveau contrat d’appel du devoir. Je veux juste empêcher votre fusion. Lulu Cheng MeserveyCCO d’Activision Blizzard, sur Twitter.

Avant cette déclaration, Sony a expliqué pourquoi un tel accord de 10 ans ne fonctionnerait pas. Cela ressort des documents de l’autorité britannique de la concurrence. Il fait valoir que Microsoft bugs et erreurs intentionnels dans la version PlayStation de Call of Duty. Il est même supposé que ces erreurs pourraient être installées via une mise à jour logicielle après la publication afin qu’elles ne soient pas découvertes immédiatement. Selon Sony, les utilisateurs de PlayStation perdraient confiance dans la plateforme et passeraient donc sur Xbox.

Voir aussi  Les Russes se sont déguisés en éditeur de logiciels américain : du code dans des milliers d'applications

Nvidia et Nintendo devrait avoir plus confiance en Microsoft. Ils ont déjà signé les accords de 10 ans.